France :  » IL ÉTAIT UNE FORÊT  » DE LUC JACQUET SUR UNE IDÉE ORIGINALE DE FRANCIS HALLÉ

2 Fév
Il était une forêt » de Luc Jacquet sur une idée originale de Francis Hallé
 Depuis Mercredi, il est en salle. Il faut aller le voir car des fréquentations de la première semaine dépend la durée de vie sur les écrans.
C’est un film poème, un documentaire film. Pas simple à réaliser : un arbre cela ne bouge pas.
Enfin on le croît , car selon Francis Hallé , les arbres sont d’incroyables voyageurs. Leurs graines usent de toutes les astuces et ils font tout pour attirer les pollinisateurs.
Jacquet, lui, a dû déployer des centaines d’astuces pour tenir les spectateurs en haleine. Mais sans jamais tordre le cou au réel. « Il était une forêt » est le premier documentaire au monde sur le sujet.
Il a appelé la technique à son secours mais sans qu’elle ne s’impose.
Luc Jacquet et Francis Hallé
Le drone réussit à nous donner le vertige en une magnifique contre-plongée du Moabi, géant de la forêt « l’arbre par excellence selon Francis Hallé . Il a du charisme, une puissance et une beauté inouïe.
C’est une merveille convoitée par les animaux pour ses fruits et par les gabonais pour ses ressources médicinales. « Les sons se multiplient , s’enchevêtrent et se mêlent. L’animation et les fresques bravent la contrainte du temps et accélèrent les processus végétaux invisibles.
Des lucioles deviennent parfums… Même si vous êtes férus de la forêt tropicale, je suis sûre que vous apprendrez encore des choses, par exemple, découvrir comment se parlent les arbres, comment les passiflores leurrent les papillons, comment les plantes deviennent toxiques quand un danger les menace et comment grâce au vent, le message est diffusé aux voisines qui font de même.
Car un des messages de Francis Hallé est que les arbres sont capables de communiquer « on a même découvert récemment qu’ils sont capables d’appeler la pluie : ils fabriquent une molécule, comme une poussière, qui provoque la chute de la pluie.
Pour qu’il y ait de la pluie, il faut que l’humidité rencontre une poussière.
Eh bien, les arbres fabriquent eux mêmes ces grains de poussière, les libèrent dans l’atmosphère, les molécules d’eau viennent s’agglutiner sur ces petits grains de poussière, forment une goutte. »
Alors, au moment du générique, on découvre que l’on ne sait encore rien de la forêt la nuit, quand les plantes changent de formes et que d’autres animaux apparaissent. (…)
Pour lire la suite, cliquer ICI
Sources from outremerlemag.fr, publié par outremerlemag.fr et relayé par SOS-planete

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :