Tag Archives: climat

Europe : NICOLAS HULOT, 48H AVANT UNE DÉCISION FATIDIQUE POUR LE CLIMAT

20 Jan
Nicolas Hulot : 48h avant une décision fatidique pour le climat
 Si la Commission Européenne ne prend pas la bonne décision dans les jours qui viennent, l’accord mondial pour le climat dont le monde a besoin pourrait devenir un rêve inaccessible et nos enfants pourraient être confrontés à des tempêtes toujours plus impitoyables, des inondations toujours plus nombreuses et des récoltes désastreuses.
Un scenario auquel nous n’avons pas le droit de nous résigner
L’Europe avait posé sur la table lors des précédentes échéances des propositions ambitieuses en matière de réduction d’émission des gaz à effet de serre, de développement des énergies renouvelables et d’efficience énergétique.
A l’heure où la France, État membre de l’Union, se prépare à accueillir la prochaine conférence mondiale sur le climat, afficher une baisse des ambitions enverrait un signal désastreux au reste du monde.
Cela compromettrait fortement le succès espéré pour 2015 et laisserait échapper une nouvelle occasion de sauver notre planète.
Il n’y a pas de planète B
J’appelle donc à un sursaut d’ambition et j’ai besoin de vous
Envoyez un message au Président de la Commission européenne pour qu’il prenne ses responsabilités, il en va de notre avenir et de celui de nos enfants !  (…)
Pour envoyer votre message, cliquer ICI
Sources from Nicolas Hulot, publié par avaaz.org/fr et relayé par SOS-planete

Monde : LES SCIENTIFIQUES CLIMATOSCEPTIQUES SONT FINANCÉS PAR LES INDUSTRIELS POLLUEURS

10 Jan
Les scientifiques climatosceptiques sont financés par les industriels pollueurs
Titre initial :
Les scientifiques climatosceptiques sont financés par les industriels pollueurs: « Ils ont tort, tout simplement »
Une étude parue dans la dernière édition de la revue Climatic Change fait grand bruit. On y apprend que les chercheurs climatosceptiques, qui passent leur temps à discréditer l’impact humain dans le réchauffement climatique, sont financés par les grands industriels, les compagnies minières, les banquiers et les magnats du pétrole.
Tous ont des intérêts financiers dans des activités polluantes. Chaque année, ils dépensent 900 millions de dollars pour semer le doute dans l’esprit de la population mondiale. Un véritable lobby.
Aucun doute : le réchauffement climatique est bien d’origine humaine
Pour Jean-Pascal van Ypersele, il n’y a pas de doute possible : « Les climatosceptiques ont tort ». « Le réchauffement climatique depuis une 50aine d’années à l’échelle globale vient clairement, principalement, de la pollution par les gaz à effet de serre d’origine humaine, c’est très clair.
Les données scientifiques sont extrêmement claires. Ca fait des dizaines d’années que les climatologues étudient le sujet et sont arrivés très calmement, très objectivement, à la conclusion que ce sont bien les activités humaines qui réchauffent le climat. Donc les climatosceptiques ont tort, tout simplement », a-t-il assuré au micro de Quentin Ceuppens dans le journal de 13h.
Si une baisse de la consommation de combustibles fossiles vous fait perdre de l’argent, c’est logique de lutter contre ça
Le climatologue membre du GIEC dit cependant comprendre pourquoi les climatosceptiques sont financés. « L’article publié aux Etats-Unis montre que c’est à raison de près d’un milliard de dollars que des lobbies liés au charbon et au pétrole notamment financent les climatosceptiques américains et d’autres qui sèment le doute sur d’autres questions scientifiques aussi.
C’est dans leur intérêt. Quelque part, si les climatologues sont arrivés à la conclusion que ce sont les gaz à effet de serre qui viennent de la combustion du charbon, du pétrole, du gaz qui causent le réchauffement du climat et qu’il faut donc diminuer très fortement la consommation de combustibles fossiles, ça dérange ceux qui vendent et qui vivent des combustibles fossiles.
On peut les comprendre quelque part. Comme c’est assez facile de semer le doute, et bien avec un milliard de dollars par an aux Etats-Unis, on peut semer beaucoup de doutes et ça a des effets dans le monde aussi. »
Ces industriels ne voient pas le créneau rentable que l’écologie ouvre
Pour le spécialiste, il faudrait que les industriels qui craignent de perdre de l’argent si le monde consomme moins de combustibles fossiles réorientent leurs investissements vers des activités porteuses en lien avec cette diminution justement.
« C’est une guerre de retard. On ferait beaucoup mieux de regarder vers l’avenir, de se rendre compte d’une part que la planète et l’habitabilité est réellement menacée pour nos enfants, pour nos petits-enfants, mais aussi que réorganiser l’économie mondiale pour prendre en compte la question du climat ça peut apporter de très nombreuses opportunités en termes d’emploi.
Pensons à l’isolation des maisons par exemple. Si on veut réduire la consommation des combustibles fossiles, il faut par exemple isoler les bâtiments. C’est porteur d’emploi. Je pense qu’ils oublient qu’il y a des opportunités économiques aussi à lutter contre le réchauffement climatique. »
Une personne sur trois se dit climatosceptique
Le lobbying semble payer aux USA, seul pays industrialisé à n’avoir aucune législation fédérale limitant ses émissions de gaz à effet de serre. En Europe, un Britannique et un Français sur 3 se déclare climatosceptique. (…)
Sources from rtl.be, déniché par Mich et relayé par SOS-planete
Note de Jacques : nous savons très bien que la vérité rend d’abord sceptique, qu’elle dérange, ici nous en avons la preuve. On entend aussi souvent certains mettre en avant que les chercheurs du GIEC sont payés par les industries de l’énergie renouvelable. Et alors ! Il vaut mieux être financé par le durable que par l’éphémère, même si rien n’est durable 😉

A notre échelle humaine, il est quand même préférable de penser à nos enfants et petits enfants. Ils sont concernés et il est urgent de réagir, non ? Messieurs les lobbyistes, vous n’aurez même pas le temps de vous tirer sur une autre planète, alors réfléchissez un peu plus au fond de vos sièges éjectables en cuir de vache !

Plus de 140 fondations philanthropiques participent au financement du contre-mouvement sur le changement climatique.
Le sociologue américain Robert Brulle le révèle dans une étude publiée dans la revue Climatic Change
Le réchauffement climatique plus grave que prévu : Selon trois chercheurs, les températures devraient grimper de 3°C d’ici cinquante ans. C’est deux fois plus que ce qui était prévu.

France : Conférence environnementale, des paroles mais peu d’actes ;o(

21 Sep

Monde : Les 50 entreprises les plus émettrices de CO2, mauvais élèves du climat

14 Sep
Les émissions de gaz à effet de serre des 500 plus grandes entreprises cotées mondiales ont reculé de 14% en quatre ans, mais celles des 50 plus gros émetteurs ont continué à augmenter, selon une étude publiée jeudi.
Au total, les 500 plus grandes entreprises cotées émettront en 2013 l’équivalent de 3,6 milliards de tonnes de CO2, contre 4,2 milliards en 2009, selon un rapport du CDP, l’ex-Carbon Disclosure Project, une organisation indépendante spécialisée dans les émissions des sociétés.
Les 50 plus gros émetteurs, dont les émissions ont progressé de 1,7% en quatre ans, rejettent à eux seuls 73% de ce total dans l’atmosphère, soit plus de 2,5 milliards de tonnes (hors émissions indirectes dites de Scope 3), selon le CDP.
Cette seule progression est équivalente à mettre 8,5 millions de camions supplémentaires sur les routes, souligne le CDP.
« Les plus gros émetteurs, qui ont le plus grand impact en terme d’émissions mondiales et représentent donc la plus grande opportunité de changement à grande échelle, doivent faire plus pour réduire leurs émissions », estime l’organisme, qui élabore ses données pour des investisseurs.
La liste du CDP des 50 plus gros émetteurs est essentiellement composée de pétroliers et d’énergéticiens, de cimentiers et de groupes métallurgiques ou miniers.
Seize d’entre eux sont des entreprises américaines (ExxonMobil, Wal-Mart, Dow Chemical…). Suivent le Royaume-Uni (6), le Canada, la France et l’Allemagne (5).
Le Brésil, le Japon, l’Espagne, la Suisse en comptent deux, pour un représentant de l’Australie (Woodside), l’Italie (Enel), le Luxembourg (ArcelorMittal), les Pays-Bas (Shell), la Norvège (Statoil), l’Afrique du Sud (Sasol) et la Corée du Sud (Posco).
Côté français, Total, Saint-Gobain, Air Liquide, EDF et GDF Suez figurent dans le top 50 mondial du CDP. Il faut y ajouter Lafarge, que CDP n’inclut étrangement pas dans la liste mais qui apparaît pourtant comme deuxième émetteur français dans les données du CDP.
GDF Suez est le plus gros pollueur (157,9 millions de tonnes), devant Lafarge (106,3 millions), EDF (80,4), Total (51,4), Air Liquide (22,1) et Saint-Gobain (12,8).
Les données restent toutefois incomplètes, une centaine d’entreprises sur 500 n’ayant pas correctement communiqué leurs émissions, et certaines émissions indirectes n’étant que difficilement comptabilisées.
Selon les estimations du PNUE, le bras environnemental de l’ONU, les émissions totales de gaz à effet de serre chaque année dans le monde avoisinent les 50 milliards de tonnes-équivalent CO2.
La planète vient d’entrer « dans une nouvelle zone de danger » avec une concentration de CO2 mesurée au-delà des 400 parties par millions (PPM), seuil inégalé depuis l’ère du pliocène il y des millions d’années, a averti l’Onu en mai.
Un nouveau rapport très attendu des experts du climat du Giec doit être publié le 27 septembre. (…)
Sources from AFP

France : Hulot, la conférence climat de 2015 « plus grand rendez-vous diplomatique » du quinquennat

19 Août
Nicolas Hulot, envoyé spécial du président François Hollande pour la protection de la planète, juge que la conférence mondiale sur le climat que doit accueillir la France en 2015 est « le plus grand rendez-vous diplomatique du quinquennat ».
L’ex-animateur vedette d’Ushuaïa annonce, dans un entretien à paraître vendredi dans les journaux du Groupe Nice-Matin, qu’il se rendra aux États-Unis fin septembre mais aussi Vatican en novembre dans le cadre de son nouveau rôle visant à tenter de mobiliser les dirigeants de la planète.
La conférence climatique que doit accueillir la France fin 2015 est « une réunion cruciale pour la communauté internationale et le plus grand rendez-vous diplomatique du quinquennat », affirme Nicolas Hulot. La réunion doit permettre de trouver un accord global entre les plus de 190 pays négociant sous l’égide de l’ONU pour lutter contre le réchauffement climatique.
Aux États-Unis, fin septembre, l’envoyé spécial du président Hollande doit discuter avec l’administration américaine « et peut-être rencontrer le secrétaire d’État John Kerry ». « C’est le bon moment. Les Américains, même les plus sceptiques, ont pris conscience que les événements climatiques, ouragans, sécheresse, feux, impactaient gravement leur économie », dit Nicolas Hulot.
Sa visite au Vatican, en novembre, vise à rappeler le caractère « universel » de la lutte contre le réchauffement. Il dit qu’il avait « écrit aux représentants de toutes les confessions ».(…)
Sources from AFP

Planète : Changement climatique, Ban Ki-moon souhaite un accord solide d’ici à 2015

28 Jan
Changement climatique : Ban Ki-moon souhaite un accord solide d'ici à 2015
Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a souhaité mardi un accord fort et contraignant d’ici à 2015 pour lutter contre le changement climatique, présentant ce dossier comme une de ses priorités.
« Le mois dernier, à Doha, nous avons maintenu sur les rails les négociations sur le climat. C’est une priorité pour moi et, l’année prochaine, j’entends inviter les dirigeants du monde individuellement et collectivement, à mobiliser la volonté politique nécessaire à l’adoption, d’ici à 2015, d’un instrument fort, complet et contraignant sur les changements climatiques », a-t-il déclaré devant l’Assemblée générale de l’ONU.
L’accord de Doha, conclu en décembre dernier après 12 jours d’âpres négociations, engage l’Union européenne, l’Australie et une dizaine d’autres pays industrialisés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2020. Mais les pays engagés ne représentent que 15% des émissions de GES dans le monde. (…)
Sources from bfmtv.com et relayé par SOS-planete

Europe : Pourquoi le carbone ne vaut plus rien ?

25 Jan
Le marché européen du CO2 a atteint un niveau historiquement bas…
Pour à peine plus cher que deux tickets de métro, achetez donc une tonne de carbone. Les prix des droits d’émission de CO2 ont atteint jeudi un niveau historiquement bas, à 2,81 euros la tonne, alors qu’elle était à environ 6 euros à la fin 2012.
Moins d’activité, moins de CO2, moins de valeur
Cette chute vertigineuse a suivi le vote de la Commission de l’Energie du Parlement européen contre le projet visant à «geler» temporairement des quotas afin de soutenir les prix du carbone. Les cours sont ensuite repartis à la hausse, remontant à plus de 4 euros. «La liquidité a disparu pendant un instant et cela a provoqué la chute libre», a expliqué un trader. «La nouvelle elle-même ne justifiait pas une telle chute libre, celle-ci est due principalement à des facteurs techniques.»
Des facteurs techniques que détaille Cédric Bleuez, directeur du cabinet Carbon Market Data, interrogé par 20 Minutes: «Le marché est long, car il y a eu des distributions de quotas gratuits très importante par rapport aux besoins de industriels», explique l’analyste. Comprendre: les tonnes de carbone attribuées gratuitement par l’Europe aux industries concernées, censées correspondre à leurs émissions de CO2, ont été largement suffisantes cette année car la récession économique globale a entraîné une baisse de l’activité et donc des rejets de CO2.
Encore une faille du marché du carbone
Les entreprises ont donc des quotas de carbone en trop, qu’elles peuvent revendre sur le marché. Elles ont tout intérêt à ce que le marché monte, et le refus du Parlement européen de soutenir les prix de la tonne de CO2 a donc provoqué un affolement passager. Pour redresser le marché aujourd’hui, «Il peut y avoir une loi européenne pour faire en sorte que moins de quotas soient disponibles sur le marché et ensuite un accord au niveau mondial en 2015», estime Cédric Bleuez qui voit dans l’apparition de marchés carbone en Chine, Corée du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande une chance pour maintenir le prix du carbone.
Mais dans ces spéculations, le climat est le grand oublié. Car quand le prix du carbone baisse, ce sont «les sociétés électriques qui ont une intensité carbone élevée qui en profitent», juge Cédric Bleuez. Celles qui font de l’électricité à partir de combustibles fossiles, comme le charbon et le gaz, peuvent ainsi financièrement plus à l’aise et voient leur coût de revient diminuer. Encore une faille pour le marché du carbone européen, déjà accusé de ne pas être efficace pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Certains analystes estiment que les permis devraient atteindre au moins 20 euros la tonne pour pousser les compagnies d’électricité à modifier leur politique de production. (…)
Sources from Audrey Chauvet
Notes d’Administrateur :

https://i0.wp.com/blog.ulurubeagle.com/wp-content/uploads/2009/01/fraude-300x300.gif

Ce marché n’est qu’une vaste escroquerie… blanchiment d’argent, corruption, fraudes financières et fiscales avérées, réseau, montages financiers, intermédiaires, ouvertures de comptes  à des traders ne disposant que d’adresses de courriels ou de téléphones portables à Hong-Kong… Les enquêtes préliminaires et les informations judiciaires en cours :  sociétés Crépuscule, Voltalia, TerraNova Market, Nathanael, etc… La« fraude au carrousel » sur le CO2 a allégé les caisses de l’État français de 1,5 milliard d’euros entre 2008 et 2009. La justice internationale a été saisie mais comme à l’accoutumée les moyens alloués à la lutte contre la fraude sont limités.