Tag Archives: Social

France : Congé parental, les députés votent la réforme en faveur de l’égalité homme-femme

22 Jan
La réforme incite notamment les pères à prendre eux aussi un congé parental…
Les députés ont voté lundi soir une réforme du congé parental qui vise à inciter les pères à interrompre leur activité professionnelle pour s’occuper de leurs enfants, dans le cadre de l’examen en première lecture du projet de loi sur l’égalité femmes-hommes. Ainsi les parents d’un seul enfant, qui ont aujourd’hui droit à six mois de congé, pourront prendre six mois de plus à condition que ce soit le second parent qui en soit bénéficiaire. A partir de deux enfants, la durée du congé restera de trois ans, à condition que six mois soient pris par le second parent, sinon elle sera raccourcie à deux ans et demi.
Il faut «introduire une impulsion» et «changer les regards» sur ce congé parental, a déclaré la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, vantant «un des axes forts» de son projet de loi. Alors qu’actuellement 540.000 parents, qui interrompent partiellement ou totalement leur activité professionnelle, touchent le Complément Libre Choix d’Activité (CLCA), dont seulement 18.000 hommes, le gouvernement a pour objectif d’atteindre les 100.000 pères d’ici 2017.
La prestation CLCA, de 329 à 573 euros mensuels actuellement, sera rebaptisée «prestation partagée d’accueil de l’enfant» (PreParE). Cette réforme doit s’appliquer aux enfants nés ou adoptés à partir du 1er juillet 2014.
Des députés UMP dénoncent l’«intrusion de l’État»
Des députés UMP ont demandé sans succès la suppression de l’article en question, estimant comme Claude Greff que la «liberté du couple» était remise en cause par cette «intrusion de l’Etat». Pour le groupe UMP, Françoise Guégot a estimé que la prestation partagée était en soi «une bonne chose» mais qu’il restait des «interrogations», la durée globale du congé parental pouvant être réduite par décret.
Le chef de file des députés UMP et ancien ministre de la Famille Christian Jacob a défendu en vain l’idée «moderne» d’un fractionnement de ce congé dans le temps, pour permettre par exemple d’accompagner «une entrée en 6e, un décrochage». Une telle disposition serait trop compliquée pour les entreprises et les caisses d’allocations familiales.
Les députés ont ensuite voté le principe d’une expérimentation durant 18 mois de la possibilité d’opter pour un congé parental plus court et mieux rémunéré, pour faciliter le retour à l’emploi. Ils ont aussi validé des dispositions introduites en décembre en commission à l’Assemblée, interdisant à tout employeur de rompre le contrat de travail d’un homme salarié pendant les quatre semaines suivant la naissance de son enfant, ou permettant au conjoint de bénéficier d’une autorisation d’absence pour se rendre à trois examens médicaux durant la grossesse de la future mère. (…)
Sources from AFP

France : TVA, SMIC, prestations, timbre… ce qui change au 1er janvier 2014 ;o(

28 Déc
639705_0203211986307_web_tete
Le taux normal de TVA passe au 1er janvier 2014 de 19,6% à 20%, le taux intermédiaire de 7% à 10% (hôtellerie, restauration, transports …). – AFP

TVA : le taux normal passe de 19,6% à 20%, le taux intermédiaire de 7% à 10% (hôtellerie, restauration, transports …). Pas de changement pour le taux réduit (5,5%). Pour les tickets de cinéma, la TVA baissera de 7 à 5,5%, comme les livres et les spectacles vivants. Pour les centres équestres, elle augmente de 7 à 20% pour se conformer à la réglementation européenne.

RETRAITE : les pensions complémentaires du privé (Agirc et Arrco) seront versées chaque mois et non plus chaque trimestre. Les cotisations acquittées par les entreprises et les salariés, augmentent, ainsi que celles du régime général de base. Les majorations de pension des retraités ayant eu au moins trois enfants sont désormais soumises à l’impôt.

QUOTIENT FAMILIAL : le plafond de ce dispositif réduisant l’impôt des familles en fonction du nombre d’enfants et des revenus baisse de 2.000 à 1.500 euros par demi-part.
(more…)

France : Le chômage repart à la hausse en novembre

27 Déc
 Le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 0,5% après une baisse de 0,6% en octobre…
Une très mauvaise nouvelle pour l’exécutif au creux des fêtes de fin d’année. Alors qu’en octobre, le nombre de chômeurs en catégorie A (sans aucune activité) avait baissé de 0,6% pour un total de 3.275.200, en novembre, il a augmenté de 0,5%, soit 17.800 chômeurs de plus, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail. Pour le chef de l’Etat, qui martèle depuis septembre 2012 son objectif d’inverser durablement la courbe du chômage d’ici la fin de l’année, le coup est dur. Signe de la fébrilité du gouvernement, Michel Sapin, le ministre du Travail, tenait une conférence de presse à 17h pour commenter ces mauvais chiffres (Voir le détails ci-dessous), ce qu’il ne fait jamais d’habitude.
L’opposition n’a pas tardé à réagir à l’instar de Geoffroy Didier, le secrétaire général adjoint de l’UMP, sur Twitter lâchant :
«Les chiffres du #chômage ne sont pas bons. Une politique qui n’a pas de cap ne peut pas obtenir de résultats.»
Le gouvernement minimise ces mauvais chiffres
Mais de son côté, le gouvernement minimise. Car en aditionnant les données de la catégorie A avec le nombre de demandeurs d’emploi ayant une activité réduite en catégories B, C, les chiffres de novembre sont en léger recul de 0,1% à 4.876.100 chômeurs en France (5.174.300 en ajoutant les DOM), soit 6.900 de moins. Pourtant, les inscrits en catégories ABC dans leur ensemble progressaient le mois précédent.
«Ainsi se manifeste, une fois de plus, la volatilité de cet indicateur d’un mois sur l’autre, particulièrement dans les périodes de retournement comme celle que nous vivons. Cette volatilité incite à regarder les chiffres en tendance sur plusieurs mois. De ce point de vue, nous sommes dans une amélioration engagée depuis le début de l’année et qui se confirme graduellement», explique Michel Sapin. A ses yeux, «l’inversion de la courbe du chômage est donc bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013», puisqu’après avoir progressé de +30.000 par mois au premier trimestre, puis de +18.000 au second trimestre et de +5.500 au troisième trimestre, sur les deux premiers mois du quatrième trimestre (octobre et novembre), l’évolution du nombre de chômeurs en catégorie A «est à la baisse de 1.350 en moyenne par mois». «L’inversion de la courbe du chômage, sur laquelle je me suis engagé, est bien amorcée», a abondé, en début de soirée, dans un communiqué François Hollande.
Pour faire baisser encore ces statistiques dans les mois à venir le ministre du Travail veut augmenter de 70.000 le nombre de places pour des formations à destination des personnes sans emploi au premier semestre 2014. De plus, il souhaite désormais centrer les contrats aidés, 450.000 ont été signés en 2013, sur les personnes de plus de 50 ans et les chômeurs de longue durée.
Mais il faudra patienter jusqu’au 27 janvier pour connaître les chiffres du chômage du mois de décembre et constater si l’engagement du chef de l’État d’inverser la courbe du chômage se vérifie bel et bien. L’attente va être longue. (…)
Sources from Mathieu Bruckmüller

Hollande Chmage

Après la publication des mauvais chiffres du chômage du mois de novembre, ce jeudi 26 décembre, les réactions politiques ont fusé dans l’équipe gouvernementale et sa majorité comme dans les rangs de l’opposition, du FN au centre en passant par l’UMP.
Les partenaires sociaux ont également commenté ces données.
Selon un communiqué du président de la République, François Hollande, l’inversion de la courbe du chômage «est bien amorcée». «Ce mouvement pour être significatif doit se poursuivre mois après mois». «C’est une bataille de chaque jour», martèle le chef de l’Etat.
Cette bataille, pour être gagnée, «suppose d’amplifier la reprise de la croissance économique à travers le soutien à l’investissement des entreprises», fait valoir M. Hollande. «Elle passe aussi par la pleine utilisation de tous les instruments en faveur de l’emploi : réforme du marché du travail, emplois d’avenir, contrats de génération», détaille-t-il.
(more…)

France : campagne hivernale des Restos du Coeur

26 Nov

France : naufrage annoncé ?

15 Nov

Popularité de François Hollande : 15%

le-message-des-militants-de-greenpeace-francois-hollande_1289648_460x306

15 % des sondés seulement portent un jugement favorable sur l’action du président dans une enquête d’opinion pour le « Huffington Post » et i>Télé.
La popularité de François Hollande a chuté de 6 points s’établissant à 15 % des personnes interrogées qui portent un jugement favorable sur son action, de même que celle de Jean-Marc Ayrault, selon un sondage YouGov pour le Huffington Post et i>Télé publié jeudi. À la question « quel jugement portez-vous sur l’action de François Hollande comme président », 3 % des sondés répondent « très favorable » (= par rapport au mois d’octobre) et 12 % « favorable » (- 6), soit 15 %. À l’inverse, 27 % disent avoir un jugement « plutôt défavorable » sur son action (=) et 49 % « très défavorable » (+ 7), soit 76 % d’opinions défavorables. 9 % ne se prononcent pas (=).
Pour Jean-Marc Ayrault, le pourcentage d’opinions favorables est de 15 % (- 4 par rapport à octobre) et celui d’opinions défavorables de 74 % (+ 5). 11 % ne se prononcent pas (=).
(more…)

Les préfets s’inquiètent du climat d’«exaspération» et de «colère»

Ils en font état dans une note publiée par «Le Figaro» ce jeudi…
Au tour des préfets d’entrer dans la contestation sociale. D’après une note que Le Figaro publie ce jeudi, les préfets s’inquièteraient de la fronde fiscale et sociale dans le pays. Dans ce document confidentiel daté du 25 octobre dernier, les fonctionnaires alertent le gouvernement sur «une société en proie à la crispation, à l’exaspération et à la colère.»
La note décrit une population française pour laquelle «la fiscalité est devenue le principal moteur de la contestation de l’action gouvernementale». La critique du gouvernement est  dorénavant un élément fédérateur de mécontentement et de revendications de plus en plus exprimés hors du cadre syndical, révèlent  les fonctionnaires pour qui «la situation sociale laisse peu de place à l’optimisme».
Un climat de tension qui va bien plus loin
A entendre ces préfets, l’écotaxe pose un problème central. La fronde contre la taxe poids lourds s’étend à au moins 23 départements selon eux. Ils proposent de démonter ces fameux portiques routiers avant qu’ils ne soient tous détruits par le mouvement des Bonnets rouges.
Selon Le Figaro, le secrétariat général du ministère de l’Intérieur évoque un risque d’extension de la fronde au point que «la plupart des responsables politiques s’expriment désormais en faveur d’un moratoire».
Mais l’«accablement» et le climat de tension dont fait état la note vont au-delà de cette question. «Face à l’accumulation (des) mauvaises nouvelles, il règne un climat douloureux, un sentiment d’accablement qui empêche de se projeter dans un avenir meilleur», peut-on lire dans un extrait. «C’est sur ce terreau que prospèrent les ferments d’une éventuelle explosion sociale.»  (…)
Sources from B. de V.

Rythmes scolaires : 54% des Français pour l’abandon de la réforme

L’opposition à la réforme est particulièrement marquée en province
Une majorité de Français (54%) estime que le gouvernement devrait abandonner la réforme des rythmes scolaires, proportion qui monte à 65% chez les parents d’enfants scolarisés en primaire, selon un sondage CSA pour BFMTV, rendu public jeudi.
Un quart (24%) pensent qu’il faudrait un délai supplémentaire pour sa mise en application et seulement 22% des personnes interrogées sont d’avis que le gouvernement devrait maintenir la réforme au rythme prévu en l’appliquant dans toutes les communes à la rentrée 2014.
Deux sympathisants de gauche sur trois pour la réforme
L’opposition à la réforme est particulièrement marquée en province (57% sont pour son abandon) et chez les employés (58%). Deux tiers des sympathisants de gauche soutiennent la réforme (42% sont pour son maintien et 31% pour un délai), tandis que 69% des sympathisants de droite se prononcent pour son abandon.
Une grève des personnels du premier degré, des animateurs, des éducateurs territoriaux est prévue ce jeudi contre la réforme des rythmes scolaires, à l’appel de quatre syndicats (CGT, FO, Sud et Faen).  (…)
Sources from AFP

Le Mans : Un homme interpellé après avoir incendié un radar

Il faisait l’objet d’une suspension de permis et avait entendu parler de la contestation…
Un jeune homme d’une vingtaine d’années a été interpellé dans la nuit de mercredi à ce jeudi sur la rocade du Mans (Sarthe) alors qu’il venait de mettre le feu à un radar fixe, a appris 20 Minutes de source policière.
«On a reçu l’appel d’un requérant qui a décrit l’individu. Une équipage de la BAC de nuit s’est rendu rapidement sur les lieux et l’a interpellé», précise cette source.
«Ras-le-Bol»
Dans son sac, un briquet, une pince, des papiers et du parfums ont été retrouvés.

Photo: DDSP 72
Placé en garde à vue, l’homme a reconnu les faits. «Il dit qu’il a entendu parler de la destruction de radars en France et que son permis de conduire a été suspendu récemment. Il était chez lui, un peu alcoolisé. Bref, un ras-le-bol qui l’a amené à péter un plomb», poursuit cette source.
L’individu doit être présenté dans la journée à la justice, en vue probable d’une comparution immédiate. (…)
Sources from INFO «20 MINUTES»

Plus de 107.000 emplois détruits depuis le début de l’année

Au troisième trimestre 2013, l’emploi dans les secteurs marchands non agricoles recule de nouveau (-17 000 emplois, soit -0,1 %, après -34 600 emplois au deuxième trimestre 2013).
L’emploi dans l’industrie et dans la construction baisse au troisième trimestre 2013 (respectivement -0,5 % et -0,4 %). L’emploi du secteur tertiaire dans son ensemble est stable. Hors intérim, l’emploi marchand diminue de nouveau ce trimestre (-21 800 postes, soit -0,1 %, après -30 300 postes).
Sources from INSEE via Fdesouche

Etats-Unis : Les « food stamps » au coeur des débats aux USA

22 Sep
Le Congrès se divise comme à chaque session parlementaire sur le budget et le plafond de la dette.
La tension est de retour au Congrès en ce début de session parlementaire. Une fois de plus, démocrates et républicains s’accrochent sur le montant des coupes à infliger au programme de food stamps (coupons alimentaires). Le sujet est sensible : ce programme est censé permettre à un maximum d’Américains dans le besoin de se nourrir et, par la même occasion, permettre aux agriculteurs américains d’écouler leurs surplus.
La Chambre des représentants, à majorité républicaine, a fait voter les coupes, jeudi 19 septembre, malgré l’ire des démocrates et la menace d’un veto du président Barack Obama. Le texte voté réduit l’ampleur du programme de 40 milliards de dollars sur les dix prochaines années. Il oblige par ailleurs les bénéficiaires sans enfant mineur et âgés de 18 à 50 ans à trouver du travail ou de s’inscrire à un programme de formation pour en profiter. Les républicains serrent également la vis en voulant imposer des tests anti-drogue aux bénéficiaires et couper l’accès au programme à toute personne qui aurait gagné à la loterie. Il serait par ailleurs interdit de dépenser les food stamps chez les marchands d’alcool. 
(more…)

France : Le maire de la banlieue du Mans tire la sonnette d’alarme sur la situation sociale des quartiers

26 Août

Marché sur la place du Mail, au cœur de la ZUP d'Allonnes (Sarthe) (DR)

« Les habitants des villes de banlieue n’en peuvent plus ». Le cri d’alarme est poussé par le maire d’Allonnes, petite commune de 11 000 habitants, en banlieue du Mans (Sarthe), et vice-président de l’association Villes et banlieues. Gilles Leproust (PCF) a adressé, jeudi 22 août, une lettre ouverte à François Hollande pour dire l’urgence sociale dans les quartiers en plein cœur de l’été et demander « des actes concrets pour améliorer la vie de [ses] concitoyens ».
Le retour de vacances a été comme un déclic pour cet élu communiste. En faisant le tour des cités populaires de sa ville, il a vu la détresse de familles étranglées. « Il y a plus de parents qu ne sont pas partis en vacances cette année et plus de gamins qui ont passé deux mois dans les centres de loisirs et le Secours populaire n’a pas chômé », constate M. Leproust. « Mais surtout l’ambiance est pesante ». L’édile décrit des tensions entre générations, des ressentiments entre Français et familles de l’immigration, dit-il. « Je sens que ça peut partir en vrille », insiste-t-il.
« Les gens ne voient rien changer »
Avec une ville placée à 70 % en Zone urbaine sensible (ZUS), une population exonérée à 60% de la taxe d’habitation, des quartiers où le chômage des jeunes grimpe à 35%, la crise se voit et la situation sociale se tend. Placée juste de l’autre côté de la Sarthe, la ZUP, créée de tout pièce,  fête ses 50 ans cette année. Ici comme dans de nombreuses banlieues, le vote en faveur de François Hollande a été massif. La déception un an après l’est tout autant. « Les gens ne voient rien changer et ils vivent plus mal. Même s’ils ont de la sympathie pour leur maire, ils sentent qu’on ne peut pas grand chose pour leur quotidien », note le maire très inquiet sur le devenir des finances des villes de banlieues à quelques semaines des discussions budgétaires.
Le maire a suivi de près ce qui s’est passé à Trappes [les émeutes qui ont enflammé la ville suite à un contrôle d’identité agressif contre une femme voilée] mais ne s’en étonne pas: « il y a tellement de désespérance qu’à la moindre étincelle, tout peut exploser », assure-t-il. Alors il en appelle au président de la République pour qu’il réponse aux « attentes sociales » des quartiers. Le travail de concertation mené par François Lamy sur sa réforme de la politique de la ville même s’il est bienvenu à ses yeux, ne suffira pas. Il faut des moyens, des « actes concrets » dit il en rappelant les mots de Jean-Marc Ayrault : « L’Etat est de retour ne banlieue ».
Réduction des budgets et austérité
L’élu communiste est d’autant plus inquiet qu’il voit se profiler des ponctions supplémentaires sur les collectivités locales en cette période de rigueur budgétaire réaffirmée: « comment faire plus pour les habitants quand les deux amortisseurs sociaux que sont les collectivités territoriales et les associations voient leurs budgets réduits et que l’Etat instaure (…) une forte baisse des dotations et une diminution du nombre de fonctionnaires », écrit-il à M. Hollande. Et d’ajouter au regard du dernier séminaire gouvernemental : « Placer la rentrée à 2025, ce n’est pas ce que les gens attendent du gouvernement. Ce qu’il veulent, c’est qu’il agisse aujourd’hui, maintenant ». (…)
Sources from Sylvia Zappi