Arctique : Volume de la banquise arctique, 3e minimum record consécutif

5 Jan
Volume de la banquise arctique : 3e minimum record consécutif
De nos jours en Arctique, les records se succèdent à un rythme impressionnant. Le record du volume minimum de la banquise a de nouveau été battu cette année, pour la 3e fois consécutive. Mais est-ce encore étonnant ? Le record du volume minimum a maintenant été abaissé 8 fois cours des 10 dernières années. Le climat polaire est sur les stéroïdes.
Moins populaire que l’étendue, sa cousine 2D, le volume est pourtant un indicateur aussi fondamental. La face cachée de l’iceberg, en quelque sorte. À 3300 km3 cette année, le continent flottant n’est plus l’ombre de lui-même. Le volume estimé de la banquise polaire ne faisait plus en septembre que 26% des 12 500 km3 qu’il atteignait en moyenne pendant la période 1979-2011 (elle-même une période de déclin). Depuis quelques années, le volume maximum hivernal n’atteint même plus le minimum estival normal. Disons-le encore autrement : depuis le sommet de la Terre de Rio en 1992, la banquise polaire a fondu du 3/4. (…)
L’accumulation de toute cette énergie dans le système polaire, à laquelle s’ajoute toute celle amenée par les eaux réchauffées du Pacifique et de l’Atlantique, accélère elle-même d’autres réactions auto-amplificatrices, comme la fonte du pergélisol et le dégazage du méthane océanique.
Le pergélisol et les plate-formes océaniques de l’océan Arctique contiennent des quantités gigantesques de méthane, un gaz à effet de serre plus puissant que le CO2, qui risquent de provoquer un emballement incontrôlé du climat si elles sont libérés dans l’atmosphère. La fonte de la banquise va aussi accélérer la fonte du Groenland et donc l’élévation du niveau de la mer.
Plusieurs pensent qu’elle perturbe déjà le courant-jet et les patrons atmosphériques de l’hémisphère Nord, expliquant en partie la série d’événements extrêmes des dernières années, causés principalement par des épisodes de blocage atmosphérique. Et tout ça bien sûr sans parler des conséquences sur les écosystèmes et les communautés.
Après 45 millions d’années de règne, il semble aujourd’hui que le temps de la calotte polaire arctique tire à sa fin. Bienvenue dans l’anthropocène. (…)
Pour lire la totalité de l’article, cliquer ICI
Sources from changementsclimatiques.org et relayé par SOS-planete

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :