Tag Archives: compagnie pétrolière

France : Le secteur pétrolier français n’abandonnera pas son combat pour le gaz de schiste ;o(

8 Fév
Le secteur pétrolier hexagonal poursuivra sa campagne en faveur de l’exploitation des hydrocarbures de schiste en France, aujourd’hui interdite, a prévenu mercredi sa principale organisation professionnelle, l’Ufip.
« C’est une longue saga, mais nous n’abandonnerons pas », a déclaré Jean-Louis Schilansky, le président de l’Union française des industries pétrolières. « Nous pensons que ce serait une erreur pour notre pays », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.
La fracturation hydraulique, seule technique éprouvée pour exploiter le gaz et le pétrole de schiste, est interdite en France par une loi de juillet 2011, validée en octobre dernier par le Conseil constitutionnel. Elle est décriée en raison des risques qu’elle fait courir à l’environnement et le président français François Hollande a écarté toute exploitation durant son quinquennat.
(more…)

Arctique : Exploitation pétrolière ;o(

14 Sep
Exploitation pétrolière dans l'Arctique 
L’Arctique déjà menacée par le réchauffement climatique doit maintenant faire face à la venue de géants de l’industrie pétrolière Russe.
Greenpeace s’est rendu dans la zone pour dénoncer cette catastrophe à venir.
Video en anglais
 Sources from goodplanet.info et relayé par SOS-planete
La magazine GoodPlanet Info est un projet de la fondation GoodPlanet, dirigée par Yann Arthus-Bertrand

Equateur : L’Equateur accuse la compagnie pétrolière Perenco de dégâts environnementaux en Amazonie

12 Sep
L’Equateur a accusé mardi la compagnie pétrolière franco-britannique Perenco d’avoir causé des dégâts environnementaux après avoir brusquement suspendu ses opérations en 2009, à la suite d’un différend avec le gouvernement socialiste de Rafael Correa.
Le procureur général Diego Garcia, agissant à ce titre en tant que défenseur de l’Etat auprès d’un tribunal d’arbitrage international à La Haye, a affirmé que Perenco avait agi « de manière négligente, laissant l’Amazonie équatorienne contaminée », sans préciser l’étendue de la pollution.
Les juges « ont l’opportunité de déclarer inadmissible et condamnable le fait qu’une entreprise ait abandonné un forage pétrolier sans prendre en compte les dégâts sur l’environnement produits par la suspension de son exploitation », a estimé M. Garcia selon le compte-rendu de l’audience.
La compagnie franco-britannique a cessé ses opérations en Equateur après avoir refusé la nouvelle législation impulsée par M. Correa, visant à augmenter la part dévolue à l’Etat dans la répartition de la rente pétrolière.
Mais les autorités de Quito lui reprochent d’avoir quitté le pays sans assurer la maintenance des installations.
Perenco a depuis, tout comme le pétrolier américain Burlington, déposé un recours international contre l’Equateur, réclamant 400 millions de dollars, pour avoir rompu les conditions du contrat.
Figure de la gauche latino-américaine, le président Correa plaide de son côté pour l’instauration de tribunaux, estimant que les instances internationales servent les intérêts des compagnies étrangères au détriment des Etats.
Un bras de fer oppose son gouvernement à un autre géant pétrolier, la compagnie américaine Chevron, qui conteste sa condamnation en 2012 à une amende record de 19 millions de dollars pour pollution. (…)
Sources from AFP

Guatemala : Perenco, pétrole et violence dans la forêt maya (pétition)

31 Août
Perenco : pétrole et violence dans la forêt maya (pétition)
Perenco Guatemala Limited, filiale locale de la compagnie pétrolière franco-britannique Perenco, exploite depuis 2001 le pétrole au sein du Parc National Laguna del Tigre, dans le département du Péten.
Perenco G.L. a obtenu, en 2010, une prolongation controversée de son contrat pour une période de quinze ans au coeur de cette zone naturelle protégée, pourtant reconnue d’importance internationale par la convention de Ramsar.
Dans le cadre de l’accord de renouvellement du contrat pétrolier n°2-85, la zone a été fortement militarisée par la création d’un « bataillon vert », avec une contribution économique directe de Perenco G.L. Depuis 2010, le nombre de détachements militaires présents s’est quasiment multiplié par trois et les communautés se voient réprimées et intimidées par les soldats.
Le gouvernement ne garantit pas les droits humains des habitants de la région. Au contraire, il fait déplacer de force les populations locales qui le gênent pour développer des mégaprojets. Quatre communautés ont été expulsées de la zone depuis 2009 et onze nouvelles expulsions pourraient avoir lieu.
Les communautés voient niés leurs droits fondamentaux, tels que les droits à l’éducation et à la santé, ou à accéder à un titre de propriété pour les terres sur lesquelles elles vivent -souvent suite à des migrations forcées-, au prétexte qu’il s’agit d’« envahisseurs » dans une zone protégée.
Pourtant, la compagnie pétrolière Perenco G.L. a vu son contrat d’exploitation renouvelé, et la région est remilitarisée, en contradiction des Accords de Paix qui promeuvent, entre autres, une réduction des effectifs militaires.
Soutenons les communautés des municipalités de San Andrés, La Libertad et Las Cruces pour que cessent les violences à leur encontre et que leurs droits soient respectés.
Signer la pétition
Une pétition publiée par sauvonslaforet.org et relayée par SOS-planete
Sauvons la forêt se mobilise pour la préservation des forêts tropicales et pour les réformes sociales en faveur de ses habitants.

Arctique : Un brise-glace de Greenpeace défie un navire de Rosneft dans l’Arctique

16 Août
Un brise-glace de Greenpeace a approché mardi un navire de Rosneft dans l’Arctique pour protester contre la production de pétrole dans la mer de Barents, nuisible pour l’environnement selon les écologistes.
Le brise-glace Arctic Sunrise a confronté le navire de recherche sismique Akademik Lazarev en demandant au capitaine « de cesser son activité dangereuse pour la nature », selon un communiqué de Greenpeace.
Des militants ont ensuite approché le bateau, affrété par Rosneft, dans des canots pneumatiques, jusqu’à se trouver à une centaine de mètres d’Akademik Lazarev.
Les militants ont alors exhibé « des panneaux de protestation » et ont pris « note des activités » du navire, a déclaré à l’AFP Aaron Gray-Block, porte-parole de Greenpeace.
Selon l’organisation, les tests sismiques sont dangereux pour les mammifères de l’Arctique, la fréquence du signal interférant avec celle des sons émis par les animaux. Si une baleine se trouve à 500 mètres de la source du signal, elle perd l’ouïe, et à 150 mètres elle risque de mourir, a indiqué Greenpeace.
« Le capitaine du navire a refusé de parler de cela et a coupé la conversation » radio, a précisé à l’AFP la militante Christy Ferguson.
Selon Greenpeace, les actions de protestation vont se poursuivre dans les jours à venir.
L’exploration des vastes réserves de l’Arctique est devenue une priorité stratégique de Rosneft qui a signé des accords de coopération avec BP, ExxonMobil et Statoil.
Interrogé par l’AFP, Rosneft a rejeté les accusations des écologistes.
« Rosneft mène ses programmes d’exploration en conformité avec les normes environnementales russes et en respectant les licences », a indiqué le groupe.
« Lors de tests sismiques, un programme de surveillance écologique et des contrôles de sécurité des opérations sont mis en place », selon la même source.
Greenpeace accuse pour sa part les majors occidentaux de vouloir travailler en Russie pour profiter des normes environnementales plus laxistes que dans leurs propres pays. (…)
Sources from AFP

Equateur : Chevron condamné en Equateur, un avertissement pour les multinationales

26 Jan
pollution jugement.jpg
La cour d’appel de Lago Agrio dans le nord est de l’Equateur a confirmé la condamnation à 18 milliards de dollars de la Compagnie pétrolière Texaco, rachetée en 2001 par Chevron, pour pollution de plus d’un million d’hectares de forêt équatoriale. Plus de 30000 indigènes ont été affectés par cette pollution.
La condamnation en première instance, annoncée en février 2011, chiffrait le montant des dommages et intérêts à payer par la compagnie nord américaine à 9 milliards de dollars. Cette somme était doublée si Chevron Texaco ne présentait pas d’excuses auprès du tribunal pour son attitude hostile et manipulatrice tout au long du procès.
Au lieu d’excuses, la Compagnie a fait appel. La nouvelle décision de la justice équatorienne condamne donc Chevron à 18 milliards de dollars de dommages et intérêts. La première action en justice contre Texaco avait commencé en 1993. Un groupe d’avocats et de défenseurs de l’environnement avait réuni les plaintes de plusieurs victimes des pollutions de Texaco en Equateur pour le dépôt d’une plainte collective devant un tribunal Newyorkais.
La question de la compétence du tribunal n’avait été tranchée qu’en… 2001, un tribunal de New York estimant que les faits ayant été commis en Equateur, seul un tribunal équatorien pouvait être compétent. Paradoxe : les avocats des plaignants avaient été très déçus par cette décision et ceux de Texaco s’en réjouissaient. Les premiers craignaient que la juridiction équatorienne ne soit pas aussi sensible que ces homologues états-uniens à l’environnement et serait plus facilement corruptibles par l’argent de Texaco. (…)

(Lire la suite…)

Sources from blog.lefigaro.fr
Notes d’Administrateur :
Le principe du pollueur-payeur…
Le-petrolier-Chevron-condamne-a-une-amende-record-pour-pollution_article_main

(AFP/RODRIGO BUENDIA)
Bravo ! bravo et encore bravo ! En espérant bien sûr que que tous ces pauvres gens soient réellement indemnisés.  Il faut bien reconnaître que pour certains la vie des autres n’a aucune importance !

Russie : Rosneft, le nouveau géant de l’or noir

31 Oct
Rosneft, le nouveau géant de l'or noir
Le pétrolier russe Rosneft a annoncé lundi 22 octobre la reprise de son compatriote TNK-BP. Le nouvel ensemble, qui sera contrôlé par l’État russe, va devenir la plus grande compagnie pétrolière au monde cotée en Bourse.
Avec cette opération, le Kremlin renforce son emprise sur le secteur énergétique.
Le Britannique BP va détenir près de 20 % du capital de l’ensemble.
Rosneft, le numéro un russe du pétrole a annoncé lundi 22 octobre qu’il allait racheter la totalité de TNK-BP, une entreprise créée en 2003 par le Britannique British Petroleum (BP) et des oligarques russes réunis dans le consortium Alfa Access Renova (AAR), devenue le numéro trois du secteur en Russie.
Une opération énorme et stratégique à plus d’un titre. Elle est évaluée à 61 milliards de dollars (46,67 milliards d’euros), selon le président de Rosneft, Igor Setchine, qui a présenté le projet en compagnie du président russe, Vladimir Poutine, dont il fut le directeur de cabinet adjoint et dont il est resté très proche.
Le nouvel ensemble, dont 75 % du capital restera détenu par l’État russe, contrôlera un peu plus de 40 % de la production russe d’hydrocarbures, avec plus de quatre millions de barils équivalents pétrole par jour, et deviendra le premier producteur d’or noir coté en Bourse dans le monde, devant l’Américain ExxonMobil ou le Chinois Petrochina.
Selon le dirigeant de Rosneft, il s’agit de la troisième plus grosse fusion-acquisition dans le secteur énergétique, après les rapprochements entre les Américains Exxon et Mobil et l’absorption d’Elf par Total.
Emprise du Kremlin
Avec Gazprom dans le gaz et Rosneft dans le pétrole, le Kremlin accroît son emprise sur l’ensemble du secteur énergétique russe, qui représente une part importante des exportations du pays et assure environ 40 % de ses ressources budgétaires. (…)
Bonne opération pour BP (…)
L’arme politique du pétrole (…)
Pour lire la totalité de l’article, cliquer ICI
Sources from Jean-Claude Bourbon, publié par la-croix.com