Tag Archives: Précarité

France : Un tiers des Français peine à boucler ses fins de mois

3 Fév
31% des Français ont des revenus insuffisants en fin de mois, 20% sont contraints de puiser dans leurs économies et 11% s’en sortent avec une aide extérieure ou un crédit, d’après une étude LH2.
6897979-un-tiers-des-francais-peine-a-boucler-ses-fins-de-mois
Plus d’un Français sur deux (55%) a le sentiment de devoir se contenter de l’essentiel voire d’un peu moins. (c) Sipa
La situation financière des Français se fragilise puisque près d’une personne sur trois rencontre des difficultés pour boucler ses fins de mois, selon une étude LH2 pour CA Com sur le pouvoir d’achat publiée jeudi 30 janvier.
Ainsi, 31% des Français déclarent avoir des revenus insuffisants pour finir la fin du mois, en hausse de 8 points sur six mois. Ils sont également 20% à être contraints de puiser dans leurs économies et 11% à s’en sortir avec une aide extérieure ou un crédit (respectivement +6 et +3 points sur un an).
Plus de 6 Français sur 10 inquiets par la précarité
Parmi les foyers concernés, près d’un sur deux (49%) a des revenus nets mensuels inférieurs à 1.200 euros, 42% sont des familles nombreuses (5 personnes et plus) et 40% sont jeunes (18/24 ans).
(more…)

Europe : Le Tiers Monde de l’Europe du Sud … Il y a maintenant proportionnellement moins de pauvres en Pologne qu’en Grèce ou en Italie

31 Jan
Les résidents de la Pologne ont désormais moins de chances de se retrouver dans la pauvreté que ceux qui vivent en Italie ou en Grèce. C’est ce qui ressort d’un classement établi par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur la base de données fournies par l’agence des statistiques européennes, Eurostat.
L’OCDE a déterminé un ensemble de 9 critères qui permettent de définir la privation matérielle. Il y a un «risque important de privation matérielle» lorsque des gens ne peuvent pas se permettre au moins 4 des types d’achats suivants :
1. payer le loyer, payer les échéances de son emprunt ou les factures des services publics;
2. chauffer sa maison de manière adéquate;
3. faire face à des dépenses imprévues;
4. manger régulièrement de la viande et des protéines;
(more…)

France : Force ouvrière sur le sentier de la grève

30 Jan
Jean-Claude Mailly a appelé, mercredi 29 janvier, à une « journée de rassemblements et manifestations » le 18 mars, jour déjà choisi pour une grève à la Sécurité sociale et qui tombe cinq jours avant le premier tour des élections municipales. Le secrétaire général de Force ouvrière, qui s’exprimait lors d’un meeting à la Halle Freyssinet, à Paris, devant        5 000 militants, a invité les autres syndicats à « faire de ce 18 mars une journée de grève interprofessionnelle ». Mettant en avant ses revendications – augmentations des salaires, créations d’emplois en CDI ou statutaires, défense de « vrais services publics républicains » –, il entend surtout dénoncer le « pacte de responsabilité » proposé par François Hollande, qualifié de « pacte austère d’unité nationale ».
Tout en reconnaissant que « les mobilisations interprofessionnelles ne s’improvisent pas » – toutes celles de 2013, menées avec la CGT, se sont soldées par des échecs –, le patron de FO a estimé que la responsabilité de son syndicat était de « donner des perspectives, de conjuguer la solidarité public/privé, de peser sur les évènements, d’exprimer clairement le rapport de forces ».
« Pacte d’austérité »
Applaudi surtout dans la seconde partie de son discours d’une heure, Jean-Claude Mailly a développé sa thématique habituelle selon laquelle « ce fameux pacte de responsabilité s’inscrit de fait dans le pacte budgétaire européen dont il est une des déclinaisons. C’est un pacte d’austérité ». Vilipendant de nouveau le « coming out libéral » de François Hollande, il s’est interrogé ironiquement : « Le président a-t-il subi une sorte de media training patronal ou a-t-il été tellement sensible à la fable patronale qu’il la récite à son tour ? Passer d' »ennemi de la finance », à président des entreprises et faire les yeux doux aux marchés financiers, ça ressemble un peu au syndrome de Stockholm. » « Le président, a-t-il martelé, ferait mieux d’écouter Obama qui a annoncé l’augmentation du smic [américain]. »
Jean-Claude Mailly a répété, comme il y a un an, que « l’austérité était triplement suicidaire : socialement, économiquement et démocratiquement ». Pour illustrer son propos, il a souligné que « les idées racistes, xénophobes ou antisémites, que nous avons toujours rejetées avec force, germent surtout sur le terrain de la misère et des crises économiques ». Et pour lui, « combattre le rejet de l’autre, quel qu’il soit, c’est combattre d’abord l’austérité ».
Pour le secrétaire général de FO, le pacte de responsabilité n’est pas un tournant mais « une continuité, voire même une accélération d’une politique libérale ». « Le changement c’est pour quand? », s’est-il exclamé à plusieurs reprises, en affirmant que « c’est en relançant la croissance qui fait défaut aujourd’hui que l’on pourra échapper à la spirale de l’austérité ».
Devant un public où étaient présents de nombreux fonctionnaires – les élections dans la fonction publique ont lieu en décembre –, Jean-Claude Mailly a longuement défendu les services publics « républicains » et la sécurité sociale : « Dans une certaine manière, si dans un système capitaliste le régime dit de social-démocratie peut avoir un sens, c’est la sécurité sociale qui le lui donne. »
« Le président »
Très classiquement, le secrétaire général de FO a fait de « la défense et l’augmentation du pouvoir d’achat » la « priorité des priorités ». Et il a défini Force ouvrière, « syndicat où l’idéologie ne l’emporte pas sur le réalisme et le pragmatisme » mais où ces trois éléments « se complètent », comme incarnant « le réformisme militant ». N’attaquant et ne nommant aucun autre syndicat, il s’est abstenu d’appeler François Hollande par son nom, citant seulement « le président », à deux exceptions près, quand il a rappelé l’opposition de celui qui était alors premier secrétaire du PS aux ordonnances, en 2005, et quand il a fustigé « l’axe Hollande-Gattaz ».
Son intervention a été précédée par les témoignages de six militants d’entreprises, le meeting étant entrecoupé de saynètes chantées par la compagnie Jolie Môme, qui s’inscrit dans la tendance « mouvementiste » avec des accents libertaires. Déguisés en communards et exhibant un drapeau rouge, ils ont chanté des chants révolutionnaires, sur le thème « c’est dans la rue que ça se passe » et achevé leur prestation par un éloge de la lutte des classes et un appel à la « grève générale ». Selon la tradition, le meeting s’est achevé aux sons de l’Internationale. (…)
Sources from Michel Noblecourt

France : En trois ans, près de 900.000 personnes sont devenues pauvres en France ;o(

24 Jan
misere-ad8e077f-1032-415a-ba09-c0d8368834e8
En 2011, 8,7 millions de personnes vivaient en-dessous du seuil de pauvreté, qui s’élevait à 977 euros par mois. Soit 893.000 de plus qu’en 2008. Les chômeurs et les jeunes sont les populations les plus fragiles.
Les conséquences de la crise de 2008-2009 se précisent au fil du temps. On connaissait déjà les effets de la crise sur l’activité – le PIB a reculé de 2,5% en 2009 selon l’Insee -, sur les défaillances d’entreprises – 65.000 en 2009, un record – et sur les destructions d’emplois qui se sont élevées à 331.000 en 2009 selon une étude du Trésor. Une étude de l’Insee publiée ce lundi nous éclaire sur l’impact de la crise sur la pauvreté.
Seuls les plus aisés voient leur niveau de vie augmenter
Selon l’enquête Revenus fiscaux et sociaux, le niveau de vie médian des Français s’est stabilisé entre 2010 et 2011 à 19.550 euros annuels. Les 10 % des personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10.530 euros par an. Les 10 % les plus aisés disposent d’au moins 37 450 euros par an, soit 3,6 fois plus. En 2011, les niveaux de vie ont augmenté uniquement pour la moitié la plus aisée de la population. En revanche, pour la moitié la plus modeste, ils reculent, mais moins que les deux années précédentes.
(more…)

Grèce : 2014, la Grèce quitte l’euro

9 Jan
grece-euro-faille
Après six années de dépression économique, la Grèce ne semble guère en meilleure forme à présent qu’elle aborde 2014. Les perspectives de croissance pour la nouvelle année sont effectivement toutes pessimistes et négatives alors que le P.I.B. pour 2013 est de 4% inférieur à 2012. De fait, l’économie grecque se retrouve aujourd’hui amputée de pas moins de 25% de ses richesses et de ses ressources et, ce, par rapport au démarrage de cette crise. A titre de comparaison, l’économie US avait fondu de l’ordre de 30% lors de la Grande Dépression. Cette nation subit donc une authentique dépression dont l’amplitude est proprement terrifiante puisqu’elle se traduit par un taux de chômage officiel de 27%, dont 55% chez les jeunes !
 Deux grecs au chômage pour un en emploi
La réalité est encore plus dramatique, puisque c’est deux grecs qui sont au chômage pour un grec qui bénéficie d’un emploi: ce ratio étant le plus élevé au monde. L’effort à fournir par les grecs devrait donc être surhumain – et inhumain – si leur ambition est d’égaler ce ratio en vigueur auprès des pays à croissance molle, comme la France.
Le rythme de créations d’emploi devrait en effet atteindre une cadence formidable pour atteindre un ratio de 1.5, alors que les salaires en Grèce sont toujours plus élevés que dans des pays comme la Pologne et la Hongrie. Autrement dit, la Grèce ne pourra toujours pas miser sur son secteur à l’exportation pour redresser sa croissance, en dépit d’efforts de productivité intenses qui ont été consentis et malgré des salaires réels en chute libre.
(more…)

Belgique : Toujours plus de SDF

26 Déc
Un des journalistes a vécu une semaine en immersion dans le monde des sans-abris. Déguisé en SDF et équipé de caméras cachées il s’est mis à leur place.
pauvrete
(more…)

Bulgarie : Un bulgare a détruit et livré sa maison à sa banque car il ne pouvait plus payer l’hypotèque

16 Déc
Dlazhnik
Un habitant de la ville de Lovech en Bulgarie qui ne pouvaient plus se permettre de payer l’hypothèque de sa maison a dépensé son dernier sou pour la démolir juste avant les banksters ne l’emportent. Le terrain sur lequel la maison était construite n’est pas inclus dans l’hypothèque, de sorte que la famille a décidé de détruire la maison pour la donner à son nouveau propriétaire. Les restes de l’édifice ont été chargés sur un gros camion et déplacés vers le bureau du district central de la banque, dans la ville de Teteven, là où l’hypothèque a été signée.
L’homme qui avait des dettes  auprès de sa banque ainsi que toute sa famille est entré dans le bureau et a commencé à pleurer et à supplier pour que la banque ait pitié d’eux, mais le directeur a répondu qu’ils ne peuvent pas faire d’exceptions et que la famille avait une semaine pour laisser la maison vacante.
Imaginez le visage du directeur après le départ de la famille, et que sa précieuse nouvelle maison a été déchargée en face de l’entrée principale de la banque (…)
Sources from Endoriot.blogspot.fr