Tag Archives: Chomâge

France : Chômage des seniors, l’OCDE veut raccourcir la durée d’indemnisation des chômeurs âgés

1 Fév
L’Organisation de coopération et de développement économiques recommande de raccourcir la période d’indemnisation des chômeurs âgés et de mieux cibler les contrats de génération.
Les derniers chiffres publiés lundi l’ont montré: le chômage des seniors n’en finit plus de grimper. Un mal français. Entre 2008 et 2011, 45% des seniors ont dû passer par la case chômage entre leur dernier emploi et leur retraite, souligne l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un rapport publié ce jeudi sur l’emploi des seniors en France. Elle préconise des réformes draconiennes.
«Même s’il a remonté ces dernières années, le taux d’emploi des seniors en France reste parmi les plus faibles de la zone OCDE», attaque l’organisation dans son étude. Le constat se fait en deux temps. Alors que les 55-60 ans français sont moins au chômage que dans les pays étrangers, les 60-64 ans le sont beaucoup plus. Seuls un sur cinq en France a un emploi, contre un sur trois en Europe. Deux raisons à cela: ils partent plus tôt à la retraite et ne sont pas incités à retrouver un travail quand ils sont au chômage.
 Raccourcir les droits au chômage des seniors
Les règles existantes incitent en effet, selon l’OCDE, les chômeurs âgés à attendre la retraite, ou ceux qui travaillent à quitter leur poste plus tôt et à attendre au chômage que sonne pour eux l’heure de la retraite. Dans la ligne de mire de l’Organisation, la rupture conventionnelle, qu’il faut «rendre moins attractive en fin de carrière pour les salariés et les entreprises». En effet, cette cessation de contrat de travail à l’amiable est particulièrement attractive pour les seniors les mieux rémunérés qui n’on aucun intérêt, ensuite, à rechercher un emploi.
Deuxième dispositif contre-productif: les durées d’indemnisation chômage plus longues accordées aux 50 ans et plus. Les partenaires sociaux, qui négocient actuellement une refonte de l’assurance-chômage, devraient «s’engager à supprimer progressivement la filière spécifique d’indemnisation pour les seniors». Une proposition esquissée par le patronat mais dont ne veulent pas entendre parler les syndicats. Il faudrait «au minimum» continue l’OCDE, «relever l’âge de l’accès à une indemnisation plus longue, par exemple à 62 ans». Les sommes utilisées pour indemniser les chômeurs âgés seraient ainsi mieux utilisées, explique l’organisation, pour financer leurs aides au retour à l’emploi. (…)
Article complet sur Lefigaro.fr

France : François Hollande n’est pas parvenu à faire baisser le chômage

28 Jan
Les chiffres publiés lundi 27 janvier par le ministère du travail et Pôle emploi sont sans appel : le nombre de chômeurs a continué à augmenter en décembre 2013. François Hollande n’est donc pas parvenu à inverser la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année, comme il s’y était engagé en septembre 2012.
En décembre, le nombre de chômeurs sans aucune activité au cours du mois (catégorie A) a augmenté de 8 200 personnes DOM compris, 10 200 sur la seule métropole. En comptant les chômeurs en activité réduite (catégories A, B et C), la hausse atteint 19 800 personnes sur la France entière, 22 000 sur la seule métropole. 3 563 400 personnes sont inscrites en catégorie A, 5 194 100 en comptant les catégories B et C, deux chiffres en hausse de plus de 5 % par rapport à l’année dernière.
« Depuis plusieurs mois, la tendance en matière de chômage est à la stabilisation. Ce que nous devons faire, c’est la diminution, l’inversion », a expliqué le chef de l’Etat, depuis Ankara où il se trouve en déplacement, admettant ainsi à demi-mot son échec.
Le communiqué de presse du ministère du travail vante un « net mouvement d’amélioration », toutefois, il convient « que l’inversion de la courbe du chômage pour l’ensemble des classes d’âge ne s’est pas encore réalisée ». Si le ministère a calculé que le nombre de chômeurs de catégorie A a progressé en moyenne de 2 500 personnes par mois au 4e trimestre 2013, contre 33 000 au 1er trimestre, il est difficile de qualifier d’inversion ce qui relève d’un simple ralentissement de la hausse.
Dans le détail, cette nouvelle hausse est encore une fois due surtout à l’augmentation des chômeurs de plus de 50 ans, qui a atteint 1,4 % sur un mois. Le nombre de chômeurs de moins de 25 ans a reculé, celui des 25-49 ans est resté stable. Les contrats aidés, au premier rang desquels les emplois d’avenir, permettent donc visiblement de limiter les dégâts pour les plus jeunes. Les seniors restent, de leur côté, frappés de plein fouet par la dégradation du marché du travail.
Hausse ininterrompue du chômage de longue durée
D’autant que le nombre de chômeurs de longue durée continue en décembre sa hausse  ininterrompue depuis 2008. Les chômeurs inscrits depuis plus d’un an sont près de 20 000 de plus en décembre qu’en novembre. Sur un an, la hausse atteint 13,3 %. Le nombre de chômeurs inscrits depuis moins d’un an est presque stable.
Cette nouvelle hausse du chômage est due à la fois à une augmentation des inscriptions et à une baisse des sorties de liste. En décembre, le nombre d’entrées après un licenciement économique ou une fin de CDD ont reculé, mais ces baisses ont été compensées par une hausse des premières inscriptions et de celles après un « autre cas », qui regroupe notamment les ruptures conventionnelles.
Côté sorties de liste, le niveau des reprises d’emplois déclarées recule fortement pour retrouver un niveau conforme à ceux observés en 2013 après un chiffre anormalement élevé en novembre. Les radiations administratives bondissent de près de 40 %, mais le ministère assure que ce chiffre « ne reflète pas une hausse réelle des radiations », mais « résulte de l’imprécision » des corrections de variations saisonnières. (…)
Sources from Jean-Baptiste Chastand
Notes d’Administrateur : Prenons l’air du temps…et selon certains,  la priorité, c’est le retour de la croissance et la décrue du chômage. Malheur à qui s’en détournera…

Angleterre : Londres supprime les aides au logement pour les chômeurs de l’UE

22 Jan
Reuters/Reuters - La Grande-Bretagne ne versera plus d'allocations logement aux immigrés sans emploi originaires d'autres pays de l'Union européenne, à compter d'avril. Selon deux ministres, cette mesure mettra fin à "une trahison honteuse" dont sont victimes les travailleurs britanniques. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville  moins
La Grande-Bretagne ne versera plus d’allocations logement aux immigrés sans emploi originaires d’autres pays de l’Union européenne, à compter d’avril. Selon deux ministres, cette mesure mettra fin à « une trahison honteuse » dont sont victimes les travailleurs britanniques.
En vertu de cette mesure, les immigrés venant d’autres Etats membres de l’UE ne pourront plus recevoir à la fois des allocations chômage et des allocations logement, précisent dans une tribune libre au Daily Mail le secrétaire d’Etat au Travail et aux Retraites, Iain Duncan Smith, et la ministre de l’Intérieur, Theresa May.
(more…)

France : L‘Unedic ne voit toujours pas d’inversion de la courbe du chômage en 2014

14 Jan
4981555-chomage-29-300-demandeurs-d-emploi-de-plus-en-novembre
D’après les dernières prévisions du régime d’assurance chômage, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A progressera de près de 65.000 personnes cette année. L’économie détruirait encore près de 15.000 emplois.
L’Unedic, qui est le gestionnaire de l’assurance-chômage, ne voit toujours pas l’inversion de la courbe du chômage promise par le gouvernement. Dans une note publiée ce mardi, ses experts prévoient bien une quasi-stabilisation du nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (ceux n’ayant exercé aucune activité) au dernier trimestre 2013, grâce au recours aux contrats aidés et grâce au plan de formation des chômeurs. Mais en 2014, le chômage repartira à la hausse, touchant 63.200 personnes de plus (pour les inscrits en A). Seule consolation: 2014 sera tout de même meilleure que 2013, qui avait été marquée par un premier semestre désastreux. L’an passé, le nombre de chômeurs en A aurait, au total, progressé de 168.700 personnes, d’après les évaluations de l’Unedic.
Si les prévisions de janvier sont un peu plus favorables que celles de septembre dernier (qui prévoyaient 75.600 inscrits en A en plus en 2014, après 168.800 en 2013), le diagnostic fondamental ne change pas. L’Unedic estime que le secteur privé cessera de détruire des emplois seulement à compter… du quatrième trimestre 2014. Et qu’au total, 14.400 postes seraient encore supprimés en 2014. Les gestionnaires de l’assurance-chômage ne croient pas en outre que le CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi) puisse faire des miracles.
(more…)

Grèce : 2014, la Grèce quitte l’euro

9 Jan
grece-euro-faille
Après six années de dépression économique, la Grèce ne semble guère en meilleure forme à présent qu’elle aborde 2014. Les perspectives de croissance pour la nouvelle année sont effectivement toutes pessimistes et négatives alors que le P.I.B. pour 2013 est de 4% inférieur à 2012. De fait, l’économie grecque se retrouve aujourd’hui amputée de pas moins de 25% de ses richesses et de ses ressources et, ce, par rapport au démarrage de cette crise. A titre de comparaison, l’économie US avait fondu de l’ordre de 30% lors de la Grande Dépression. Cette nation subit donc une authentique dépression dont l’amplitude est proprement terrifiante puisqu’elle se traduit par un taux de chômage officiel de 27%, dont 55% chez les jeunes !
 Deux grecs au chômage pour un en emploi
La réalité est encore plus dramatique, puisque c’est deux grecs qui sont au chômage pour un grec qui bénéficie d’un emploi: ce ratio étant le plus élevé au monde. L’effort à fournir par les grecs devrait donc être surhumain – et inhumain – si leur ambition est d’égaler ce ratio en vigueur auprès des pays à croissance molle, comme la France.
Le rythme de créations d’emploi devrait en effet atteindre une cadence formidable pour atteindre un ratio de 1.5, alors que les salaires en Grèce sont toujours plus élevés que dans des pays comme la Pologne et la Hongrie. Autrement dit, la Grèce ne pourra toujours pas miser sur son secteur à l’exportation pour redresser sa croissance, en dépit d’efforts de productivité intenses qui ont été consentis et malgré des salaires réels en chute libre.
(more…)

France : Le chômage repart à la hausse en novembre

27 Déc
 Le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 0,5% après une baisse de 0,6% en octobre…
Une très mauvaise nouvelle pour l’exécutif au creux des fêtes de fin d’année. Alors qu’en octobre, le nombre de chômeurs en catégorie A (sans aucune activité) avait baissé de 0,6% pour un total de 3.275.200, en novembre, il a augmenté de 0,5%, soit 17.800 chômeurs de plus, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail. Pour le chef de l’Etat, qui martèle depuis septembre 2012 son objectif d’inverser durablement la courbe du chômage d’ici la fin de l’année, le coup est dur. Signe de la fébrilité du gouvernement, Michel Sapin, le ministre du Travail, tenait une conférence de presse à 17h pour commenter ces mauvais chiffres (Voir le détails ci-dessous), ce qu’il ne fait jamais d’habitude.
L’opposition n’a pas tardé à réagir à l’instar de Geoffroy Didier, le secrétaire général adjoint de l’UMP, sur Twitter lâchant :
«Les chiffres du #chômage ne sont pas bons. Une politique qui n’a pas de cap ne peut pas obtenir de résultats.»
Le gouvernement minimise ces mauvais chiffres
Mais de son côté, le gouvernement minimise. Car en aditionnant les données de la catégorie A avec le nombre de demandeurs d’emploi ayant une activité réduite en catégories B, C, les chiffres de novembre sont en léger recul de 0,1% à 4.876.100 chômeurs en France (5.174.300 en ajoutant les DOM), soit 6.900 de moins. Pourtant, les inscrits en catégories ABC dans leur ensemble progressaient le mois précédent.
«Ainsi se manifeste, une fois de plus, la volatilité de cet indicateur d’un mois sur l’autre, particulièrement dans les périodes de retournement comme celle que nous vivons. Cette volatilité incite à regarder les chiffres en tendance sur plusieurs mois. De ce point de vue, nous sommes dans une amélioration engagée depuis le début de l’année et qui se confirme graduellement», explique Michel Sapin. A ses yeux, «l’inversion de la courbe du chômage est donc bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013», puisqu’après avoir progressé de +30.000 par mois au premier trimestre, puis de +18.000 au second trimestre et de +5.500 au troisième trimestre, sur les deux premiers mois du quatrième trimestre (octobre et novembre), l’évolution du nombre de chômeurs en catégorie A «est à la baisse de 1.350 en moyenne par mois». «L’inversion de la courbe du chômage, sur laquelle je me suis engagé, est bien amorcée», a abondé, en début de soirée, dans un communiqué François Hollande.
Pour faire baisser encore ces statistiques dans les mois à venir le ministre du Travail veut augmenter de 70.000 le nombre de places pour des formations à destination des personnes sans emploi au premier semestre 2014. De plus, il souhaite désormais centrer les contrats aidés, 450.000 ont été signés en 2013, sur les personnes de plus de 50 ans et les chômeurs de longue durée.
Mais il faudra patienter jusqu’au 27 janvier pour connaître les chiffres du chômage du mois de décembre et constater si l’engagement du chef de l’État d’inverser la courbe du chômage se vérifie bel et bien. L’attente va être longue. (…)
Sources from Mathieu Bruckmüller

Hollande Chmage

Après la publication des mauvais chiffres du chômage du mois de novembre, ce jeudi 26 décembre, les réactions politiques ont fusé dans l’équipe gouvernementale et sa majorité comme dans les rangs de l’opposition, du FN au centre en passant par l’UMP.
Les partenaires sociaux ont également commenté ces données.
Selon un communiqué du président de la République, François Hollande, l’inversion de la courbe du chômage «est bien amorcée». «Ce mouvement pour être significatif doit se poursuivre mois après mois». «C’est une bataille de chaque jour», martèle le chef de l’Etat.
Cette bataille, pour être gagnée, «suppose d’amplifier la reprise de la croissance économique à travers le soutien à l’investissement des entreprises», fait valoir M. Hollande. «Elle passe aussi par la pleine utilisation de tous les instruments en faveur de l’emploi : réforme du marché du travail, emplois d’avenir, contrats de génération», détaille-t-il.
(more…)

France : Chiffres du chômage, inversion engagée pour le gouvernement, «précarisation accrue» pour l’UMP…

30 Nov
 Le léger recul des chiffres du chômage, jeudi, ont fait vivement réagir les responsables politiques et syndicats…
La publication des chiffres du chômage – révélant un léger recul pour les catégories A – a fait vivement réagir les responsables politiques ce jeudi soir. Dans un communiqué de l’Elysée, François Hollande estime que «l’inversion de la courbe du chômage est désormais amorcée», ce qui «est conforme à l’engagement qu’[il avait] pris pour la fin de cette année». Le président de la République se félicite de «la mobilisation pour l’emploi, qui porte ses fruits, doit se poursuivre et même s’amplifier», même s’il «n’oublie pas que plus de 3.270.000 personnes restent inscrites à Pôle Emploi.»
>> Pourquoi ces chiffres représentent une baisse en trompe l’oeil? Notre analyse ici
Au gouvernement, le ministre du Travail Michel Sapin a estimé que «le nombre des chômeurs de moins de 25 ans a diminué pour le 6e mois consécutif, c’est le produit d’une politique et en particulier des emplois d’avenir.» Interrogé sur RTL, le ministre s’est félicité de ces résultats, estimant que «le mois d’octobre montre qu’on peut faire reculer le chômage en France». Il a ajouté que «la vraie bataille aujourd’hui c’est pour une inversion durable et une inversion qui concerne tout le monde», soulignant par ailleurs: «Ce n’est pas parce que je constate qu’il y a 20.000 chômeurs de moins que je vais oublier les trois millions de chômeurs qui restent encore aujourd’hui».
La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a expliqué dans un communiqué que «depuis le début de l’année, un vrai bout chemin a été parcouru en matière d’emploi. (…) à force d’efforts, ce n’est pas qu’une courbe qui commence à plier, c’est une réalité qui commence à s’inverser.»
Une «précarisation accrue du marché du travail» dénoncée par l’UMP 
Dans l’opposition, l’UMP, par la voix de son président Jean-François Copé, estime que cette baisse du chômage en catégorie A «n’occulte pas la forte progression des demandeurs d’emploi (+39.600) en catégories A,B,C, malgré un recours massif aux contrats aidés, ce qui témoigne d’une précarisation accrue du marché du travail.» Expliquant que «la journée a été marquée par l’improvisation incompréhensible» du chef de l’Etat, le député-maire de Meaux écrit que «pour permettre une baisse réelle et durable du chômage, il faut changer immédiatement de cap».
Le Front national estime dans un communiqué que «la baisse apparente du chômage en octobre relève d’un acharnement statistique, en témoigne la forte progression du nombre de demandeurs d’emploi en catégories B et C (+36.400) et la multiplication des contrats aidés, coûteux et sans avenir.» Le parti argue que «les torsions statistiques du gouvernement ne duperont personne.» 
«La précarité continue à flamber», a réagi jeudi soir le secrétaire général de la CGT Thierry Lepaon après la publication du nombre de chômeurs pour le mois d’octobre. «Vingt mille emplois disponibles, c’est un bon chiffre, mais dans le même temps, plus de 40.000 emplois sont déclarés comme étant des emplois précaires», a expliqué le leader de la CGT à un correspondant de l’AFP à Poitiers, où il participait jeudi soir au 42ème congrès de la Fédération des cheminots. «Nous voyons bien qu’au-delà du nombre de salariés au travail, la nature du contrat de travail même est en train de se dégrader et que la précarité continue à flamber dans notre pays», a-t-il ajouté. «Je ne pense pas qu’il y ait une inversion de la courbe», du chômage, a-t-il réagi.
Le Mouvement national des chômeurs et précaires affirme dans un communiqué: «5,5 millions de personnes inscrites à Pôle emploi, près de 8,7 millions de personnes sous le seuil de pauvreté: il ne s’agit plus de commenter chaque mois (…) la variation du nombre des inscrits à Pôle emploi en attendant le retour de la croissance». Le MNCP «appelle le gouvernement à mettre en oeuvre une réelle politique de lutte contre le chômage qui ne peut se limiter à l’application de mesures cosmétiques telles que les contrats aidés, ou les emplois tremplins». (…)
Sources from A.-L.B pour 20minutes.fr

Hollande Chmage