France : Rapport de la Fondation Abbé Pierre. Etre propriétaire et souffrir malgré tout du mal-logement

1 Fév
Dans son 19e rapport sur le mal-logement publié ce vendredi, la Fondation Abbé-Pierre souligne les conditions de vie difficiles des personnes vivant dans une copropriété dégradée…
«Etre propriétaire ne signifie pas toujours qu’on s’en est sorti et qu’on vit dans le confort», souligne Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre. Une réalité bien décrite par le 19e rapport sur le mal-logement de la Fondation, rendu public ce vendredi, qui insiste sur les conditions de vie difficiles des personnes vivant dans une copropriété dégradée
Un phénomène en expansion car selon le rapport, actuellement un million de logements seraient situés dans des copropriétés dégradées. Avec des problématiques différentes selon la période de construction des immeubles. «Certains logements ont besoin de gros travaux d’amélioration de la performance énergique, d’autres d’entretien du bâti, de réfection de toiture…» explique Patrick Doutreligne.
Des dommages du temps qui ont fait flamber les charges de nombreuses copropriétés ces dernières années alors même que les habitants de ces immeubles se sont précarisés avec la montée du chômage. Conséquence: le coût lié au logement représente en moyenne 44% des ressources des copropriétaires et 60% pour ceux qui n’ont pas fini de rembourser leur prêt.
Un cercle vicieux
«Du coup, certains travaux sont différés et certaines personnes ne peuvent plus payer leurs charges», constate Patrick Doutreligne. Un cercle vicieux qui aggrave encore la situation des habitants de ces copropriétés dégradées. Dans certains immeubles, les ascenseurs ne sont plus remplacés, les travaux de réfection du chauffage ne sont pas effectués, la toiture n’est plus réparée, l’électricité n’est pas mise aux normes, les parties communes sont dégradées… Certains immeubles «présentent des signes d’insalubrité avancée, voire de danger immédiat», s’inquiète même le rapport.
Une absence de confort qui peut parfois faire fuir les locataires de ces copropriétés dégradées, mais rarement les copropriétaires. «Leur bien s’est tellement déprécié qu’ils ne peuvent pas le vendre, ou alors à un prix dérisoire. Ils sont donc condamnés à rester et se sentent piéger», affirme Patrick Doutreligne.
Pour lutter contre ce phénomène, la Fondation Abbé-Pierre recommande tout d’abord de mieux repérer les copropriétés en danger et de renforcer la capacité d’intervention de l’Etat et des collectivités locales sur les immeubles les plus dégradés. Des solutions difficiles à mettre en œuvre en période de restriction budgétaire (…)
Sources from Delphine Bancaud

La crise du logement touche 10 millions de personnes en France

201405_mal_logementDe plus en plus de ménages, locataires ou copropriétaires, sont fragilisés face à un logement qui devient un obstacle à l’emploi ou érode leur pouvoir d’achat, constate la Fondation Abbé Pierre dans son nouveau rapport sur le mal-logement. Le Mouvement Emmaüs se mobilise dans toute la France ce samedi 1er février.Le logement tend à perdre son «pouvoir protecteur» en période de crise. Pire, il peut aggraver les effets de la mauvaise conjoncture. Dans son nouveau rapport sur «L’État du mal-logement en France» publié ce vendredi, la Fondation Abbé Pierre estime que 10 millions de personnes sont touchées, de près ou de loin, par la crise du logement en France.
Aux 3,5 millions de mal-logés, à savoir les sans domicile fixe (141.500 personnes), les personnes vivant dans des abris de fortune ou en résidence sociale, viennent s’ajouter les plus de 5 millions de personnes fragilisées à cause de leur logement: propriétaires occupant un logement dans une copropriété en difficulté (près de 730.000 personnes), locataires en impayés de loyers (1,2 million), ou encore personnes en situation de «surpeuplement» (3,2 millions). Un contingent qui est complété par – ou qui se cumule avec – les 3,8 millions de ménages en situation de précarité énergétique, les près de 92.000 familles occupant un logement sans droit, ou les 1,7 million de ménages qui ont une demande de logement social en attente.
L’enjeu du logement est d’autant plus important, selon le rapport, qu’il est étroitement lié au problème de l’emploi. «L’un et l’autre paraissent emportés dans une même spirale récessive qui conduit à l’aggravation de la situation des plus fragiles.»
(more…)

Logement : « Les gens sont dans la merde et la réponse donnée n’est pas suffisante »

Les chômeurs d’aujourd’hui seront les mal-logés de demain. C’est ce que craint la Fondation Abbé Pierre qui publie ce 31 janvier son rapport annuel sur le mal-logement. La France compte déjà 3,5 millions d’habitants précaires et connaît une hausse importante de sans-abris. Qu’adviendra-t-il demain avec 5,5 millions de personnes inscrites au Pôle emploi ? Si plusieurs mesures législatives récemment proposées par le ministère du Logement semblent aller dans le bon sens, les réponses rapides à l’urgence sociale font défaut, pendant que les expulsions locatives augmentent. Comme sur le chômage, le gouvernement semble incapable d’agir à la mesure de l’enjeu. (…)
[Lire la suite de Logement : « Les gens sont dans la merde et la réponse donnée n’est pas suffisante »]
Sources from Linda Maziz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :