Tag Archives: projet d’aéroport

France : NDDL, Y’A T’IL UN PILOTE DANS L’AVION À BRUXELLES ?

1 Fév
NDDL : Y'a t'il un pilote dans l'avion à Bruxelles ?
 Signataire(s) du communiqué
Agir pour l’Environnement
ACIPA
Amis de la Terre France
Attac
Confédération paysanne
Générations Futures
RAC – Réseau Action Climat France
Solidaires – Union Syndicale
Paris le 22 novembre 2013 – La Commission Européenne vient d’approuver la subvention de 150 millions d’euros octroyée par les autorités françaises à la société des Aéroports du Grand Ouest (société détenue à 85% par le groupe Vinci) pour la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
La Commission Européenne justifie sa décision en affirmant que le dossier Notre Dame des Landes «?est compatible avec les règles de l’UE relatives aux aides d’État?» et qu’il n’entraînera pas de « distorsion indue de la concurrence dans le marché intérieur européen?».
 Sans appuyer cette conclusion, la Commission européenne affirme que l’aéroport sera bénéfique au développement de la région. (…)
Les grands discours sont en dissonance avec les actes de nos décideurs politiques qui préfèrent s’entêter à construire un aéroport sur environ 2000 hectares de terres agricoles cultivables, entraînant la destruction d’emplois paysans et donc l’atteinte à la vitalité des territoires ruraux et détruisant au passage des zones humides tout en favorisant les transports les plus émetteurs de gaz à effet de serre.
D’autre part, comment est-il envisageable que la France, qui a un déficit budgétaire de 82 milliards d’euros en 2014 et qui chasse les économies puisse financer, pour commencer, à hauteur de 150 millions d’euros un projet injustifié et certainement pas rentable pour Vinci puisque ce dernier ne peut s’autofinancer et se voit dans l’obligation de faire subventionner son projet à hauteur de 43% par de l’argent public ? (…)
Il est grand temps de faire correspondre les discours aux actes et d’annuler la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Alors qu’une triple crise (économique, environnementale et sociale) fait rage, ne serait-il pas plus cohérent d’investir dans des projets et alternatives écologiquement viables et créateurs d’emplois afin de réellement entamer la transition écologique ?
Contacts Presse
Dominique Fresneau, Acipa – 06 71 00 73 69
Sophie Bordères, Agir pour l’environnement – 06 45 48 13 54
Jeanne Planche, Attac – 06 83 01 44 88
Caroline Prak, Amis de la Terre – 01.48.51.18.96
Bernard Breton, Confédération paysanne – 01 43 62 10 32
Nadine Lauverjat, Générations Futures – 06 87 56 27 54
Didié Aubé, Solidaires – 06 78 75 43 62
Lorelei Limousin, Réseau Action Climat – 07 70 31 09 19
Pour lire la totalité, cliquer ICI
Sources from  agirpourlenvironnement.org, publié par agirpourlenvironnement.org et relayé par SOS-planete

France : Notre-Dame-des-Landes, travaux « avant l’été » ;o(

24 Jan
notre-dame-des-landes-aeroport-non.png
Les premiers travaux du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) débuteront « sans doute avant l’été », a déclaré aujourd’hui le président d’Aéroports du Grand Ouest (AGO), la filiale du groupe Vinci concessionnaire du projet.
Rendus possibles par deux arrêtés préfectoraux pris le 20 décembre, le transfert des espèces protégées, les opérations d’archéologie ou encore les travaux préparatoires sont toutefois conditionnés à l’échec des probables recours juridiques que vont intenter les opposants au projet.
« Il n’y a pas de planification détaillée, dans le sens où on n’a pas de date précise à vous donner », a déclaré aux journalistes Nicolas Notebaert. « Mais tout est prêt, tout est facile à préparer, car ce ne sont pas des opérations d’envergure en termes de moyens. » La tenue de ces travaux préparatoires est également conditionnée à « la sécurité » des employés amenés à travailler sur le terrain, a-t-il insisté, alors que certains ont déjà été pris à partie par le passé par des « zadistes », des occupants de la zone d’aménagement différé (ZAD) du futur aéroport.
(more…)

France : NDDL, SAUVONS LES LANDES DE NOTRE DAME !!!

25 Déc
Sauvons les Landes de Notre Dame
Les fêtes approchent : les travaux de construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes aussi. L’Etat s’apprête, cette semaine, à publier les autorisations de destruction d’espèces protégées et de zone humides et à engager les travaux. Nous, juristes en droit de l’environnement, avons décidé de lancer un dernier appel. Elus, citoyens : il faut agir aujourd’hui. Maintenant. Demain, il sera trop tard. Demandons au gouvernement de ne pas signer les autorisations de destruction qu’il s’apprête à délivrer.
 Ce projet est une horreur écologique
Des hectares de terres agricoles, de zones humides et des espèces vivantes sont sur le point d’être détruits de manière irréversible. Tenter d’accroître le trafic aérien et ses émissions de gaz à effet de serre à la veille de la conférence de Paris sur le climat de 2015 : est-ce vraiment une bonne idée ?
Ce projet est une horreur économique
Conçu dans les années 1960, ce projet n’apportera rien aux territoires qu’il massacre. Qui pense qu’Orly et Roissy (les aéroports) ont permis le développement d’Orly et Roissy (les villes, les citoyens) ? Le pays de Notre-Dame des Landes ne gagnera rien avec des avions. A l’heure du développement durable, pourquoi prétendre que le développement économique passerait par… un aéroport, du goudron, du kérosène et du dioxyde de carbone ?
Ce projet est une horreur juridique
L’Étatse prévaut sans cesse du droit pour justifier son projet. Mais le droit a été « modernisé » pour précisément permettre ce projet. En réalité, il est devenu bien plus difficile de construire une éolienne qu’un aéroport. Et insistons : aucune concertation sincère n’a été organisée. Qui peut croire qu’un débat a un sens lorsque la décision a été prise par avance ?
Nous lançons un appel solennel aux Français et aux Françaises.
Laisser passer Notre-Dame-des-Landes, c’est laisser passer l’idée que notre avenir puisse être celui du développement durable. Laisser passer Notre-Dame-des-Landes, c’est faire passer l’idée terrible que l’écologie ne sert à rien sauf à des beaux discours. Laisser passer Notre-Dame-des-Landes, c’est faire une croix sur la transition écologique et énergétique de ce pays.
A la veille d’échéances électorales importantes, lançons tous un appel au gouvernement pour qu’il arrête ce projet fou. Chacun peut agir : écrire, lire, informer, signer, tweeter, voter… Chacun peut demander au gouvernement de ne pas signer les arrêtés de destruction et d’arrêter les convois de police et de pelleteuses !
Pour signer la pétition, cliquer ICI
Sources from cyberacteurs.org, relayé par SOS-planete 
« L’histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord ». Napoléon 1er

France : L’Etat relance le dossier de Notre-Dame-des-Landes, les bonnêts rouges montent au créneau

23 Déc
460_0___30_0_0_0_0_0_vinci3
Une nouvelle étape du projet controversé d’aéroport à Notre-Dame des Landes, près de Nantes, a été franchie ce week-end avec la publication d’arrêtés autorisant des travaux environnementaux préalables à la construction de la plate-forme aéroportuaire.
La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, n’a toutefois pas confirmé dimanche que l’aéroport du Grand Ouest entrerait en service en 2019 comme l’ont avancé des défenseurs du projet.
« Donner le calendrier précis, c’est un peu prématuré car les opposants à ce projet peuvent toujours porter des recours en justice », a-t-elle déclaré dimanche au Grand rendez-vous Europe1/Le Monde/i>Télé.
Les travaux préalables devaient à l’origine débuter à l’automne 2012 pour une inauguration de l’aéroport initialement prévue en 2017.
Le leader des Bonnets rouges, mouvement en pointe de la contestation contre l’écotaxe, a appelé à une mobilisation générale contre le projet de Notre-Dame-des-Landes, notamment lors de la manifestation prévue le 22 février à Nantes.
(more…)

France : À Notre-Dame-des-Landes, les travaux bientôt autorisés

17 Déc
  • Notre-Dame-des-Landes le 2 janvier.

    Liberation.fr/Libération.fr – Notre-Dame-des-Landes le 2 janvier.

Le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, dans le bocage nantais, risque de faire reparler d’ici quelques semaines. Le préfet de Loire-Atlantique a annoncé hier la signature prochaine de quatre arrêtés environnementaux. Conséquence : les premiers travaux pourraient commencer en 2014, même si les autorités se sont refusées à donner tout calendrier précis. «C’est la fin du dialogue», estime Julien Durand, porte-parole de l’Acipa, le collectif des opposants historiques.
Il regrette la tentative de «passage en force» du gouvernement, alors que de nombreux recours juridiques sont encore engagés, notamment à Bruxelles. «A quelques mois des élections municipales et européennes, l’attitude du gouvernement est un mauvais signe envoyé aux écologistes et aux Français en général», tonne l’eurodéputée Sandrine Bélier. (…)

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

France : Intervention des forces de l’ordre ce matin à Notre-Dame-des-Landes

21 Sep
Intervention des forces de l'ordre ce matin à Notre-Dame-des-Landes
Les forces de l’ordre sont intervenues ce vendredi matin, vers 9 h 30, au carrefour des Ardillères pour évacuer une maison qui venait d’être réoccupée par les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
Il n’y aurait pas eu d’interpellations. Des opposants sont depuis réunis autour de la maison et des fourgons de forces de l’ordre sont déployés sur la ZAD.
Sur les réseaux sociaux, les opposants indiquent qu’il y aurait eu deux personnes mises garde à vue ce matin.

Plus d’informations à lire samedi 21 septembre dans les éditions de Presse Océan

Sources from presseocean.fr, relayé par SOS-planete

France : L’aéroport de Notre-Dame- des-Landes à l’épreuve de la législation européenne

7 Sep
Les députés européens n’iront pas, dans l’immédiat, arpenter le bocage nantais pour enquêter sur la nécessité de construire un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Un dossier brûlant pour le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, ardent défenseur du projet, et une pomme de discorde avec les écologistes.

Jeudi 5 septembre, la conférence des présidents de groupe du Parlement européen a décidé, sous l’impulsion des deux principales formations, le Parti populaire européen (conservateurs) et l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates, de ne pas donner suite à la demande d’envoi d’une mission par la commission des pétitions. Pour l’eurodéputée écologiste Sandrine Bélier,  » cette décision est injustifiable, alors que la commission des pétitions mène de concert avec la Commission européenne une enquête afin de s’assurer que ce projet ne contrevienne pas au droit de l’Union européenne « .

De fait, les demandes formulées par Bruxelles au gouvernement français sur d’éventuels manquements à la réglementation européenne pourraient expliquer cette décision.  » La proposition d’une mission sur le terrain était conditionnée aux conclusions de la Commission européenne sur le dossier. Or celles-ci n’ont pas été rendues ; il est raisonnable de les attendre pour voir si une mission est nécessaire « , explique la présidente des socialistes français au Parlement européen, Catherine Trautmann.

L’éventuel envoi de parlementaires devra donc patienter jusqu’au 17 septembre, date à laquelle la Commission européenne présentera ses conclusions aux députés de la commission des pétitions. Le gouvernement français a fait parvenir, cet été, ses réponses aux nombreuses et longues questions qui lui étaient posées. Dans un document, que Le Monde s’est procuré, il justifie le projet du futur aéroport du Grand Ouest, notamment au regard d’éventuels manquements aux réglementations européennes : les programmes de compensation liés à la destruction de zones humides, la protection des espèces, l’évaluation environnementale du projet ou encore la détermination d’alternatives au site de Notre-Dame-des-Landes.

Pour Raphaël Romi, spécialiste du droit européen de l’environnement et conseiller des opposants au projet,  » les réponses du gouvernement montrent de nombreux manquements aux règles européennes « . En ne tenant pas compte des conclusions du comité d’experts scientifiques et de la commission du dialogue – mis en place par le gouvernement en décembre 2012, ils critiquaient notamment la méthode de compensation arrêtée pour les zones humides -, l’Etat se mettrait dans une situation délicate.  » Au regard du droit communautaire, qui prévoit une compensation de deux hectares pour un hectare de zone humide détruit, le projet n’est pas conforme à la directive-cadre sur l’eau « , dit M. Romi.

Vision globale

Un autre point pourrait hérisser Bruxelles : le gouvernement écrit qu’il n’a pas encore réalisé les études d’impact des projets annexes à l’aéroport, tels que la nouvelle ligne ferroviaire Nantes-Rennes,  » les projets de zone d’activité en périphérie de l’aéroport « , ou encore la desserte par la ligne de tram-train Nantes-Nord.  » La Commission européenne est très attentive à la vision globale des impacts d’un programme et ne supporte pas le saucissonnage « , avertit M. Romi.

Les conclusions de Bruxelles sont attendues alors que la pause sur le terrain reste fragile. La préfecture fait valoir que les chantiers pourraient débuter prochainement. Les opposants, eux, restent mobilisés : le 29 août, une nouvelle maison, le Moulin de Rohanne, délaissée par ses habitants, était occupée par des militants de la ZAD, la zone d’aménagement différé devenue  » zone à défendre « . (…)

Sources from Rémi Barroux pour Le Monde