Tag Archives: Espagne

Espagne : Gaz de schiste, la Catalogne interdit à son tour la fracturation hydraulique :o)

14 Fév
La Catalogne est devenue la quatrième région d’Espagne à interdire la fracturation hydraulique, après la Cantabrie, la Rioja et la Navarre. Jusqu’à présent, le parlement régional catalan refusait chaque licence d’exploration sollicitée par un groupe pétrolier (voir la carte ci dessous). Avant d’intégrer finalement le 30 janvier un changement dans la législation, comme le rapporte El Pais. La loi sur l’urbanisme stipule désormais qu’il « n’est pas permis d’utiliser la technologie de la fracturation hydraulique quand elle peut avoir des effets négatifs sur les caractéristiques géologiques, environnementales, paysagères ou socio-économiques ».
« Les principales raisons ayant motivé cette interdiction ne sont pas environnementales ou sociales, mais purement économiques », relève Ejolt, un réseau d’organisations, d’universités et de laboratoires de recherche sur la justice environnementale. Selon les rapports commandés par le gouvernement catalan (de centre-droit), l’extraction de gaz non conventionnel n’est pas suffisamment rentable et fournirait seulement huit mois de consommation de gaz à la région. Le coût politique d’une autorisation aurait par ailleurs été élevé : de nombreuses municipalités et collectifs sont opposés à l’extraction des hydrocarbures non conventionnels.
L’interdiction en Catalogne survient alors que le ministère de l’Industrie espagnol a autorisé l’exploration dans quatre zones se situant à cheval sur la région autonome et l’Aragon. Le gouvernement central a annoncé qu’il ferait appel de ces interdictions devant la Cour constitutionnelle. Mais l’opposition de l’opinion publique demeure forte : « Dans les Asturies et dans la province de Burgos, plusieurs entreprises de fracturation ont déjà renoncé à cause de l’opposition et de la pression citoyenne », remarque le collectif Ejolt. A l’échelle du pays, plus de 400 villes espagnoles se sont déclarées « Libre de Fracking ». (…)
Source : fracturahidraulicano.info – Cliquez sur la carte pour voir les détails des permis.
Sources from Sophie Chapelle

Espagne : Une manifestation dégénère en scènes d’émeutes à Madrid

19 Jan
Protesters stand near a burning garbage container during a demonstration against construction plans to turn the Vitoria main avenue into a boulevard in Burgos
Une manifestation organisée à Madrid en soutien au mouvement de protestation contre un projet de transformation urbaine à Burgos a dégénéré en violences mercredi soir. Onze personnes ont été arrêtées et 11 autres blessées. /Photo prise le 15 janvier 2014/REUTERS/Juan Medina (c) Reuters
Une manifestation organisée à Madrid en soutien au mouvement de protestation contre un projet de transformation urbaine à Burgos a dégénéré en violences mercredi soir, et 11 personnes ont été arrêtées et 11 autres blessées, ont rapporté la police et les services d’urgence espagnols.
Les émeutiers ont lancé des fumigènes et des chaises de café et incendié des poubelles dans le centre de la capitale à l’issue d’une marche qui avait commencé à la Puerta del Sol et a pris fin non loin du siège du Parti populaire (droite, au pouvoir).
(more…)

Etats-Unis : Obama veut stocker 15 tonnes d’armes chimiques en Europe ;o(

16 Jan
armes-chimiques_690x350
Bien que le titre original concernait uniquement l’Espagne, et alors que la presse de cette dernière rapportait hier que le gouvernement aurait répondu par la négative à la demande américaine, il est intéressant (et très inquiétant) de savoir que le gouvernement Obama aurait également formulé la même requête à la France et à l’Italie.
A ce propos, lepetitjournal.com ajoute
« De nombreuses réactions ont animé les réseaux sociaux toute la journée, laissant poindre une vive inquiétude quant à la décision finale de l’exécutif espagnol. L’AFP rapportait par ailleurs hier que l’Allemagne s’apprêtait de son côté à accueillir un bateau de résidus d’armes chimiques. »
Au vu du potentiel destructeur énorme de ces substances issues de l’arsenal de guerre Syrien (voir notes en bas de page), nous sommes en droit de nous inquiéter, d’autant plus quand on sait avec quelle facilité de petits groupes ont investi par le passé des structures aussi sensibles qu’une centrale nucléaire. Qu’arriverait il si des militants extrémistes décidaient de profiter d’une telle aubaine en vue d’un attentat ? Le veilleur
L’administration de Barack Obama demande à l’Espagne d’accueillir et de conserver à Tarragona, à moins de 300 km de Perpignan, 15 tonnes de gaz moutarde et de gaz sarin, 500 fois plus toxique que le cyanure. Madrid refuse catégoriquement cette demande, concernant des substances chimiques issues du conflit de Syrie.
(more…)

Espagne : Le droit à l’avortement bientôt supprimé en Espagne ?

14 Jan
Les ultra-conservateurs espagnols auront-ils gain de cause sur le droit des femmes à interrompre une grossesse ? Approuvée le 20 décembre dernier par le Conseil des ministres de droite du Parti Populaire (PP), actuellement au pouvoir, une proposition de loi restreint drastiquement les conditions dans lesquelles une femme sera autorisée à avorter. Proposé par le ministre de la Justice Alberto Ruiz-Gallardón, le texte sur « la protection de la vie de l’être conçu et des droits de la femme enceinte » prévoit une possibilité d’avorter dans les situations suivantes :
- en cas de grave danger pour la vie de la femme ou pour sa santé physique ou psychologique (sachant que le texte impose que le diagnostic soit émis par deux médecins différents et étrangers à l’établissement pratiquant l’avortement),
- en cas de viol et à condition que la femme ait déposé plainte (ce qui concerne une minorité des victimes de viols),
- en cas de malformation fœtale, sous réserve de deux rapports médicaux – l’un sur la mère et l’autre sur le fœtus, qui confirmeront le motif d’interruption de grossesse.
Approuvée dans le pays par diverses associations ultra-conservatrices et par la conférence épiscopale, la proposition a soulevé la colère des mouvements féministes ainsi que du Parti socialiste (PSOE). Au sein même du Parti populaire, le texte ne fait pas l’unanimité. Plusieurs poids lourds régionaux le désapprouvent. La section des jeunes n’y est pas favorable non plus. La réaction de la vice-présidente conservatrice du congrès des députés, Celia Villalobos, a été particulièrement remarquée. Elle a demandé au premier ministre Mariano Rajoy « la liberté de vote » lors du débat parlementaire. Celia Villalobos s’était déjà fait remarquée en 2010, alors que les socialistes étaient au pouvoir, en s’abstenant de voter contre la loi qui légalisait l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse. Elle avait, pour cela, été sanctionnée par son groupe parlementaire. Le projet de loi ne devrait cependant pas passer devant le Parlement espagnol avant l’été.
De ce côté-ci des Pyrénées, seule Marine Le Pen soutient ouvertement le projet de loi d’Alberto Ruiz-Gallardón. Les socialistes ont immédiatement dénoncé « une attaque contre le droit des femmes à disposer de leur corps » et appeler à manifester. De même que le Parti de Gauche et Europe Écologie Les Verts. L’UMP, elle, reste discrète. Et les féministes sont vent debout. Pour le planning familial, l’initiative illustre la volonté du gouvernement espagnol de « maintenir les femmes dans un statut social étroit et de soumission » et s’inscrit dans un « mouvement européen réactionnaire et conservateur qui n’a toujours pas accepté le droit des femmes à disposer de leur corps ». Les médecins craignent en plus un afflux de patientes espagnoles en France si la loi venait à être votée… comme il y a 25 ou 30 ans. De nombreuses manifestations ont déjà eu lieu. D’autres sont prévues tout au long du mois de janvier. (…)
Sources from Nolwenn Weiler

Espagne : Brisons le silence sur ce qui se passe en Espagne

13 Jan
Sous couvert de l’inattaquable excuse de la sécurité, le gouvernement de Mariano Rajoy considère préventivement le manifestant comme dangereux. Il est ainsi automatiquement regardé comme une menace à la loi grâce au nouveau projet législatif de « Sécurité citoyenne » adopté par le conseil des ministres le 29 novembre dernier.

Des policiers arrêtent des manifestants lors d’un défilé contre la réforme du droit à l’avortement, le 20 décembre 2013 à Madrid (Andres Kudacki/AP/SIPA)

Metteur en scène et dramaturge, Astrid Menasanch Tobieson travaille entre la Suède et l’Espagne. Elle est membre du groupe de théâtre Sta ! Gerillan. La lettre ci-dessous était initialement adressée aux journalistes suédois et a été publiée le 19 décembre. Avec l’autorisation de l’auteure, la traductrice a pu la retranscrire en français.
La lettre d’Astrid Menasanch Tobieson
Bouleversée, je vous écris sous le coup de l’indignation. L’Espagne, dans peu de temps, empruntera le chemin qui mène d’une démocratie ouverte à ce qui risque de devenir une démocratie fasciste et autoritaire.
Je vous écris après les événements qui se sont produits dans le quartier de Kärrtorp à Stockholm (où un groupe néonazi ultraviolent a attaqué une manifestation antirasciste il y a quelques jours).
Je vous écris à propos de qui se trame en Espagne. Je crois en tout cas que la Suède et l’Espagne se ressemblent en un point : l’avancée du fascisme devant l’indifférence de la société.
(more…)

Espagne : Trois ans plus tard, où en est le mouvement des indignés espagnols ?

8 Jan
Trois ans plus tard, où en est le mouvement des indignés espagnols ?
Alors que l’austérité s’installe en France, en Espagne la lutte se poursuit contre les banquiers voyous, les expulsions de logement ou la privatisation de la santé publique. Trois ans après les vastes manifestations des « indignés », le mouvement a pris une nouvelle forme, moins médiatisée mais plus efficace, remportant ici et là de petites victoires malgré la répression. Un climat de contestation qui inquiète le gouvernement conservateur, alors qu’un nouveau parti politique se revendiquant des indignés, le parti X, émerge. (…)
Sources from Nathalie Pédestarres

Espagne : Heurts à Madrid devant le Congrès, 23 blessés dont 14 policiers

15 Déc
madrid-2.si
Vingt-trois personnes, dont 14 policiers, ont été blessées lors d’affrontements samedi soir dans le centre de Madrid (Espagne), en marge d’une manifestation de plusieurs milliers de personnes s’opposant au projet de loi sur la sécurité publique. La manifestation intitulée le «Siège du Congrès» s’était déroulée pendant plusieurs heures sans heurts.
Les incidents entre manifestants et policiers ont éclaté peu après 19 heures, aux abords de la place Jacinto Benavente et aux abords du Congrès, place Neptuno y Cibeles, indique le journal El Mundo.
Les vingt-trois blessés ont été dirigés vers différents hôpitaux pour de légères blessures, coupures ou ecchymoses pour la plupart, explique le quotidien El Pais. On dénombre 14 policiers anti-émeutes blessés par des jets de pierres, bouteilles et pétards. Plusieurs voitures de la police ont également été endommagées, selon des photographies diffusées par des internautes sur Twitter.
(more…)

Espagne : Contre les migrants, le retour des barbelés tranchants à Melilla

29 Nov
Melilla
Ils sont des centaines à avancer en file indienne, minuscules silhouettes noires captées par la caméra infrarouge d’un hélicoptère au milieu de la nuit. Ils marchent depuis les monts Gourougou avec le même objectif : quitter le Maroc où ils attendent depuis des semaines, des mois, parfois des années, et franchir les hauts grillages qui les séparent de l’enclave espagnole de Melilla, pour gagner enfin l’Espagne. L’Europe.
Selon la délégation du gouvernement espagnol à Melilla, la garde civile et les forces de sécurité marocaines ont fait échouer l’opération vers 3 heures du matin. Mais, publiée par le site Internet du journal « El Pais » le mercredi 20 novembre, cette vidéo « démontre une fois de plus l’extrême pression migratoire sur la ville », a expliqué la délégation du gouvernement. Une façon de justifier l’usage des barbelés, dotés de petites lames tranchantes, installés fin octobre sur les grillages de Melilla.
Ou plutôt réinstallés, car ces barbelés avaient déjà été mis en place en 2005, sous le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero. Après les protestations d’ONG espagnoles et internationales, ils avaient été enlevés en 2007, mais seulement à Melilla, pas dans l’autre enclave espagnole de Ceuta.
Non seulement ils provoquent de profondes coupures sur les migrants qui essaient d’escalader la clôture. Mais ils ne sont pas dissuasifs. En témoignent encore les derniers assauts contre la triple barrière de Melilla, comme celui qui, le 5 novembre, a provoqué la mort d’un homme, d’origine subsaharienne, après une chute des grillages hauts de 6 mètres.
Mercredi 27 novembre, le président du gouvernement, Mariano Rajoy, a ouvert la porte au retrait des barbelés si une méthode plus efficace était trouvée contre les « mafias de l’immigration ». Le secrétaire d’Etat à la sécurité assure qu’ils sont dissuasifs et ne provoquent que des blessures superficielles, malgré les terribles photos qui circulent et la mort d’un migrant, en 2009, à Ceuta, après avoir eu une artère tranchée.
En Espagne, la polémique enfle. Tous les groupes politiques qui forment l’opposition ont demandé au Parti populaire (PP, droite) de retirer ces barbelés « honteux et terribles », d’une « cruauté sans commune mesure », « inhumains ». Toutes les organisations sociales et même le nouveau porte-parole des évêques espagnols se sont élevés contre leur réinstallation. Sans succès.
Le procureur général de l’Etat s’est engagé, cependant, à ouvrir une enquête sur la légalité de ces barbelés… Mais elle tarde à être mise en marche. En attendant, les migrants continuent de risquer leur vie pour pénétrer à Melilla, en Espagne, en Europe. Barbelés ou pas.  (…)
Sources from Sandrine Morel

Espagne : les « fous dangereux » sont relachés, quid de la sécurité ?

25 Nov
Le fou en survêtement, un assassin et auteur de multiples abus sexuels, libéré en Espagne suite à une décision de la Cour européenne des droits de l’homme, est depuis sous surveillance policière, ont annoncé samedi les autorités de Catalogne, précisant que l’homme n’avait sans doute pas été totalement soigné.
Manuel Gonzalez Gonzalez, condamné en 1997 à 169 ans de prison pour avoir agressé 16 femmes et assassiné l’une d’entre elles, a été libéré vendredi d’une prison de Barcelone, dans le nord-est de l’Espagne.
Il a été libéré suite à la décision, le 21 octobre, de la Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg, qui avait jugé illégale la détention prolongée d’une militante du groupe basque ETA en vertu d’un système de remise de peine dit doctrine Parot, et avait ordonné sa remise en liberté.
Depuis, la justice espagnole a libéré de la même manière des dizaines de détenus, en majorité des prisonniers de l’ETA, mais aussi plusieurs violeurs multiples.
(more…)

Espagne : Dormir dans la rue à Madrid entraînera 750 euros d’amende

3 Nov
Traduit par Anne Wolf
La maire de Madrid, Ana Botella, présente une ordonnance de « convivialité » qui sanctionne et poursuit avec une cruauté spéciale les personnes qui se retrouvent obligées de vivre dans la rue, de mendier ou laver des pare-brise pour survivre.
Ana Botella a décidé de criminaliser la pauvreté qui stigmatise les rues de Madrid par le moyen d’une ordonnance de « convivialité » citoyenne qui est un exercice de sadisme institutionnel contre des milliers de personnes qui ne possèdent absolument rien.
Plutôt que de chercher des solutions à la vertigineuse augmentation de l’exclusion sociale et de la pauvreté, le projet d’ordonnance présenté par la Mairie de Madrid opte pour criminaliser et punir les personnes qui se sont vues jetées à la rue par un système radicalement injuste. Ainsi la nouvelle ordonnance municipale prévoit des sanctions de 750 euros pour mendier à la porte des centres commerciaux, bureaux, collèges et hôpitaux. 750 euros, c’est aussi le montant de l’amende prévue pour les personnes qui offre des foulards aux feux rouge pour s’assurer un repas ou qui se voient obligées de dormir sur un banc. 1 500 euros de sanctions (le double du salaire minimum) sera le montant qui affectera les personnes qui nettoient les pare-brise aux feux rouges et carrefours en échange d’un peu de monnaie. Cuisiner dans la rue – une chose toujours plus fréquente, vu que des familles entières sont sans abri, et usent de petits réchauds pour chauffer leurs aliments – sera également sanctionné de 750 euros d’amende.
L’acharnement de la corporation présidée par Ana Botella contre les personnes exclues des politiques économiques et sociales qu’incarnent cette dame et son parti est notoire. Dans un sinistre ricochet, la municipalité commence par expulser les personnes de leurs logements, comme c’est le cas des expulsions de l’Entreprise Municipale du Logement et ensuite elle inflige des amendes aux familles qui se retrouvent à la rue après avoir brisé leurs vies.
(more…)