Tag Archives: Association

Europe : LA COMMISSION EUROPÉENNE DIT OUI AU GAZ DE SCHISTE

15 Fév
En bref : la Commission européenne dit oui au gaz de schiste
La fracturation hydraulique est assez discrète en surface mais les puits s’enfoncent très profondément. Ils sont reliés à des forages horizontaux, à l’intérieur desquels de l’eau (et des additifs) sous pression fracturent la roche. Les craintes concernent surtout les risques d’évasion vers d’hydrocarbures vers le haut (et donc les éventuelles nappes phréatiques) mais aussi les petites secousses sismiques qui peuvent être provoquées.
La Commission a donné une sorte de feu vert à l’extraction de gaz de schiste en Europe en n’imposant aucune règle juridique contraignante.
Les États membres devront seulement respecter des « principes communs » en matière sanitaire et environnementale.
Pour qu’un site puisse être exploité, il faudra que « l’évaluation des risques démontre que la fracturation hydraulique à haut débit n’entraîne la libération directe d’aucun polluant dans les nappes phréatiques ».
La Commission européenne demande la transparence sur les méthodes de fracturation hydraulique et, à partir de décembre 2014, les États membres devront lui signaler une fois par an les mesures prises. Pour l’heure, elle donne six mois aux pays de l’Union pour se mettre en conformité.
Dans l’Union européenne, les avis sont partagés sur la conduite à tenir devant les risques environnementaux et les gains économiques liés à l’extraction des gaz de schiste par fracturation hydraulique de roches à grande profondeur. Quelques pays, comme la France, l’interdisent. D’autres l’autorisent, et certains hésitent encore ou cherchent à la réglementer strictement, comme l’Allemagne (…)
Pour lire la suite, cliquer ICI
Sources from Jean-Luc Goudet, publié par futura-sciences.com et relayé par SOS-planete

Paris 14ème : CIRCUL’LİVRE MOUTON DUVERNET

15 Fév
Samedi 15 février 2014 
Place Michel Audiard (au carrefour rue Hallé / rue du Couëdic) chaque 3e samedi du mois à 11h 00(organisé par le Conseil de quartier Mouton-Duvernet).

Europe : OGM – CULTURE DU MAÏS TC1507 AUTORISÉE PAR BRUXELLES ;o(

13 Fév
OGM - Culture du maïs TC1507 autorisée par Bruxelles 
Titre initial :
OGM – Culture du maïs TC1507 : 19 États européens sur 28 votent contre, mais elle pourra quand même être autorisée
 Aujourd’hui, 11 février 2014, les États membres n’ont pas réussi à dégager une majorité (qualifiée) pour autoriser ou refuser l’autorisation de mise en culture du maïs OGM TC1507 de Pioneer. La Commission européenne avait déposé une demande d’autorisation de ce maïs à la culture début novembre 2013. Malgré l’avis négatif du Parlement européen et le vote « contre » de 19 États membres, la Commission européenne est donc en position d’autoriser ce maïs, quand bon lui semble…
Cela faisait plusieurs semaines que les États membres discutaient entre eux sur cette demande d’autorisation. Tout d’abord sur la procédure de vote en elle-même, puis sur la nature du vote proprement dit. La France s’est rapidement prononcée contre l’autorisation, et a été ainsi fer de lance auprès des autres États membres pour tenter de décrocher un refus d’autorisation… Et cela jusqu’au dernier moment, espérant notamment rallier l’Allemagne… en vain. Mais, comme pour toutes les autres demandes d’autorisation qui leur ont été adressées, les États membres réunis au sein du Conseil des Affaires générales n’ont pas réussi à trouver un accord. (…)
Pour lire la suite, cliquer ICI
Sources from Eric MEUNIER, publié par infogm.org et relayé par SOS-planete
 Note de Jacques : que nous reste-t-il quand la démocratie est bafouée ?
Notes d’Administrateur : Le lobby des OGM est toujours d’une efficacité redoutable. La véritable face cachée de la démocratie.

France : PESTICIDES, LES ÉPANDAGES AÉRIENS VONT SE POURSUIVRE

13 Fév
Pesticides : les épandages aériens vont se poursuivre
 La consommation de pesticides en France représente environ 110 000 tonnes par an, soit 100 000 tonnes utilisées en agriculture, auxquelles il faut ajouter environ 10 000 tonnes pour les autres usages.
La France est le troisième consommateur mondial, après les États-Unis et le Japon et, de loin, le premier utilisateur de pesticides en Europe.
Et pourtant,malgré les promesses du ministre Le Foll en 2012, le gouvernement vient de favoriser l’usage des pesticides.
In-com-pré-hen-sible
Article de Martine Valo paru dans M Planète
Les petits avions qui crachent leurs cargaisons de produits phytosanitaires au-dessus de champs de maïs, de vignes ou de bananeraies ne sont pas prêts de disparaître des cieux français, en métropole comme outre-mer.
Cette pratique particulièrement impopulaire chez les riverains des parcelles aspergées va continuer de bénéficier de dérogations généreuses à la règle qui interdit l’épandage aérien en France et dans l’Union européenne.
 Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll en personne, avait pourtant assuré, lors d’une audition devant des sénateurs en juillet 2012, qu’il souhaitait «qu’à terme les agriculteurs n’aient plus recours à l’épandage aérien de pesticides».
« A terme » peut-être, mais pas aujourd’hui, car le dernier décret sur le sujet, publié à la veille de Noël, le 23 décembre 2013, ne laisse aucunement entrevoir la fin des autorisations. (…)
Des apiculteurs de Midi-Pyrénées aux défenseurs de l’environnement des Antilles, la nouvelle réglementation fait l’unanimité contre elle. Plusieurs associations, dont Générations futures, réfléchissent à déposer un éventuel recours tant on est loin de l’esprit de la directive.
LÉGITIMER LA CULTURE INTENSIVE
Le texte français prévoit d’accorder une dérogation à un exploitant agricole en lutte contre les organismes nuisibles qui menacent ses champs, « lorsque cette technique d’épandage présente des avantages manifestes », notamment quand les cultures sont trop hautes, la pente trop forte, en gros quand il devient difficile d’utiliser les engins agricoles et que cela complique le travail de l’opérateur. (…)
Signalons qu’en Guadeloupe, où il n’y a plus d’épandage aérien depuis juillet 2013 (ce qui n’est pas le cas en Martinique), les producteurs enregistrent une récolte de 71 000 tonnes de bananes, du jamais vu depuis dix ans, et s’enorgueillissent d’avoir créé 200 emplois : il faut en effet davantage de bras pour se passer des avions. (…)
APICULTEURS CONSTERNÉS (…)
Les Verts réclamaient – en vain – un moratoire sur le recours à la cyperméthrine, un pesticide neurotoxique pour les abeilles déversé sur le maïs d’Aquitaine. (…)
Rien ne change non plus pour la protection des riverains : l’opérateur est censé respecter comme précédemment une distance de sécurité de 50 mètres vis-à-vis des habitations, des animaux, des parcs, des points de captage d’eau, des rivières…
Contacté par Le Monde, le ministère de l’agriculture souligne qu’il a ajouté à la liste les « lieux accueillant du public» et les «groupes de personnes vulnérables » (…)
Martine Valo , Journaliste au Monde
Sources from M Planète
Pour lire la totalité, cliquer ICI
Un article de El Don, publié par www.blogapares.com et relayé par SOS-planete
Sur le même sujet : LE BLOG DES PESTICIDES

France : Gaz de schiste, Fabius dit «oui, trois fois oui» à la recherche…;o(

12 Fév

Img/(AFP – GERARD JULIEN) pour le midi-libre
 Car la gauche a toujours accompagné le progrès, dit-il en substance…
Une nouvelle ligne de fracture au gouvernement? Laurent Fabius s’est dit ce lundi sur RTL  favorable à la «recherche sur le gaz de schiste» alors qu’officiellement, l’exécutif est contre l’exploitation de cette ressource. «Ma position est simple: le système actuel de fracturation hydraulique est mauvais pour l’environnement, donc ce n’est pas celui-là qu’il faut exploiter», commence d’abord le ministre des Affaires étrangères. «Mais s’il y a des essais qui n’ont pas de conséquences négatives… L’histoire du progrès, l’histoire de la gauche, c’est toujours une histoire ouverte à la réalité scientifique, à condition qu’on protège l’environnement», a-t-il justifié.
Proche de Montebourg ?
(more…)
Image

Paris 14ème : CİNÉ – QUARTİER MOUTON – DUVERNET

11 Fév

Planète Terre : LA FLOTTE BALEINIÈRE S’APPROCHE DES EAUX AUSTRALIENNES ET NÉO-ZÉLANDAISES

10 Fév
La flotte baleinière s'approche des eaux australiennes et néo-zélandaises
Le Yushin Maru N°3, le harponneur responsable d’avoir percuté le Bob Barker au cours de la longue attaque de dimanche dernier contre les navires de Sea Shepherd, est en train de s’approcher des eaux du Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral. C’est la deuxième fois cette année que le bateau menace de pénétrer dans les eaux australiennes, poursuivant le navire de Sea Shepherd, le Bob Barker.
Au même moment, le navire de sécurité du gouvernement japonais, le Shonan Maru N°2, celui-là même qui a coulé le trimaran néo-zélandais Ady Gil en 2010, a mis le cap sur les eaux néo-zélandaises. Il est à la poursuite de l’autre bateau de Sea Shepherd, le Steve Irwin.
Compte tenu de sa vitesse et de son cap actuels, le Yushin Maru N°3 passera la limite du Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral, à 200 milles nautiques des îles Macquarie, le 8 février à 20h (heure australienne). Le Shonan Maru N° 2 devrait entrer dans les eaux néo-zélandaises le 8 février à 2h du matin (heure néo-zélandaise).
Le 10 janvier, le Yushin Maru N° 3 s’est arrêté peu avant de pénétrer dans les eaux australiennes, après que Sea Shepherd a protesté officiellement auprès du ministre australien de l’Environnement, Greg Hunt, en lui demandant d’intervenir.
Si le bateau harponneur entre dans la Zone Economique Exclusive australienne, il risque de se voir arrêté suite à la violation continue par la flotte baleinière japonaise de l’arrêté de 2008 de la Cour fédérale australienne, qui a jugé que les opérations de la flotte baleinière japonaise enfreignaient la loi fédérale australienne.
Peter Hammarstedt, capitaine du Bob Barker, dit: « Pendant l’attaque de dimanche dernier, quand le Yushin Maru N° 3 a lancé toute la masse de sa coque d’acier contre la proue de mon navire, j’ai vu le désespoir d’une industrie brutale et archaïque qui se bat pour sa survie. Les activités honteuses de la flotte baleinière japonaise n’ont pas leur place au vingt-et-unième siècle, et ce bateau harponneur taché de sang n’a pas sa place dans les eaux australiennes. »
En juin 2013, la Nouvelle-Zélande s’est jointe à l’Australie pour mettre en cause devant la Cour internationale de justice la légalité de la chasse à la baleine faite par le Japon dans le Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral. Le prononcé du jugement est imminent.
Le 6 janvier dernier, le ministre néo-zélandais des Affaires Etrangères, Murray Mc Cully, a déclaré dans un communiqué « condamner la reprise de la chasse baleinière prétendument ‘scientifique‘ dans l’Océan Austral », ajoutant « Le gouvernement néo-zélandais a demandé à plusieurs reprises au Japon de mettre un terme à son programme baleinier. »
Selon la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM), les navires qui pénètrent dans les eaux territoriales d’un autre pays bénéficient d’un « droit de passage inoffensif » dans ces eaux territoriales.
Siddarth Chakravarty, capitaine du Steve Irwin, dit: « Le passage du Shonan Maru N° 2 n’a rien d’inoffensif. Ce bateau a volontairement percuté l’Ady Gil et l’a coulé, mettant en danger la vie des équipiers qui se trouvaient à bord des deux navires.
La seule fonction de ce navire est de permettre à des activités illégales de se dérouler en toute sécurité. Ils ne sont pas différents des voyous armés qui protègent les trafics de drogue. Ce navire ne devrait en aucune circonstance être autorisé à pénétrer dans les eaux néo-zélandaises. »
 
Sea Shepherd Australie a recontacté le ministre Greg Hunt, lui demandant d’intervenir pour arrêter le bateau harponneur avant qu’il n’entre dans les eaux australiennes. Par ailleurs, Sea Shepherd a contacté le ministre Murray Mc Cully, lui demandant de faire respecter la limite des 200 milles nautiques de la Zone Exclusive Economique, et d’interdire l’entrée de tout navire baleinier dans les eaux néo-zélandaises.
La flotte baleinière japonaise opère dans l’Océan Austral en violation du moratoire international de 1986 sur la chasse baleinière commerciale et du Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral créé en 1994. (…)
Sources from seashepherd, relayé par SOS-planete