Tag Archives: Web

Etats-Unis : les journalistes derrière les révélations de Snowden lancent un nouveau portail

13 Fév
media_xll_6476194
Glenn Greenwald est l’un des deux seuls journalistes à avoir travaillé directement avec Edward Snowden. © afp.
‘The Intercept’ est le site internet mis en place pour les nouvelles révélations de l’informateur américain Edward Snowden. Le site a été mis en place par les journalistes qui ont fait les premières révélations sur base des documents fournis par l’ancien employé de la NSA. Pierre Omidyar, un des co-fondateurs de eBay, finance le projet.
L’équipe est composée de Glenn Greenwald, ancien journaliste au Guardian, la réalisatrice de documentaires Laura Poitras et le journaliste d’investigation Jeremy Scahill. Glenn Greenwald et Laura Poitras sont les seuls journalistes qui ont travaillé directement avec Edward Snowden. Jeremy Scahill est lui le co-auteur du film « Dirty Wars », sur la guerre secrète américaine.
Le premier document posté sur The Intercept montre comment les services secrets américains se basent sur les résultats d’observations électroniques pour choisir les cibles pour leurs attaques de drone, qui conduit souvent à la mort de civils innocents.
(more…)

Etats-Unis : La NSA demande à Snowden de restituer les  » documents volés  » :o)

12 Fév
© belga.
7 mois après le début des révélations concernant l’espionnage massif de la NSA, rendues possible par les documents fournis par Edward Snowden, l’Agence de renseignement se décide à lui demander de « rendre les documents volés ».
Le 29 janvier, auditionnés par la commission sénatoriale sur le renseignement, les chefs du renseignement américain ont formellement et publiquement appelé Edward Snowden à restituer les 58 000 documents subtilisés lorsqu’il était consultant à la NSA, assurant que cela constituait une « menace grave » pour la sécurité nationale.
Le moins que l’on puisse dire c’est que la NSA est « longue à la détente ». 7 mois pour réclamer des documents qui sont désormais dans la nature et dont une petite partie (1000 environ) a déjà été rendu publique. Mais pour James Clapper, le directeur du renseignement national :
Snowden affirme qu’il a gagné et que sa mission est accomplie. Si c’est le cas, je lui demande, ainsi qu’à ses complices, de rendre les documents volés qui n’ont pas encore été rendus publics afin d’empêcher tout dommage supplémentaire à la sécurité des Etats-Unis
Son collègue, le Général Michael Flynn, directeur du renseignement militaire, valide ces propos, « la sécurité nationale » est menacée. Dimanche 26 janvier, dans une interview à la chaine allemande ARD, le jeune whistleblower affirmait ne plus être en possession d’un quelconque document depuis qu’il les avait tous transmis à des journalistes, qui se chargent depuis juin 2013 de rendre publiques ces révélations sur les pratiques, méthodes et moyens de la NSA. Il avouait notamment ne pas vouloir, ni pouvoir anticiper les prochaines divulgations. En octobre dernier, dans une interview au New York Times, il assurait déjà avoir donné tous les documents dérobés à des journalistes et n’en avoir conservé aucun.
Peut-être a-t-il menti. Quel intérêt pour lui ? L’une des cartes à jouer serait de négocier une immunité concernant le chef d’inculpation de vols de documents appartenant à l’État contre le reste des documents volés. Dans l’interview au New York Times, il aurait déclaré accepter cette solution. Solution évoquée par NPR en décembre, rapportant les propos tenus sur CBS par Rick Ledgett, en charge de l’enquête :
Mon opinion personnelle est que oui, ça vaudrait le coup d’en parler. J’ai besoin de l’assurance que ce qu’il reste des informations puisse être sécurisé, et mes exigences pour cette assurance seraient très élevées. Plus qu’une simple déclaration de sa part
Proposition immédiatement exclue par Keith Alexander, le directeur de la NSA, dont Slate rapporte également les propos :
Je pense que les gens doivent être solvables pour leurs actes. Ce que nous ne voulons surtout pas est que la prochaine personne qui tentera la même chose aille se réfugier à Hong Kong ou à Moscow avec d’autres informations, sachant qu’elle peut obtenir le même marché
James Clapper semble sur la même longueur d’onde, d’autant que les révélations de Snowden vont « bien au-delà de son inquiétude affirmée à l’égard des prétendus programmes de surveillance intérieure ». Les États-Unis ont « perdu des sources essentielles de collecte du renseignement à l’étranger. » Il enfonce le clou en évoquant les « terroristes et les autres adversaires de notre pays [qui] vont à l’école des méthodes du renseignement américain et ce qu’ils en retirent rend notre travail beaucoup, beaucoup plus difficile ». Il aurait d’ailleurs déjà observé des changements dans les modes de communication des groupes les plus violents.
Barack Obama évoque les mêmes conséquences dans son discours du 17 janvier portant sur la NSA et sa politique de surveillance lorsqu’il s’est penché sur le cas Snowden :
En outre, la manière sensationnelle avec laquelle ces informations sont sortis a plus jeter de l’huile sur le feu qu’apporter une lumière sur des faits, tout en révélant à nos adversaires des méthodes qui pourraient influer sur nos opérations de façon que nous pourrions bien ne pas comprendre avant des années
Ce ne sont pas les dernières déclarations des chefs du renseignement américain qui vont rassurer Edward Snowden, lui qui reste persuadé que la NSA aimerait lui « mettre une balle dans la tête ». (…)
Sources from Journal du Geek

Monde : NSA et espionnage de masse, la société civile contre-attaque

11 Fév

« Chers utilisateurs d’Internet,

En janvier 2012, nous avons vaincu les lois de censure SOPA et PIPA [1] grâce à la plus grande manifestation dans l’histoire d’Internet. Aujourd’hui nous sommes confrontés à une autre menace critique, qui porte encore atteinte à Internet et à l’idée que chacun d’entre nous vive dans une société véritablement libre : la surveillance de masse. »

Ainsi débute l’appel lancé par une large et inédite coalition de 300 collectifs d’activistes, d’entreprises ou de plateformes en ligne, dont les ONG Amnesty international et Greenpeace, le site web communautaire Reddit, la plate-forme de microblogage Tumblr, ou l’entreprise Mozilla, qui diffuse le navigateur Firefox. Le mardi 11 février 2014, ils invitent à organiser le jour de la contre-attaque (« The Day We Fight Back ») contre l’espionnage de masse de la NSA.

Aux États-Unis, les internautes sont invités à contacter leurs députés et sénateurs, pour protester contre le programme de surveillance de la NSA, jugé contraire à la Constitution, et pour lutter pour le droit fondamental à se connecter et à communiquer de façon privée (lire aussi notre entretien : « La surveillance généralisée est la porte ouverte au totalitarisme »). L’objectif principal de cette mobilisation est d’inverser la tendance à la surveillance généralisée, par le vote d’une législation spéciale pour restaurer les libertés publiques récemment perdues.

Des slogans rappellent la réalité de cette surveillance de masse : « La NSA collecte 5 milliards d’enregistrements téléphoniques chaque jour » ou « La NSA surveille les appels téléphoniques d’au moins 35 leaders mondiaux. » Des bannières sont à la disposition des internautes et sites web qui souhaitent participer à cette mobilisation.

- Télécharger les bannières et outils de communication.
- Voir la liste des événements prévus.

Notes
[1] Stop Online Piracy Act (SOPA) et Protect IP Act (PIPA) sont des projets de loi déposés aux États-Unis en 2011 respectivement à la Chambre des représentants et au Sénat, qui visent à protéger les droits d’auteur, lutter contre les contrefaçons ou limiter l’accès aux sites dédiés au piratage. Ces propositions ont suscité une vaste opposition, notamment des défenseurs des libertés publiques. La Maison blanche s’est finalement désolidarisée de ces propositions, estimant que cette législation « réduit la liberté d’expression, augmente les risques pour la sécurité cybernétique et sape le dynamisme et le caractère innovant de l’Internet mondial ». Lire ici.
Sources from Agnès Rousseaux

Monde : Liberté numérique ?!

7 Fév

La Turquie adopte une loi renforçant le contrôle d’internet

De nombreuses ONG et l’opposition ont qualifié cette loi de «liberticide».

Le Parlement turc a adopté mercredi soir une série d’amendements controversés qui renforcent le contrôle de l’Etat sur internet, dénoncés «liberticides» par l’opposition turque et de nombreuses ONG, ont rapporté les médias turcs.
Ce nouveau texte permet notamment à l’autorité gouvernementale des télécommunications (TIB) de bloquer sans décision de justice les sites internet portant atteinte à la «vie privée» ou publiant des contenus jugés «discriminatoires ou insultants».
Il permet également à la même TIB de requérir auprès des fournisseurs d’accès et de conserver pendant deux ans des informations sur les sites visités par chaque internaute.
Présentés dans le cadre d’un projet de loi fourre-tout par un élu du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, ces nouvelles dispositions ont été votées après quelques heures d’un débat animé avec l’opposition.
(more…)

Un blogueur condamné pour avoir trouvé des documents via Google

hackers-le-cinquieme-pouvoir,M67621
Pour le blogueur, hacker et journaliste Olivier Laurelli, alias Bluetouff, le verdict est tombé, mercredi 5 février, et nul ne sait s’il faut plutôt en rire ou en pleurer. Pour avoir téléchargé des documents non protégés trouvés via Google, il a été condamné à 3000 euros d’amende, pour  »maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données » et « vol » de documents, rapporte le site Numerama.
@AlexArchambault on me reproche de m'être maintenu dans un espace public et d'avoir volé des données que j'ai copié
— Olivier Laurelli (@bluetouff) 5 Février 2014
Tout a commencé un jour d’été en 2012, lorsque Bluetouff, au détour de ses recherches sur le régime syrien, tombe par hasard sur le serveur extranet de  l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), utilisé par les chercheurs pour stocker et échanger leurs documents de travail. Au lieu d’être protégées par un identifiant et un mot de passe, comme elles auraient dû l’être, ces données, indexées sur Google, étaient accessibles sans le moindre piratage. Sans avoir besoin  »d’aucune autre connaissance technique que celles de savoir se servir d’un moteur de recherche, d’un navigateur et d’une souris », note Numerama.
(more…)

France : indignation des internautes…

5 Fév

Marseille: Les partisans du chaton Oscar sont satisfaits du jugement prononcé contre son agresseur

Ce lundi, un homme a été condamné à un an de prison ferme pour avoir martyrisé un chat…

Marie-France n’en revenait pas: «J’ai travaillé au ministère de la Justice et une telle condamnation [un an de prison ferme], franchement, je ne m’y attendais pas.» Ravie du jugement, la quinquagénaire est quand même tenaillée par le doute: «Est-ce qu’il va comprendre la leçon?»
Une peine jugée «équitable»
Comme elle, plusieurs dizaines de personnes ont assisté au procès en comparution immédiate de Farid, lundi, à Marseille. La salle d’audience du tribunal correctionnel étant trop petite, beaucoup sont restés dehors à attendre le jugement. Des mots, très hostiles au jeune homme, ont fusé à la sortie du tribunal. Au milieu de cette foule parfois un peu tendue, Stéphane Lamart, qui dirige une association de défense des animaux dont la porte-parole est la chanteuse Stone, ne trouvait pas la peine trop lourde. Selon lui, elle serait même «équitable»: «C’est vrai que l’animal n’est pas mort mais il faut que les gens prennent conscience que les animaux ont des droits et nous, des devoirs.»

«On a fait avancer les consciences»

Pour Dalila, travailleuse à la SPA de Marseille, cette décision représente aussi un «progrès» pour la cause animale: «Grâce à notre mobilisation, on a fait avancer les consciences», assure-t-elle. (…)
Sources from Mickaël Penverne

Isère : Des mineurs humilient un handicapé et postent la vidéo sur Facebook

La police, alertée par les internautes, a interpellé deux adolescents de 14 et 15 ans…
Deux adolescents de 14 et 15 ans ont été interpellés ce lundi, en fin d’après-midi, chez eux à Fontaine (Isère), puis placés en garde à vue. Ils sont accusés d’avoir brutalisé un jeune handicapé dans un parc de la ville. Ils étaient accompagnés de deux autres jeunes, dont l’un a filmé la scène et l’a postée sur les réseaux sociaux…
Depuis dimanche soir, une vidéo postée sur Facebook suscite l’indignation des internautes sur la Toile. Sur les images, on voit un jeune homme, visiblement souffrant de déficience mentale, se faire malmener par plusieurs adolescents, qui après l’avoir maintenu au sol, le poussent dans un cours d’eau. Le jeune handicapé en ressort trempé jusqu’aux genoux.
La communauté internet aide la police
Révoltés, les internautes signalent rapidement la vidéo au «portail officiel de signalement des contenus illicites de l’Internet». Dans la foulée, ils créent une page de soutien sur Facebook, qui rassemblait aujourd’hui plus de 9.000 personnes. Parmi les centaines de commentaires postés sous la vidéo, certains affirment avoir reconnu les agresseurs. Ce que confirme le colonel Josserand: «Nous avons reçu l’alerte hier soir, mais nous n’avions pas beaucoup d’éléments ce matin. Les internautes nous ont aidé à identifier les deux mineurs, en nous donnant des noms et des adresses».
Le jeune handicapé, placé dans une structure d’accueil spécialisé à Fontaine, a déposé plainte ce soir. La police recherche toujours les deux autres personnes sur la vidéo. (…)
Sources from Souhir Bousbih

Europe : La censure globale va commencer. L’UE va dépenser des millions pour contrôler et cibler des médias alternatifs, réseaux sociaux ;o(

1 Fév
article-0-148C8942000005DC-574_634x425Source de l’image: Dailymail.co.uk
Selon une déclaration publiée par le parti conservateur pan-européen MELD, la Commission européenne projette d’investir environ deux millions d’euros pour restreindre les reportages des médias critiques envers l’UE-ainsi que des opinions critiques de l’UE sur des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter jusqu’aux élections au Parlement européen en 2014.
Selon le MELD, l’UE projette des mesures, incluant des amendes pour les médias, obligeant les médias à publier des rétractations ou des corrections, et refusant les journalistes critiquant l’UE  et l’accès aux médias. D’autres mesures que projettent les Commissaires de l’UE non-élus  incluent le contrôle de voix critiques de l’UE dans les réseaux sociaux. Dans des annonces dans les journaux danois, le MELD déclare qu’il trouve les mesures projetées inacceptables et les considère comme une agression contre la liberté d’expression et anti-démocratiques.
(more…)

France : Manuel Valls souhaite encadrer Twitter … et la liberté d’expression ;o(

27 Jan
Pour sa sixième édition, le Forum International de la Cybersécurité (FIC), organisé à Lille par la Gendarmerie Nationale, a été inauguré le 21 janvier par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls. Dans son discours, le ministre a brièvement rappelé que l’Etat était là pour protéger la liberté d’expression sur Internet, puis il a longuement expliqué comment il allait la réduire.
Revenant sur l’un de ses sujets de prédilection depuis des semaines, il a explicitement mentionné l’affaire Dieudonné, pour réaffirmer son « refus de la banalisation des discours de haine », et sa volonté d’intensifier la lutte contre la diffusion de messages racistes et antisémites. Devant une audience composée en bonne partie de gendarmes, il a rappelé le travail effectué par les autorités françaises en direction des réseaux sociaux, en prenant l’exemple de Twitter: « grâce à la concertation conduite avec cet opérateur, des engagements de sa part ont pu être obtenus, concernant la suppression des contenus illicites. Twitter a mis en place des techniques permettant de restreindre l’affichage de contenus prohibés dans les seuls pays où ils sont illicites – je pense aux contenus xénophobes et discriminatoires, illicites en France, mais pas aux Etats-Unis. »
Le ministre de l’Intérieur a ajouté que le réseau social américain avait accepté de collaborer activement avec les autorités françaises en matière de surveillance : « Twitter s’engage à procéder au gel des données d’enquête sur simple courriel, sans aviser les utilisateurs si les enquêteurs demandent expressément à ce que ces mesures restent confidentielles » .
(more…)

Europe : ESPIONNAGE, L’EUROPE BAT FROID LES PROMESSES D’OBAMA ET ATTEND DES ACTES

21 Jan
Espionnage : l'Europe bat froid les promesses d'Obama et attend des actes 
Bruxelles – Les Européens ont salué assez fraichement les engagements de Barack Obama de rogner les pouvoirs de la NSA, l’agence qui a mis sur écoutes leurs dirigeants, et exigent des actes du président américain pour le sommet UE-Etats-Unis prévu le 26 mars à Bruxelles.
« La confiance a été ébranlée (…) Il faudra beaucoup de travail pour la rétablir », a averti vendredi soir la vice-présidente de la Commission européenne chargée de la Justice Viviane Reding, dans un premier commentaire après l’intervention du président Obama. (…)
Pour lire la suite, cliquer ICI
Sources from AFP, publié par lexpress.fr et relayé par SOS-planete

France : Mail ou spam ? Phishing-Initiative vous permet de le savoir

17 Jan
Sans titreVous venez de recevoir un courriel des impôts, qui vous réclament un arriéré, de votre banque, qui exige une vérification du code de votre carte, ou de votre opérateur téléphonique, qui menace de couper votre ligne si vous ne payez pas. Vous hésitez à effectuer le versement, de peur d’être victime d’une arnaque? Vous pouvez savoir à quoi vous en tenir en consultant le site Phishing-Initiative. 
L’association Phishing-Initiative a été fondée en 2011 par Nicolas Woirhaye, alors responsable de la société privée Cert-Lexsi, qui se veut « la première entreprise privée de la lutte contre la cybercriminalité en Europe ».
« Phishing-Initiative est une association à but non lucratif, créée dans l’intérêt des particuliers », indique le fondateur. « Ceux-ci ne pouvaient alors s’adresser qu’à L’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC), qui était débordé. Le projet a été financé par Paypal et Microsoft, avec l’aide logistique de Cert-Lexsi. »
Lorsque vous soumettez une adresse URL douteuse à Phishing-Initiative, un expert de Cert-Lexsi, travaillant 24 heures sur 24, vérifie si elle renvoie ou non vers un site de phishing.
Si c’est le cas, « nous l’envoyons aux navigateurs Firefox, Safari, Internet Explorer et Chrome afin qu’ils la bloquent : si l’utilisateur clique sur l’adresse, une fenêtre rouge le met en garde contre le danger d’aller plus loin. »
Ci-dessous la fenêtre qui apparaît sur Internet :
Sans titre
En dépit du peu de publicité dont le site a fait l’objet, il est souvent consulté – nombre d’organismes publics renvoyant désormais vers lui. Son nouveau président, Thomas Gayet, indique avoir reçu près de 100.000 déclarations d’URL différentes, depuis 2011: 20 000 la première année, 35 000 en 2012 et 44 000 en 2013.
Sur les 44 000 dernières reçues, 30 000 ont été confirmées comme des adresses de phishing: « Cela donne quelque 80 nouvelles adresses chaque jour! », ajoute Vincent Hinderer, le secrétaire général. « Au début, il s’agissait seulement de faux mails des banques, puis il y a eu de faux mails d’opérateurs téléphoniques et d’institutions publiques », commente-t-il.
Désormais, de faux mails se créent très rapidement. Une semaine après le lancement du service de paiement en ligne sécurisé Paylib, apparaissait un mail de phishing, poussant les internautes à divulguer leur données personnelles et bancaires confidentielles !
En avril 2013, Phishing-Initiative a signé une convention de partenariat avec Signal-Spam, une autre association, qui regroupe la plupart des organisations françaises concernées par la lutte contre le spam – message marketing intempestif ou tentative de récupération de données personnelles – et qui offre une plateforme de signalement.
Sur le site de Phishing-Initiative, il est impossible de trouver les adresses de phishing: « Nous les transmettons aux navigateurs ainsi qu’aux forces de l’ordre, mais nous ne les rendons pas publiques », précise M. Hinderer.
Comment repérer l’adresse réelle d’un site de phishing ? Elle se situe dans le corps du message, et se présente dans la plupart des cas sous la forme d’un lien cliquable (par exemple « Cliquez ici pour mettre à jour vos données »). En pointant votre souris sur ce lien, vous la  verrez  s’afficher en bas à gauche de votre navigateur Web, ou dans une bulle.
Effectuez un clic-droit sur le lien, choisissez l’option « Copier », puis collez l’adresse dans le formulaire placé sur la page d’accueil de Phishing-Initiative. Evitez de visiter le site, car beaucoup tentent de vous infecter avec un virus.
Lorsque les experts de Phishing-Initiative en ont le temps, ils rédigent aussi de petites informations très intéressantes sur des sites qu’ils jugent suspects. C’est le cas par exemple de www.fractualites.com, qui prétend rétribuer des volontaires pour la lecture d’articles sur Internet.
Sans titre
Phishing-Initiative assure que personne n’a jamais reçu d’argent de ce site, hébergé sur un serveur ukrainien.
Ses experts observent que son adresse IP héberge aussi un site opéré par un cybercriminel russophone.
« Il ne s’agit pas d’un site de phishing proprement dit, mais il y a fort à parier qu’il revend les adresses mail de ceux qui s’inscrivent, ou qu’il utilise lui-même ces adresses pour envoyer des spams », explique M. Hinderer. (…)
Notre conseil : ne jamais se rendre sur un site par l’intermédiaire d’un courriel. D’ailleurs, la plupart des banques ont supprimé cette possibilité.
Sources from Sosconso

France : Immunité de Serge Dassault, les internautes demandent des comptes aux sénateurs

12 Jan
Mercredi 8 janvier, le bureau du Sénat a maintenu, à une voix près, l’immunité parlementaire protégeant Serge Dassault (UMP, Essonne) d’éventuelles poursuites judiciaires dans le cadre d’une enquête sur un possible achat de voix dans sa ville de Corbeil-Essonne. Dès cette annonce, mercredi 8 janvier à la mi-journée, de nombreux internautes ont fait part de leur colère, voire parfois de leur révolte, face à cette décision qu’ils ne comprenaient pas.
Les messages se sont multipliés sur notre page Facebook et sur Twitter : certains faisaient le lien avec une éventuelle montée du Front national, capitalisant sur la défiance des citoyens envers les hommes politiques, d’autres rappelant la promesse régulière des politiques de « moraliser » la vie publique.

dassault-1 dassault-2 dassault-3

Le vote du bureau du Sénat a été extrêmement serré. Le détail du scrutin n’étant, de plus, pas rendu public, les internautes se sont tournés vers leurs représentants à la chambre haute, sur les réseaux sociaux, pour tenter de connaître leurs votes. Ce fut le cas de sénateurs médiatiques comme Jean-Pierre Raffarin (UMP, Vienne), mais également de parlementaires moins connus, à l’instar de Catherine Procaccia (UMP, Val-de-Marne) ou de Marie-Hélène Des Esgaulx (UMP, Aquitaine).
Nous avons regardé plus précisément la manière dont les internautes ont interagi avec certains des sénateurs du bureau sur Twitter. Nous avons comptabilisé le nombre de fois où trois sénateurs ont été interpellés sur le réseau social ces trois derniers mois. L’intégralité des occurrences du mois de janvier date du 8 et du 9 janvier.
On voit bien que de nombreux internautes ont utilisé Twitter pour s’adresser directement à des sénateurs qui étaient généralement assez peu pris à partie sur les réseaux.
A l’aide des réponses obtenues sur les réseaux sociaux, mais aussi de celles parues dans la presse, certains internautes ont tenu un décompte précis des votes. L’utilisateur @Nitro_Politic a posté sur Twitter, tout au long de l’après-midi et jusqu’à jeudi matin, une liste des membres du bureau dont le code couleur indiquait le vote.
Moins artisanal, un Tumblr intitulé « Qui a sauvé Dassault ? » répertoriant les sénateurs membres du bureau ainsi que leur vote a même vu le jour. Il permet d’un seul clic de voir les sénateurs dont le vote est encore inconnu ou ceux qui n’ont pas souhaité révéler le leur. Un modèle de courriel à faire parvenir aux sénateurs est même mis à disposition.
Cette initiative vise à « faire prendre conscience aux gens qu’ils sont en mesure de demander des comptes à leurs élus. Quand bien même les sénateurs sont élus par de grands électeurs, ils restent des représentants du peuple », explique sur le Lab d’Europe 1 son créateur, Baptiste Fluzin.
Le but de ce Cluedo grandeur nature ? Trouver qui sont parmi les sénateurs du groupe socialiste (ou UDI) ceux dont les voix ont pu permettre à M. Dassault de préserver son immunité. A l’issue de l’enquête des internautes, les sénateurs en question se comptent sur les doigts d’une seule main. (…)
Lire la suite : http://rezonances.blog.lemonde.fr/2014/01/09/immunite-de-serge-dassault-les-internautes-demandent-des-comptes-aux-senateurs/
 Sources from Martin Untersinger