Tag Archives: Banques

Inde : un million d’employés de banques en grève

10 Fév
Les employés de 47 banques du secteur public et privé en Inde, soit plus d’un million de personnes, ont débuté lundi une grève de deux jours. Ils exigent une augmentation des salaires et s’opposent à une réforme planifiée du secteur.

791024145_B971986656Z.1_20140210152827_000_GT31U0IKB.2-0AFP

La grève est ressentie dans 90.000 bureaux de banque à travers le pays. Le personnel exige une hausse de 30% des salaires, alors que les employeurs proposent une augmentation de 10%.
Les syndicats s’opposent aussi à la privatisation, aux fusions et aux nouvelles licences bancaires dans le secteur. (…)
Sources from Lameuse.be

Europe : « Les démocraties européennes sont parvenues à l’effondrement total » Noam Chomsky

31 Jan
Selon le linguiste et militant Noam Chomsky, les démocraties européennes sont parvenues à un effondrement total, indépendamment de la couleur politique des gouvernements, parce que les décisions sont désormais prises à Bruxelles.
Selon lui, la destruction des démocraties en Europe conduit vers la dictature.
Il donne l’exemple de l’Italie, où la démocratie a cessé d’exister avec l’arrivée au pouvoir de l’ex commissaire européen Mario Monti en 2011, politique désigné par les bureaucrates de Bruxelles et non par les électeurs italiens.
Pour Chomsky, le phénomène existe au niveau mondial: « Même le Wall Street Journal a admis que les USA sont au bord de l’effondrement total puisque tous les gouvernements qu’ils soient de droite ou de gauche, poursuivent la même politique décidée par les banquiers et les bureaucrates »
Selon Chomsky, la politique ne sert qu’à enrichir les banquiers. Il a décrit le néolibéralisme comme une attaque de grande envergure contre les peuples du Monde, la plus grande depuis les 40 dernières années. » (…)
Sources from Sott.net Traduit par Blogpares

France : Les Bermudes et Jersey ne sont plus considérés comme des paradis fiscaux par la France

22 Jan
Les îles des Bermudes et les dépendances britanniques de Jersey ont été retirées de la liste des Etats et territoires non coopératifs en matière fiscale dressée par Bercy, selon un arrêté publié au Journal officiel dimanche.
Le retrait de ces territoires prend effet au 1er janvier 2014 et implique la conclusion d’une convention d’assistance administrative avec la France, « permettant d’échanger tout renseignement nécessaire à l’application de la législation fiscale des parties ».
Sont considérés comme « non coopératifs » les pays ou zones « dont la situation au regard de la transparence et de l’échange d’informations en matière fiscale a fait l’objet d’un examen par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) » et qui n’ont pas conclu de convention avec la France ou avec au moins douze Etats ou territoires.
Restent sur la liste: les Iles Vierges britanniques, Brunei, Montserrat, le Bostwana, le Guatemala, Nauru, les Iles Marshall et Niue.
Guigou et Eckert fustigent cette initiative 
Dans un communiqué commun, les deux députés socialistes « prennent acte de l’intention du ministère de l’Economie et des finances de retirer, après les y avoir inscrits en août dernier, les territoires de Jersey et des Bermudes de la liste des États et territoires non coopératifs prévue par l’article 238 0-A du Code général des impôts ».
(more…)

France : Quand le Crédit mutuel refuse de rembourser le phishing

21 Jan
Credit9Nombre de lecteurs du blog Sosconso ne lisent pas la chronique Sosconso du Monde. Et inversement. C’est pourquoi nous nous permettons d’évoquer, aujourd’hui, la mésaventure d’Alexandre, relatée dans la chronique papier intitulée « les e-mails pirates, la banque et le client », du Monde du 17 janvier. Fin mai 2013, Alexanre reçoit un courriel du Crédit mutuel l’avisant que sa « carte de clés personnelles est révoquée »…
Sans titre
Le mail précise qu’il ne « pourra plus effectuer d’opérations protégées sans avoir activé une nouvelle carte ».
La « carte de clés » personnelle est une grille comportant 64 chiffres, disposés différemment por chaque titulaire d’une carte bancaire.
Comme lors d’une partie de bataille navale, le client est incité par SMS à y puiser une code (par exemple « cocher A1B3 »), pour valider son achat.
Pour activer sa nouvelle carte Alexandre clique sur le lien inséré dans le courriel, et saisit son identifiant ainsi que son mot de passe.
Sans titrePuis, dit Alexandre, « plus rien ne se passe ». Il se déconnecte et vaque à ses occupations. Quelques heures plus tard, il constate que des achats en livres sterling sont débités de son compte.
Il se dit qu’il a été victime de « phishing » (hameçonnage): le mail qu’il a reçu était sans doute destiné à lui extorquer ses données personnelles.
Il fait opposition sur son compte – mais des prélèvements continueront jusqu’à la fin juin 2013 ! Il va à la gendarmerie, où l’on refuse de prendre sa plainte, conformément à une instruction du ministère de la justice, en date d’août 2011. Il parvient juste à déposer une main courante.
Lorsqu’ Alexandre demande à la Fédération du Crédit mutuel Nord-Europe le remboursement des sommes prélevées sur son compte (environ 900 euros), le service client le lui refuse.
En effet, lui explique-t-il, les achats auraient été validés grâce à la saisie de chiffres que lui seul pouvait connaître. Le service client l’accuse d’avoir communiqué l’ensemble de ses informations personnelles.
Credit3
On l’accuse d’avoir commis une « négligence ».
Pire, lui dit-on: il ne pouvait ignorer que le Crédit mutuel a été victime d’une cyberattaque – comme l’expliquait très bien cet article de Libération:
Crédit6
Le service client rappelle à Alexandre que « de nombreux messages d’alerte ont été publiés », sur le site du Crédit mutuel, afin que les clients ne tombent pas dans le panneau. Au vu de ses « connexions régulières », il ne pouvait les ignorer. Avant de cliquer, il aurait donc dû appeler son agence ou s’y rendre…
credit7Le médiateur, que, dans les banques,  on devrait plutôt nommer « la Voix de son maître », donne naturellement raison au service client.
Pourtant, Alexandre nie avoir communiqué les données de sa carte bancaire ou de sa carte de clés, ou même avoir reçu un quelconque SMS.
Et il n’est pas le seul: l’UFC Que-Choisir du Nord-Pas-de-Calais indique avoir reçu une dizaine de témoignages comme le sien, en quelques mois. Elle va d’ailleurs lancer un appel à témoignages sur le Réseau anti-arnaques , pour savoir si d’autres encore sont dans ce cas.
Comme l’UFC ne suspecte a, a priori, ses correspondants de mensonge, elle déplore que la banque « n’apporte pas, comme elle le devrait, la preuve de la négligence de ses clients ».
Quant à Alexandre, a-t-il vérifié que les établissements auprès desquels des achats ont été effectués réclamaient bien une authentification par SMS, comme le prétend le Crédit mutuel?
Ne peut-il pas demander à son opérateur de témoigner qu’il n’a pas reçu de SMS au fur et à mesure des achats?
Le Crédit mutuel peut-il vraiment accuser ses clients de »négligence », alors qu’il reconnaissait, dans l’article de Libération, que la cyberattaque frôlait le sans-faute: «Ce qui nous impressionne, c’est la sophistication du système. Là, on atteint la perfection» , reconnaissait un porte-parole.
De fait, continuait Libération, « les écrans successifs du site pirate copient à la perfection celui de la banque: même déroulé des écrans, même typographie, syntaxe quasi parfaite et peu de fautes d’orthographe — le talon d’Achille du phishing. «sont des Français qui ont fait cela» , soupçonne t-on au Crédit Mutuel. »
Cette affaire illustre en tout cas la difficulté que les clients des banques ont, à obtenir le remboursement des sommes extorquées, en cas de phishing.
Le code monétaire et financier(article L 133-18)  dit que ce remboursement doit être intégral et immédiat. En réalité, les banques mettent de nombeux freins, comme l’a montré le résultat d’un appel à témoignages publié en février 2012 par l’UFC-Que Choisir.
Elles réclament souvent un dépôt de plainte, alors que ce n’est pas nécessaire et que, de ce fait, commissariats et gendarmeries ont reçu instruction de ne plus les accepter. Après cela, elles peuvent mettre trois mois à rembourser leurs clients. Certaines ont le culot de prélever des frais d’incident de paiement, sur les trous qu’elles auraient dû combler. Toutes ne prennent pas en charge les frais d’opposition et de remplacement de la carte bancaire. (…)
Sources from  Sosconso

Grèce : Où est passé le pognon ? Votre pognon…

21 Jan
CRISE IMMOBILIERE : illustration
C’est un article de La Tribune qui revient sur les derniers propos du ministre allemand de l’Économie. Pour lui, « si la Grèce a rempli toutes ses obligations d’ici fin 2015, et engrange un excédent budgétaire primaire et si un besoin de financement est encore nécessaire, alors nous sommes prêts à faire quelque chose ».
Vous remarquerez que l’exigence posée est un excédent pour le budget primaire.
Vous remarquerez également que, tout au long de cette année 2013, on nous vantait presque la reprise économique en Grèce mais surtout la nette amélioration de la situation budgétaire. Ça c’était pour le côté face.
Côté pile, en réalité, non seulement la situation budgétaire grecque ne s’arrange pas mais elle s’aggrave. Fin 2013, on nous expliquait que le budget grec était presque à l’équilibre. Ce qui était vrai le 31 décembre 2012, le jour de l’arrêt des comptes. En réalité, dès le trimestre suivant (le premier trimestre 2013), la dette grecque bondissait de 8,6 % comme en témoigne ce document d’Eurostat dont je vous donne le lien ci-dessous.
(more…)

L’air du temps…

20 Jan
li-rbc-dexia-9710-620
Trois dirigeants du groupe franco-belge Dexia en cours de démantèlement ont vu leur salaire augmenter de 30% au 1er janvier, à 450.000 euros par an, révèle le Journal du Dimanche.
Nommés mi-décembre au comité de direction de la banque, le directeur financier Pierre Vergnes, le responsable des risques Marc Brugière et le secrétaire général Johan Bohets ont vu leur rémunération passer de 340.000 euros à 450.000 euros, précise le JDD sans citer ses sources. Ces salaires sont comparables à ceux des dirigeants du Crédit Agricole ou des Caisses d’épargne.
Pierre Vergne et Marc Brugière remplacent Philippe Rucheton, qui était payé 500.000 euros, et Claude Piret, qui était payé 480.000 euros, indique le JDD.
(more…)

France : Bug à la Société générale, des clients débités deux ou trois fois

2 Jan
Des prélèvements bancaires effectués vendredi ont été débités jusqu’à trois fois chez certains clients de la Société générale, en raison d’une anomalie informatique en cours de régularisation. « Ces prélèvements ont été faits le 27 décembre et des clients ont été débités une à deux fois de plus le 28 décembre » de ce même montant en raison d’un « bug informatique », a déclaré une porte-parole de la banque.
« Des équipes travaillent à régulariser la situation […], le problème devrait être réglé dans la journée », a affirmé la porte-parole. Les prélèvements « seront recrédités aux clients concernés dans la soirée », a-t-elle assuré, sans pouvoir en préciser le nombre.
La banque a prévenu ses clients sur Twitter, ainsi que sur son site et par ses applications mobiles, et leur a présenté ses excuses pour le « désagrément » causé. (…)
sc twit
Sources from Le Monde