Etats-Unis : La NSA pratique aussi l’espionnage économique, d’après Snowden

28 Jan
L’administration Obama maintient que la politique américaine du renseignement a pour uniques objectifs la sûreté nationale et la lutte contre le terrorisme. Or, l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) utiliserait aussi certaines des données collectées à des fins économiques, a indiqué le lanceur d’alertes Edward Snowden, dans un entretien diffusé dimanche soir par la chaîne NDR du groupe audiovisuel public allemand ARD.
Siemens, Thales, Total… tous ciblés
« S’il y a des informations, par exemple sur Siemens, qui soient dans l’intérêt national, mais qui n’ont rien à voir avec la sécurité nationale, et bien ils prendront cette information quand même », a indiqué l’auteur des révélations sur les écoutes massives de la NSA lors de son premier entretien télévisé depuis juin 2013. Soit la date de son départ de Hong Kong pour la Russie.
D’autres documents dérobés par Edward Snowden évoquent des pratiques d’espionnage ciblant des entreprises privées, dont les industriels français Thales et Total. (Lire : Barack Obama et la NSA : une réforme pour rien ?)
Edward Snowden menacé de mort
L’entretien télévisé accordé par l’ancien consultant de la NSA, depuis Moscou, au journaliste allemand Hubert Seipel, fait suite à des révélations publiées mi-janvier par le New York Times. Le journal américain assure, en s’appuyant sur d’autres documents dérobés par Edward Snowden, que la NSA a implanté un système espion dans près de 100 000 ordinateurs répartis dans le monde (Lire : 100 000 ordinateurs trafiqués par la NSA… Le soupçon grandit à Bruxelles).
Inculpé d’espionnage par la justice fédérale des États-Unis, le lanceur d’alertes fait l’objet de trois accusations outre-Atlantique. Deux pour espionnage, une pour vol de documents appartenant à l’État, chacune étant passible de 10 ans de prison.
Dans l’entretien diffusé hier soir par le groupe ARD, Edward Snowden maintient qu’il n’aurait pas droit à un procès équitable outre-Atlantique. Il ajoute faire l’objet de menaces de mort de la part d’agents gouvernementaux américains. (…)
Lire notre dossier :
Tout sur l’arsenal secret des espions de la NSA
Sources from Appy Geek
Notes d’Administrateur : Et la Russie n’est pas en reste…
Cyberespionnage économique: la Russie entre dans la danse
Pour la première fois, des experts en sécurité ont pu mettre en évidence un lien entre des activités d’espionnage et le gouvernement russe. Principale cible : le secteur énergétique.
L’espionnage économique n’est pas seulement l’apanage des services gouvernementaux chinois ou américains. La Russie entre également dans le cercle des voleurs de secrets d’affaires. CrowdStrike, un spécialiste américain de la sécurité informatique, a détecté un groupe de hackers qu’il a baptisé « Energy Bear » et qui s’est infiltré dans des centaines d’organisations américaines, européennes et asiatiques, d’après Reuters. Ce groupe s’intéresse avant tout aux entreprises du secteur énergétique, mais pas seulement. Académies, ministères, industries, défense, santé, TIC… figurent également parmi les cibles de ces hackers-espions. Parmi les pays les plus attaqués figurent les Etats-Unis, l’Espagne, le Japon et… la France.
CrowdStrike est convaincu que ces actions sont pilotées par le gouvernement russe « pour aider son industrie à maintenir sa compétitivité dans des secteurs clés stratégiques », comme l’explique Dmitri Alperovitch, directeur technique de la société. Cette conclusion s’appuie non seulement sur des indicateurs techniques récoltés pendant les deux dernières années, mais aussi sur l’analyse des entreprises ciblées et des données siphonnées. Ainsi, les horaires de « travail » des hackers cadrent particulièrement bien avec ceux de la Russie. La typologie des cibles est également en accord avec les intérêts de l’empire de Poutine.
Selon CrowdStrike, c’est la première fois que la Russie est clairement identifiée comme un acteur dans des activités d’espionnage économique. « Ils copient la Chine », souligne Dmitri Alperovitch. Pour arriver à ses fins, le groupe utilise principalement le web. Il introduit du code malveillant dans des sites qui sont régulièrement consultés par les personnes membres de l’organisation cible. Il suffit de charger la page compromise pour que la machine utilisée soit infectée. Dans certains cas, Energy Bear s’est également appuyé sur des failles dans Adobe Reader pour introduire son malware. Lire aussi: La Chine, peut-être derrière les attaques contre la banque centrale australienne, le 11/03/2013« Aucune grande entreprise française n’a été épargnée par les hackers » (Patrick Pailloux, ANSSI), le 31/12/2013L’affaire Prism, un vrai danger… sous-estimé par nos entreprises, le 18/10/2013 Sources: ReutersLe rapport de CrowdStrike (…)
Sources from Appy Geek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :