Tag Archives: Devoir de mémoire

France/Centrafrique : Soldats de 1re classe Antoine Le Quinio et Nicolas Vokaer, « morts pour la France » – In memoriam

11 Déc
Le ministère de la Défense a donné davantage de précisions sur les circonstances de la mort de deux militaires français engagés dans l’opération Sangaris, en Centrafrique. Ainsi, au cours de la nuit du 9 au 10 décembre, une section du 8e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMa) a été prise à partie “à très courte distance”, à environ 1.200 mètres de l’entrée de l’aéroport de Bangui, par des hommes dotés d’armes légères d’infanterie.
Immédiatement, les militaires français ont riposté. Seulement, deux d’entre eux, les soldats de 1re classe Nicolas Vokaer, 23 ans, et Antoine Le Quinio, 22 ans, qui marchaient en tête de leur groupe, ont été gravement touchés lors de l’échange de tirs “nourris”. Evacués vers l’antenne chirugicale avancée établie sur l’aéroport de M’Poko, ils n’ont pas survécu à leurs blessures. “Aucun assaillant n’a été retrouvé sur les lieux de l’incident”, a précisé l’Etat-major des armées.
“Tous deux, jeunes soldats aguerris et titulaires de récompenses militaires, ont toujours fait preuve de professionnalisme et de sang froid dans la réalisation de leurs missions”, a expliqué, au sujet des deux marsouins tués, le ministère de la Défense, par voie de communiqué.
Ces deux jeunes soldats ont connu un parcours pratiquement similaire. L’un et l’autre furent envoyés en Centrafrique, de décembre à mars 2013, dans le cadre de l’opération Boali. Affectés, avec leur compagnie, au Gabon, depuis le 17 octobre, ils venaient donc de retrouver Bangui à l’occasion du lancement de la mission Sangaris.
Originaire d’Angers, baccalauréat “option pilotage des systèmes de production automatisés en poche, le 1re classe Le Quinio (à gauche sur la photo) s’était engagé pour 5 ans au 8e RPIMa pour servir en qualité d’aide tireur “Eryx. Quant au 1re classe Vokaer, il avait suivi le même chemin, avec cependant quelques mois d’avance, après avoir obtenu un BEP option vente action marchande, et un contrat de 3 ans qu’il venait de renouveler pour deux années supplémentaires après son retour de Centrafrique, au printemps dernier.
france_fl_md_wht
C’est avec beaucoup d’émotion et de chagrin que nous adressons à leur famille et à leurs proches
toutes nos condoléances. 
Frères d’armes, reposez en paix. 
Nous ne vous oublierons pas.
Image

Billet d’humeur…

7 Déc

nelson_mandela_35927

Image

Billet d’humeur…

22 Nov

John-F-Kennedy-2807455

France : Décès de l’ancien résistant et écrivain Hélie de Saint Marc. In Memoriam.

27 Août
C’est un grand soldat qui vient de nous quitter : le commandant Hélie Denoix de Saint Marc s’est éteint, ce 26 août, à La Garde-Adhémar dans la Drôme, à l’âge de 91 ans.
Résistant, déporté, officier parachutiste de la Légion étrangère, il fut l’un des acteurs du putsch des généraux, à Alger, le 21 avril 1961, alors qu’il était à la tête du 1er Régiment Etranger de Parachutistes (REP).
Né le 11 février 1922 à Bordeaux, Hélie de Saint Marc entre en résistance à l’âge de 19 ans en intégrant le réseau Jade-Amicol, dont l’activité consiste à obtenir des renseignements pour le compte de l’Intelligence Service britannique dans le sud ouest de la France.
Sa vie bascule une première fois le 14 juillet 1943 : dénoncé, Hélie de Saint Marc est arrêté puis envoyé au camp de Langenstein-Zwiebrege, dépendant de celui de Buchenwald et où le taux de mortalité dépasse les 90%. Grâce à l’appui d’un mineur letton, le jeune homme sera l’un des 30 survivants d’un convoi qui comptait plus de 1.000 déportés.
Grâce à une mesure exceptionnelle prise à la fin de la Seconde Guerre Mondiale qui permettait aux anciens résistants d’être admis à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, Hélie de Saint Marc devient officier et choisit de servir au sein de la Légion étrangère. Ce qui l’emmenera à se battre en Indochine. Là, il sera marqué par la terrible expérience d’abandonner à leur sort des villageois ayant soutenu les Français. C’est ce qui expliquera sa décision de participer au putsch des généraux d’Alger.
“Nous nous souvenions de quinze années de sacrifices inutiles, de quinze années d’abus de confiance et de reniement. Nous nous souvenions de l’évacuation de la Haute-Région, des villageois accrochés à nos camions, qui, à bout de forces, tombaient en pleurant dans la poussière de la route. Nous nous souvenions de Diên Biên Phû, de l’entrée du Vietminh à Hanoï. Nous nous souvenions de la stupeur et du mépris de nos camarades de combat vietnamiens en apprenant notre départ du Tonkin. Nous nous souvenions des villages abandonnés par nous et dont les habitants avaient été massacrés. Nous nous souvenions des milliers de Tonkinois se jetant à la mer pour rejoindre les bateaux français. Nous pensions à toutes ces promesses solennelles faites sur cette terre d’Afrique. Nous pensions à tous ces hommes, à toutes ces femmes, à tous ces jeunes qui avaient choisi la France à cause de nous et qui, à cause de nous, risquaient chaque jour, à chaque instant, une mort affreuse. Nous pensions à ces inscriptions qui recouvrent les murs de tous ces villages et mechtas d’Algérie : ‘L’Armée nous protégera, l’armée restera’. Nous pensions à notre honneur perdu”, plaide-t-il devant le haut tribunal militaire, le 5 juin 1961.
Pour avoir “préféré le crime de l’illégalité au crime de l’inhumanité”, comme il l’a écrit dans ses mémoires, il est condamné à une peine de 10 ans de réclusion criminelle. Après 5 ans de détention à la prison de Tulle, il est finalement gracié le jour de Noël 1966. Bien que sollicité pour faire le mercenaire, le commandant de Saint-Marc entame une nouvelle carrière dans l’industrie, grâce au soutien d’un ancien déporté. Il sera réhabilité par Valéry Giscard d’Estaing en 1978 puis se verra élevé à la dignité de Grand’Croix de la Légion d’Honneur par le président Sarkozy, 23 ans plus tard.
Le commandant de Saint Marc a évoqué  ses expériences et ses souvenirs dans une série d’ouvrages, dont l’un – Les champs de braises. Mémoires – obtiendra le prix Femina de l’essai en 1996 et dans lequel il avait écrit ceci, en guise de conclusion :
“Un jour, je ne me réveillerai plus. J’ai pris l’habitude de voir la mort, cette étrange camarade, s’approcher, hésiter longuement puis, à l’instant de saisir sa proie, s’éloigner sans raison. Le jour où elle n’hésitera pas, la surprise sera peut-être d’autant plus grande. (…) Ces bonheurs et ces souffrances, ces paysages, ces hommes et ces femmes effacés de la matière par leurs bourreaux mais pas de ma mémoire, disparaîtront-ils avec mon cerveau lorsqu’il sera sans onde, et mon cœur sans battement et membres inertes ? La réincarnation est l’un des grands mystères du bouddhisme. Ce livre, à sa manière, est peu de la même eau. Si un seul adolescent pouvait se méfier des slogans qui proclament que le bien de l’humanité exige la destruction de la moitié de ses semblables, j’aurais atteint mon but.(…)
Sources from Zone Militaire

france_fl_md_wht

Notes d’administrateur : “Si un seul adolescent pouvait se méfier des slogans qui proclament que le bien de l’humanité exige la destruction de la moitié de ses semblables, j’aurais atteint mon but.” Paroles d’un homme d’honneur, d’un grand soldat et d’un grand officier au service de son pays, fidèle à ses engagements jusqu’à la rébellion. Reposez en paix à coté de tous ce que la raison d’état vous avait contraint à abandonner et à côté de tous ceux qui sont tombés civils et soldats, français et étrangers sacrifiés avec mépris et indifférence, malgré la parole donnée, ce que vous n’avez jamais accepté ni supporté.
Un homme d’honneur et de devoir nous quitte.
Que nos  girouettes politiciennes prennent exemple sur cet homme de vérité…
Monsieur Hélie de Saint Marc votre famille et votre pays peuvent être fiers de vous et de votre exemple. Reposez en paix.

In Memoriam

Costa Rica : Le capitaine Paul Watson offre 30 000$

18 Juin
Le capitaine Paul Watson offre 30 000$ 
Titre initial :
Le capitaine Paul Watson offre 30 000$ pour l’arrestation et la condamnation des assassins du défenseur costaricain des tortues
 Le capitaine Paul Watson a annoncé il y a quelques jours qu’il offrait une récompense de 30 000 $ US pour toute information qui conduira à l’arrestation et la condamnation de la personne ou des personnes responsables du meurtre de Jairo Mora Sandoval, l’écologiste costaricain qui a été récemment assassiné par des narcotrafiquants braconniers d’oeufs de tortues, à Playa Moin, sur la côte caribéenne du Costa Rica.
Jairo a été kidnappé, tabassé et abattu d?une balle dans la tête par les braconniers d’oeufs, armés de fusils AK-47.
L’an dernier, les autorités costaricaines ont assuré au capitaine Paul Watson qu’il ne devait pas s’inquiéter du fait que sa propre tête ait été mise à prix pour 25 000$ par les braconniers de requins. Le meurtre de Jairo Mora Sandoval suffit à prouver que la vie du capitaine Watson serait gravement menacée s’il devait être extradé vers le Costa Rica.
Les braconniers de requins et de tortues font la loi au Costa Rica et le gouvernement ne fait rien pour s’y opposer car il y a une demande pour les ailerons de requins et les oeufs de tortue en Chine, et le Costa Rica se contente de faire ce que la Chine et le Japon lui demandent  » a déclaré le capitaine Watson.
En plus de cela, les barons de la drogue offrent maintenant des armes et de la drogue aux braconniers en leur ordonnant de tenir les écologistes à l’écart des plages. De cette façon, les trafiquants de drogue ont les mains libres.
Les cartels de la drogue deviennent de plus en plus influents au Costa Rica et font de plus en plus appel aux pêcheurs (pour leur fournir du carburant peu cher et faire passer la drogue dans les carcasses de requins) et aux braconniers (pour remplacer les oeufs de tortues par de la drogue) pour les aider dans leurs activités illégales, poursuit le capitaine Watson.
Ils se sont empressés de répondre à la demande du Japon en émettant un mandat d?arrêt à mon encontre pour avoir protégé des requins lors d?un incident en 2002 par contre, quand il s’agit du meurtre horrible d’un écologiste plein de compassion, le gouvernement ne fait rien, a-t-il dit.
Il me semble que si le gouvernement passait autant de temps à poursuivre les braconniers violents et à combattre les cartels de la drogue qu’il ne le fait à poursuivre les écologistes non violents, il pourrait peut-être regagner la confiance de la communauté écologiste à travers le monde, une confiance dont il se targue mais qu’il n’a pas. (…)
Sources from veosearch.com, relayé par SOS-planete

France : Devoir de mémoire, le 8 mai 1945, la France est libre…

8 Mai

 

franctireur_1945_05_09

Carte-8-mai-1945

Paris : pour un hommage au Sergent Duval, RDV lundi 6 mai 13h30, Pont Alexandre III

6 Mai
Le Sergent Stéphane DUVAL du 1er Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine a été mortellement blessé, le lundi 29 avril 2013 au Mali, au cours d’une opération de reconnaissance et de fouille conduite par les forces spéciales dans le Nord-Est du pays.
 
Il avait 33 ans, était marié et père de deux enfants, dont une petite-fille née en décembre dernier.
 
Une cérémonie intime d’honneurs militaires réservée à la famille et aux compagnons d’armes sera présidée par le Général d’armée Bertrand RACT-MADOUX, Chef d’Etat-major de l’armée de Terre, à l’Hôtel national des Invalides à partir de 14h.
 
Auparavant, le cortège funèbre passera sur le pont Alexandre III à 13h45.
 
En cette circonstance, le Général de corps d’armée Hervé CHARPENTIER invite le plus grand nombre de nos concitoyens à manifester leur hommage et leur solidarité envers notre héros, mort pour la France dans l’accomplissement de sa mission, par une présence digne, silencieuse et fraternelle sur le Pont Alexandre III, à partir de 13h30. 
Merci de venir nombreux ou de vous associer à cet hommage où que vous soyez en ayant une pensée pour notre soldat mort au service de la France, et pour sa famille.

 
Merci de relayer cette information au plus grand nombre de vos contacts.