Billet d’humeur…Les pieds-noirs sont en colère et les ancien Harkis attendront toujours …

22 Déc
Comment ne pas être indigné après les déclarations de François Hollande en Algérie…
Certes pas de repentance mais c’est pire… Pensez-vous que ce comportement cicatrisera les plaies… Notre Président parle d’apaisement franco-algérien ?!
François Hollande a, dit-on, un regard extrêmement lucide et a envoyé un « signal » très fort,  car ce n’est pas rien d’évoquer les souffrances que la France a infligées au peuple algérien, sans par ailleurs ne rien imposer à Bouteflika et autres assassins des harkis et de nombreux pieds-noirs, après les accords d’Evian. Un remarquable exemple de la Gauche mondialiste…
Aucun respect, aucune dignité, tout est bon pour vendre, tout est bon pour justifier notre assistance qui dure depuis 1962…
Administrateur

pied-noir

Les pieds-noirs sont en colère et les ancien Harkis attendront  toujours …

pieds noirs_4
Le président de la République a reconnu jeudi matin devant les députés algériens les « souffrances que la France a infligées au peuple algérien pendant la guerre d’indépendance mais aussi pendant la colonisation. Les pieds-noirs de Perpignan se sentent insultés
François Hollande reconnait les souffrances du peuple algérien.  Dans un discours prononcé jeudi matin devant les députés d’Algérie à l’occasion de la deuxième journée de sa visite officielle dans le pays, le président de la République française a reconnu les « souffrances infligées pendant la guerre d’indépendance mais aussi sous la colonisation. L’Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal. »
pieds noirs_7
Des déclarations qui ont surpris, ému et indignés les pieds-noirs …Partager
pieds noirs_5

Merci, aux anciens Harkis !

pieds noirs_6
En 2012, cela fera 50 ans ….ils sont les grands oubliés de l’histoire et pourtant ils ont choisi de s’engager viscéralement pour la défense de l’Algérie Française.
Les harkis sont les soldats « indigènes » musulmans engagés dans l’armée française durant la guerre d’Algérie de 1957 à 1962. Ces « supplétifs « de l’armée française sont venus en « compléments «  de nos soldats. Comme si le don de son sort à la patrie pouvait être considéré comme un « complément « .
A partir de 1831, lors de la conquête de l’Algérie, déjà il y avait eu des engagements d’autochtones pro- français lors de la conquête. Les Harkis ne peuvent donc être résumés à des opportunistes ou traitres décris par certains. Leur décision était  un choix et ce choix adulte et respectable même si sujet à polémique pour ceux qui veulent décider pour les autres.
Les motivations du choix de la France ont sûrement été d’ordre très divers : patriotiques, économiques , sécuritaires pour certains chefs de village qui voulaient protéger la population contre les opérations de l’armée ou contre les attaques du F.L.N. L’intérêt de la France était d’être renforcée dans sa position par cette adhésion de musulmans à sa politique et puis également de renforcer son armée.
Le chiffre des harkis évalué à 28 000 en 1959, devait atteindre plus de 62 0000 à la fin de la guerre.
En mars 1962 au moment de la signature des accords d’Evian qui annoncent l’Indépendance ils sont  oubliés ! Comment accepter cette explication ? qui a pu l’accepter ? Quelles voix d’intellectuels se sont élevées ou s’élèvent aujourd’hui ?
Abandonnés par l’armée française qui les laissent désarmés en Algérie ils se font massacrer par milliers. Des massacres qui servent aussi d’exemple pour le nouveau pouvoir FLN.
Il est important également de rappeler les responsabilités des dirigeants de l’époque comme Louis Joxe, ministre d’Etat aux Affaires Algériennes, qui adressa à l’armée une directive le 12 mai 1962, menaçant de sanctions les militaires français qui organisaient le repli en métropole de leurs alliés musulmans « en dehors du plan général de rapatriement », et ordonnant même le renvoi en Algérie des supplétifs débarqués en France. En  fait, <<ce plan >> n’existait que sur le papier, et rien ne fut fait sur le terrain.
De 1962 à 1966, 55 000 harkis  sont hébergés dans des camps ou centre de reclassement censés être provisoires situés pour la plupart dans le Massif central et le sud de la France. Les conditions de vie sont indignes de ce qu’un pays doit offrir à ceux qui se sont engagés pour lui. Les médias aussi oublieront de « s’enflammer » pour cette injustice.
Petit à petit, les « harkis » sont dispersés dans 75 hameaux forestiers et 17 ensembles urbains immobiliers au sein de 4 régions françaises : banlieue parisienne, Nord est, région Lyon-Grenoble et côte méditerranéenne.
En 1974, certains Harkis se rebellent et demandent plus de considération ce qui aboutit en 1975 à une décision politique qui promet la fermeture des deux derniers camps de regroupement, des  logements décents, une formation professionnelle et des emplois
La volonté politique n’étant pas suivie de crédits, les mesures ne seront que partiellement respectées.
En 1991, la 2ème génération de rapatriés musulmans crie son ras le bol et son indignation face à cette indifférence des gouvernements. Une loi votée en 1994 accorde des compensations financières, des indemnités et des aides pour accéder à la propriété, mais pas l’essentiel …
Donc, de 1997 à 2000 des enfants de Harkis recommencent des grèves de la faim. Ils demandent une reconnaissance historique du rôle joué par les « Harkis », à être considérés comme des français à part entière. Il en ont assez d’être perçus comme des citoyens de seconde catégorie ou assimilés aux immigrés algériens.
Cette volonté d’intégration à la communauté nationale est d’autant plus importante qu’en 2000, alors qu’il est en France le Président Algérien Boutéflica qualifie les Harkis de « collabos », sans que la France ne réagisse à cette attaque de compatriotes.
C’est finalement Jacques Chirac, partisan en son temps de l’Algérie française,  qui choisi en 2001, le 25 septembre pour être la « Journée de commémoration et d’hommage national aux harkis ».
« Si je suis élu président de la République, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l’abandon et le massacre de harkis ». Nicolas sarkozy, Mars 2007.
Les ancien Harkis attendent toujours …
Source from  Poetes Indignes

Une Réponse to “Billet d’humeur…Les pieds-noirs sont en colère et les ancien Harkis attendront toujours …”

  1. Jean-Marie 27 décembre 2012 à 14:20 #

    LOUANCHI
    louanchi.hocine@laposte.net
    86.77.153.104
    Marqué comme légitime par ljm75Envoyé le 27/12/2012 à 09:20

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l’époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l’Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l’ isolement total de la société française. Sur les
    quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd’hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net – Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) – Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone…émotions et voile de censure levé ! Les Accords d’Evian n’effacent pas le passé, mais l’avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi) Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :