Tag Archives: forêt

France :  » IL ÉTAIT UNE FORÊT  » DE LUC JACQUET SUR UNE IDÉE ORIGINALE DE FRANCIS HALLÉ

2 Fév
Il était une forêt » de Luc Jacquet sur une idée originale de Francis Hallé
 Depuis Mercredi, il est en salle. Il faut aller le voir car des fréquentations de la première semaine dépend la durée de vie sur les écrans.
C’est un film poème, un documentaire film. Pas simple à réaliser : un arbre cela ne bouge pas.
Enfin on le croît , car selon Francis Hallé , les arbres sont d’incroyables voyageurs. Leurs graines usent de toutes les astuces et ils font tout pour attirer les pollinisateurs.
Jacquet, lui, a dû déployer des centaines d’astuces pour tenir les spectateurs en haleine. Mais sans jamais tordre le cou au réel. « Il était une forêt » est le premier documentaire au monde sur le sujet.
Il a appelé la technique à son secours mais sans qu’elle ne s’impose.
Luc Jacquet et Francis Hallé
Le drone réussit à nous donner le vertige en une magnifique contre-plongée du Moabi, géant de la forêt « l’arbre par excellence selon Francis Hallé . Il a du charisme, une puissance et une beauté inouïe.
C’est une merveille convoitée par les animaux pour ses fruits et par les gabonais pour ses ressources médicinales. « Les sons se multiplient , s’enchevêtrent et se mêlent. L’animation et les fresques bravent la contrainte du temps et accélèrent les processus végétaux invisibles.
Des lucioles deviennent parfums… Même si vous êtes férus de la forêt tropicale, je suis sûre que vous apprendrez encore des choses, par exemple, découvrir comment se parlent les arbres, comment les passiflores leurrent les papillons, comment les plantes deviennent toxiques quand un danger les menace et comment grâce au vent, le message est diffusé aux voisines qui font de même.
Car un des messages de Francis Hallé est que les arbres sont capables de communiquer « on a même découvert récemment qu’ils sont capables d’appeler la pluie : ils fabriquent une molécule, comme une poussière, qui provoque la chute de la pluie.
Pour qu’il y ait de la pluie, il faut que l’humidité rencontre une poussière.
Eh bien, les arbres fabriquent eux mêmes ces grains de poussière, les libèrent dans l’atmosphère, les molécules d’eau viennent s’agglutiner sur ces petits grains de poussière, forment une goutte. »
Alors, au moment du générique, on découvre que l’on ne sait encore rien de la forêt la nuit, quand les plantes changent de formes et que d’autres animaux apparaissent. (…)
Pour lire la suite, cliquer ICI
Sources from outremerlemag.fr, publié par outremerlemag.fr et relayé par SOS-planete

Ghana : la forêt d’Atiwa doit être protégée

24 Nov
Ghana : la forêt d'Atiwa doit être protégée
Avec la forêt tropicale d’Atiwa, le Ghana possède l’un des plus grands trésors naturels de l’Afrique de l’Ouest. Sa jungle luxuriante aux fougères arborescentes hautes de huit mètres, ses paysages marécageux et ses rivières sont le refuge d’une diversité exceptionnelle d’animaux et de plantes rares.
Une superficie de 260 km2 a été déclarée Réserve naturelle afin de protéger cette biodiversité unique de la forêt d’Atiwa. Malheureusement, son sous-sol est aussi riche en bauxite. Et le gouvernement ghanéen a l’intention d’exploiter ces gisements. Car le statut de Réserve naturelle, contrairement à celui de Parc national, ne protège pas la forêt d’Atiwa de l’exploitation minière.
« Nos forêts sont vendues à des sociétés minières et transformées en mines à ciel ouvert, sans aucun égard pour les ressources naturelles inestimables dont nous dépendons » écrit Daryl Bosu de l’ONG écologiste A Rocha Ghana.
La forêt de montagne d’Atiwa approvisionnent cinq millions de personnes en eau potable grâce à ses sources. Elle subvient aux besoins de ses habitants en nourriture, médicaments, matériaux de construction, outils et vêtements, et les protège des inondations et de la sécheresse.
Au cours des dernières années, plusieurs multinationales ont obtenu des permis de prospection minière. « Mais tout se fait derrière des portes closes » déplore Daryl Bosu. Il craint que le gouvernement ne mette un jour la population ghanéenne devant le fait accompli.
Heureusement, il est encore temps d’agir ! Avec ses partenaires de la coalition CONAMA, A Rocha Ghana demande au gouvernement ghanéen de classer l’ensemble de la forêt d’Atiwa comme Parc national afin de pouvoir la protéger à long terme de toute forme d’exploitation.
Soutenons l’initiative de la CONAMA pour la protection de la forêt d’Atiwa. (…)
Pour signer la pétition, cliquer ICI
Sources from sauvonslaforet.org, déniché par Jean et relayé par SOS-planete

Brésil : La déforestation amazonienne en hausse de 28% sur un an ;o(

18 Nov
Foret
La déforestation de l’Amazonie brésilienne a atteint 5.843 km2 sur un an, en hausse de 28% par rapport à l’année précédente qui avait enregistré la plus faible déforestation de l’histoire, a annoncé jeudi la ministre de l’Environnement.
« Nous confirmons une hausse du taux de déforestation de 28%, avec 5.843 km2″ déboisés sur un an, a déclaré la ministre, Izabella Teixeira, lors d’une conférence de presse. Ce résultat encore provisoire couvre la période allant d’août 2012 à juillet 2013.
Les Etats du Para (nord) et du Mato Grosso (centre-ouest), terres de grands producteurs de soja et grands éleveurs de bovins, sont les plus déboisés, avec des taux en hausse de 37% et 52% respectivement, a précisé la ministre.
Mme Teixeira a fixé une réunion d’urgence avec les secrétaires à l’Environnement des Etats amazoniens pour leur demander des explications et la prise de mesures pour améliorer la situation.
La réunion a été fixée au vendredi de la semaine prochaine, à son retour du sommet de l’ONU sur le changement climatique à Varsovie.
(more…)

Planète : Felix, 9 ans, plante 4 millions d’arbres à la surface du globe

14 Août
« Un moustique ne peut rien contre un rhinocéros, mais mille moustiques peuvent le forcer à changer de direction »
Felix, 9 ans, plante 4 millions d’arbres à la surface du globe
Au cours de son année de CM1, Félix Finkbeiner doit faire un exposé sur le réchauffement climatique. Lors de ses recherches, il découvre que les arbres peuvent absorber le gaz carbonique, responsable de la hausse des températures. À la fin de sa présentation, il propose donc à toute sa classe : « Et si on plantait un million d’arbres dans chaque pays du monde ? ». Naïveté ? Pensez vous.Félix a réussi à convaincre les enfants de sa classe, puis de son pays, puis de la terre entière, de planter des arbres. Son initiative est aujourd’hui portée par une fondation internationale, Plant for the Planet, qui a conduit 100 000 enfants à planter 4 millions d’arbres dans plus de 100 pays du monde et les sensibilise aux enjeux du développement durable. Parmi les mentors de Félix, Wangari Maatha, biologiste Kenyane et militante écologiste, surnommée « la femme des arbres », qui en aurait planté plus 30 millions.
A 10 ans, il ne comprend pas pourquoi les adultes, qui connaissent les solutions au problème du réchauffement de la planète, continuent à tergiverser au lieu de passer à l’action. Alors pour faire passer le message, il donne environ 60 conférences par an, comme lors de l’année internationale des forêts, en 2011, à l’ONU. Son discours est simple : « Arrêtez de discuter, commencez à planter ! »
« Les gouvernements du monde n’arrivent pas à se mettre d’accord pour agir contre le changement climatique. C’est une catastrophe. Alors nous allons créer le premier parti politique global, qui existera dans chaque pays du monde, pour agir ensemble. » (…)
Trouvé sur les brindherbes (vidéo disponible)

Australie : Tasmanie, victoire pour la protection de la forêt ancienne

2 Juil
Victoire pour la protection de la forêt ancienne de Tasmanie
 Après plusieurs années, la lutte pour la forêt ancienne de la Tasmanie entre les écologistes, les politiciens et les bûcherons s’est finalement terminée sur une note positive! Maintenant, plus de 170.000 hectares sont répertoriés et protégés par le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO
l a fallu trois décennies pour gagner cette bataille. Cette région bénéficiera désormais de la part du gouvernement australien du plus haut niveau de protection environnementale.
Les bûcherons seront toujours en mesure de poursuivre leurs travaux, mais uniquement dans certains domaines qui sont décrits comme «moins litigieux».
Une célèbre écologiste, Miranda Gibson, a passé 457 jours dans un arbre de la forêt, afin de promouvoir sa campagne pour l’approfondissement de la protection environnementale. Elle vivait au sommet d’un eucalyptus de 60 mètres. Puis elle a terminé campagne depuis le sol jusqu’à ce que le comité ait pris sa décision officielle.
Comme les valeurs naturelles de la forêt ont finalement été classées, le combat s’est déplacé vers celui de la reconnaissance des valeurs culturelles.
La Tasmanie sauvage du patrimoine mondial du l’UNESCO a la plus forte concentration de grands eucalyptus dans le monde. Comme de nombreuses forêts, celle-ci est aussi un habitat important pour des espèces rares et menacées.
Maintenant, nous pouvons être certains que les forêts de Tasmanie seront protégées. Il s’agit d’une excellente nouvelle pouvant donner de l’espoir pour la lutte pour la protection d’autres forêts, comme la Mata Atlântica. (…)
Sources from Ségolène Brunisholz, publié par annefontainefoundation.org et relayé par SOS-planete
 Note de Jacques : de temps en temps une bonne nouvelle !