Etats-Unis : Qu’allons nous encore tolérer des Etats-Unis et de la NSA ?

31 Déc
La NSA fait encore parler d’elle, cette fois du côté allemand grâce au journal Spiegel qui a pris connaissance de nouveaux documents envoyés par Snowden. Dans les révélations du journal, on apprend que la NSA dispose d’un service de hackers capable d’opérations tout ce qu’il y a de plus douteux. Ce service baptisé TAO pour « Tailored Access Operations » (Opérations d’accès sûr-mesure) et créé en 1997 s’est infiltré au cours des 10 dernières années dans 258 systèmes informatiques, de 89 pays. Rien qu’en 2010, les membres de la TAO ont effectué plus de 279 opérations de part le monde.
Avec la bénédiction de leur gouvernement, ces hackers embarquent régulièrement dans des avions prêtés par le FBI pour intervenir clandestinement dans des pays étrangers, parfois en passant moins d’une heure sur place. Ils infiltrent alors les réseaux de télécommunications , sniffent les données qui transitent sur le net, placent des mouchards (trojans), et interceptent même des colis postaux contenant du matériel électronique (ordinateurs, smartphones…etc.) pour y placer leurs mouchards au coeur même du matériel, permettant ainsi de conserver la main même en cas de formatage. Les failles dans les logiciels et systèmes d’exploitation n’ont plus de secret pour eux, et l’équipe TAO ne se prive pas de les exploiter pour poser leurs trojans.
Après l’opérateur Belgacom et le siège de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), on apprend grâce à Snowden que la NSA a carrément piraté le système informatique utilisé pour gérer le câble sous-marin qui relie la France au Moyen-Orient et à l’Asie. Baptisé SEA ME WE 4, ce câble qui part de Marseille est géré par plusieurs sociétés dont Orange. Grâce à un virus et un petit tour de passe-passe dont ils ont le secret, les membres de l’équipe TAO ont donc infiltré ce système et peuvent maintenant collecter toutes les données qui transitent par ce câble sous-marin.
Un nouveau scandale donc… Je me demande ce qu’on va encore découvrir. Ce qui me choque là dedans, ce n’est pas vraiment ce que la NSA a fait. C’est plutôt de voir que la France et l’Europe ne fait rien et ne réagit pas à toutes ces annonces. On est tellement à la ramasse qu’on accepte tout ça sans broncher.
D’un côté, il y a Snowden, Assange, Manning…etc. poursuivis, persécutés et menacés par les États-Unis pour avoir révélé des vérités. Et de l’autre, il y a la NSA qui frime et qui ne s’inquiète même pas alors qu’elle viole sans scrupule les lois des pays et les accords que ces derniers ont avec les États-Unis.
Je me souviens de ces histoires de Chinois espionnant Bercy il y a quelques années… Je me dis que finalement, ils n’étaient peut-être pas si Chinois que ça ces hackers. Maintenant la vraie question, c’est jusqu’où la NSA est elle allée ? En quels systèmes informatiques privés ou étatiques pouvons-nous encore avoir confiance ? Jusqu’où nos infrastructures sont corrompues ? Sommes-nous même capables de le découvrir si nous les auditons ? Quel pouvoir a la NSA et par conséquent les États-Unis, sur la vie de notre pays, sur nos décisions politiques, sur nos échanges privés et nos échanges commerciaux ? Le gouvernement américain actuel est-il devenu un gouvernement de voyous dont la NSA serait les yeux et les oreilles ? Quelles opérations les États-Unis ont-ils menées grâce à ces informations collectées et ces moyens de prise de contrôle ? Ont-ils volé nos entreprises ? Ont-ils détruit des vies ? Ont-ils fait preuve d’ingérence sans même que nous le sachions ? François Hollande et les autres dirigeants européens ont-ils des couilles et réagiront-ils face à ce gros paquet de merde qui ne cesse de s’accumuler depuis que Snowden s’est fait la malle avec tous ces secrets ?
Comme vous pouvez le voir, je me pose mille questions à ce sujet. Et j’ai vraiment l’impression aussi bien à notre niveau d’internaute lambda qu’aux niveaux les plus hauts de l’État, que personne ne sait comment réagir ni comment contrer cela. Mais peut-on encore considérer un pays comme un allier lorsqu’il trahit et attaque à ce point ses partenaires ?
Ce qui est certain, c’est que Snowden est en train de rendre un fier service à l’Europe et au reste du monde. Dommage qu’aucun dirigeant en Europe ne s’y intéresse et ne le soutienne. Jusqu’où la NSA devra-t-elle aller pour que l’Europe réagisse ? J’ai l’impression qu’on a dépassé depuis très longtemps les limites de l’acceptable… et pourtant il ne se passe rien. (…)
Sources from Korben

La NSA a piraté un réseau Internet français pour accéder aux données d’un câble sous-marin

Selon des documents fournis par Edward Snowden au Spiegel, l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) aurait réussi à pirater, en février 2013, le réseau informatique de 16 sociétés (dont Orange) qui gèrent le câble informatique reliant la France à l’Afrique du Nord et à l’Asie, une information confirmée par le site français Mediapart.
Selon ces sources, la NSA se serait introduite dans ce réseau, accédant ainsi aux informations acheminées par le câble sous-marin SEA-ME-WE 4, qui relie l’Asie et l’Océanie à l’Europe en passant par le Moyen-Orient et ce jusqu’à Marseille, où il est relié au réseau Orange. Par ce câble transite un déluge de données. Ce type d’écoutes permet de collecter de très importantes quantités de métadonnées, c’est-à-dire non pas le contenu d’une conversation, mais par exemple sa date, son lieu et ses participants. A priori anodines, elles sont en fait très révélatrices des habitudes et des relations d’un internaute.
Sur les quelque 250 câbles sous-marins qui sillonnent le globe, une vingtaine atterrit sur les côtes françaises et relie notre pays – et l’Europe – au reste du réseau mondial. Certains câbles sont particulièrement stratégiques, comme l’ACE. Codétenu par France Télécom-Orange et ses filiales avec 12 autres entreprises ou gouvernements, il achève à Penmarch (Finistère) un trajet de plus de 17 000 km dans l’Atlantique, « branchant » au passage une dizaine de pays de l’Afrique occidentale.
Lire : Les câbles sous-marins, clé de voûte de la cybersurveillance
« D’AUTRES OPÉRATIONS PRÉVUES POUR LE FUTUR »
D’après le document fourni par Edward Snowden et cité par Mediapart, le 13 février 2013 l’Office of Tailored Acces Operation (le « bureau des opérations d’accès adaptées ») « a réussi à collecter les informations de gestion des systèmes du câble sous-marin SEA-ME-WE ». L’agence se vante d’avoir « eu accès au site de gestion du consortium et d’avoir collecté les informations du réseau de niveau 2 qui montre la cartographie d’une partie significative du réseau ». Et l’agence de préciser : « D’autres opérations sont prévues pour le futur afin de collecter plus d’informations sur celui-ci et sur d’autres systèmes de câble. »
La technique utilisée pour cette attaque, baptisée « Quantum insert » (ou « insertion quantique ») a déjà été utilisée par l’agence britannique des renseignements électroniques, le GCHQ, pour infiltrer les ordinateurs de Belgacom, ainsi que ceux du siège de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Une technique qui consiste à rediriger discrètement des employés de l’entreprise vers de faux sites Internet pour installer à leur insu des logiciels espions sur leur machine. (…)
Sources from Le Monde.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :