Tag Archives: Cinéma
Image

Paris 14ème : CİNÉ – QUARTİER MOUTON – DUVERNET

11 Fév

France :  » IL ÉTAIT UNE FORÊT  » DE LUC JACQUET SUR UNE IDÉE ORIGINALE DE FRANCIS HALLÉ

2 Fév
Il était une forêt » de Luc Jacquet sur une idée originale de Francis Hallé
 Depuis Mercredi, il est en salle. Il faut aller le voir car des fréquentations de la première semaine dépend la durée de vie sur les écrans.
C’est un film poème, un documentaire film. Pas simple à réaliser : un arbre cela ne bouge pas.
Enfin on le croît , car selon Francis Hallé , les arbres sont d’incroyables voyageurs. Leurs graines usent de toutes les astuces et ils font tout pour attirer les pollinisateurs.
Jacquet, lui, a dû déployer des centaines d’astuces pour tenir les spectateurs en haleine. Mais sans jamais tordre le cou au réel. « Il était une forêt » est le premier documentaire au monde sur le sujet.
Il a appelé la technique à son secours mais sans qu’elle ne s’impose.
Luc Jacquet et Francis Hallé
Le drone réussit à nous donner le vertige en une magnifique contre-plongée du Moabi, géant de la forêt « l’arbre par excellence selon Francis Hallé . Il a du charisme, une puissance et une beauté inouïe.
C’est une merveille convoitée par les animaux pour ses fruits et par les gabonais pour ses ressources médicinales. « Les sons se multiplient , s’enchevêtrent et se mêlent. L’animation et les fresques bravent la contrainte du temps et accélèrent les processus végétaux invisibles.
Des lucioles deviennent parfums… Même si vous êtes férus de la forêt tropicale, je suis sûre que vous apprendrez encore des choses, par exemple, découvrir comment se parlent les arbres, comment les passiflores leurrent les papillons, comment les plantes deviennent toxiques quand un danger les menace et comment grâce au vent, le message est diffusé aux voisines qui font de même.
Car un des messages de Francis Hallé est que les arbres sont capables de communiquer « on a même découvert récemment qu’ils sont capables d’appeler la pluie : ils fabriquent une molécule, comme une poussière, qui provoque la chute de la pluie.
Pour qu’il y ait de la pluie, il faut que l’humidité rencontre une poussière.
Eh bien, les arbres fabriquent eux mêmes ces grains de poussière, les libèrent dans l’atmosphère, les molécules d’eau viennent s’agglutiner sur ces petits grains de poussière, forment une goutte. »
Alors, au moment du générique, on découvre que l’on ne sait encore rien de la forêt la nuit, quand les plantes changent de formes et que d’autres animaux apparaissent. (…)
Pour lire la suite, cliquer ICI
Sources from outremerlemag.fr, publié par outremerlemag.fr et relayé par SOS-planete
Image

Paris 14ème : CİNÉ KİNO

31 Jan

Etats-Unis : LES ANIMAUX D’HOLLYWOOD MALTRAITÉS ET TUÉS SUR CERTAINS TOURNAGES

1 Jan
Les animaux d'Hollywood maltraités et tués sur certains tournages
Le Hollywood Reporter assure que l’American Humane Association, chargée de veiller à la sécurité des animaux sur les tournages de films, aurait fermé les yeux sur plusieurs mauvais traitements infligés aux bêtes. Les révélations sont accablantes.
« Aucun animal n’a été maltraité »: cette affirmation est contenue dans bon nombre de films hollywoodiens.
Une longue enquête de l’hebdomadaire The Hollywood Reporter, intitulée « Animals Were Harmed » (« Des animaux ont été maltraités »), remet pourtant ce label en cause.
Le journal spécialisé raconte en effet comment l’American Humane Association (AHA), l’organisme chargé de superviser les tournages, dissimule souvent les mauvais traitements dont sont victimes les animaux.
Un tigre quasi noyé, des poissons tués par des explosions, des bêtes battues: malgré la mention contraire, de nombreux animaux sont maltraités voire tués dans les blockbusters américains.
Dans le film Antartica, prisonniers du froid par exemple, un chien a été battu par son dresseur, rapporte le journal.
Des dizaines de moutons et chèvres seraient également morts sur le tournage de Le Hobbit : un voyage inattendu. Malgré tous ces événements, la AHA a donné le fameux label à ces films.
Problème de conflits d’intérêts
Pour le Hollywood Reporter, l’AHA souffre d’un manque cruel d’indépendance, étant en grande partie financée… par l’industrie du cinéma elle-même.
« C’est fascinant et ironique à la fois: protecteurs des animaux, ils sont aujourd’hui devenus complices des cruautés infligées aux animaux », a accusé Bob Ferder, un ancien procureur de Los Angeles.
Selon plusieurs employés de la AHA, les grands studios ne se gênent pas pour désigner eux-mêmes les représentants de l’association qui seront chargés de surveiller les tournages.
« Ces représentants ne sont acceptés que s’ils ne font pas trop de vagues », a déploré l’un d’eux avant de préciser : « Ceux qui se plaignent par exemple de l’attitude d’un dresseur sont écartés du plateau.
Si l’on a le malheur de défendre le bien-être animal, on est perçu comme un fauteur de troubles ». En d’autres termes, la AHA ne serait une association que par son nom. (…)
Sources from Sérid Bellik, publié par www.planet.fr et relayé par SOS-planete
Image

Paris 14ème : CİNÉ-QUARTİER MOUTON-DUVERNET

10 Déc

Paris 14ème : CİNÉ PERNETY

4 Déc
La prochaine séance du ciné-club se tiendra à l’Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé, 75014 Paris le  mercredi 4 décembre 2013 avec la projection du film  » Le charme discret de la bourgeoisie  » Film franco-espagnol de Luis Bunuel  de 1972 avec F.Rey, P.Frankeur, D.Seyrig, B.Ogier,  JP.Cassel, … Humour, amour, surréalisme, réalisme et fantastique sont mêlés dans ce film autour d’un dîner sans cesse perturbé ou remis au lendemain…La projection sera suivi d’un débat animé. Prix d’entrée : 4,50 €

Paris 14ème : LE CİNÉ KİNO

29 Nov
Ciné Kino du 29 novembre 2013
Avec une première partie surprise!