Paris : Ceci n’est pas (seulement) un tramway

15 Déc

Parisiens, pour parler de la banlieue, ne dites plus « au-delà du périphérique », mais « de l’autre côté du tramway ». A partir du samedi 15 décembre, le tram T3 parcourra les trois-quarts de l’anneau formant la limite de la Ville de Paris, du pont du Garigliano, au sud-ouest, à la porte de la Chapelle, au nord. Seule une dernière portion du périmètre parisien, au nord-ouest, devra encore se contenter du bus de la « petite ceinture », connu sous le nom de PC.

  Bousculade. Deux lignes se partagent le parcours qui couvre désormais 22,5 kilomètres : le T3a et le T3b. Le T3a correspond à la ligne existante, au sud, entre le pont de Garigliano et la porte d’Ivry, prolongée jusqu’à la porte de Vincennes, tandis que le T3b court à l’est et au nord. Cette ligne, entièrement nouvelle, sera donc inaugurée samedi 15 décembre à 11 heures, sans doute dans la bousculade, par un groupe compact de personnalités politiques de plus ou moins premier plan suivies par des dizaines de journalistes. On a même cru un temps que le président de la République serait du voyage.
  Bon d’accord, ça n’est qu’un tram. En Allemagne, en Belgique ou en Suisse, ce mode de transport parfaitement banal fait partie du paysage urbain depuis des décennies. Dans les villes françaises, les réseaux de tramway, après avoir été presque entièrement démantelés dans les années 1930 à 1950, ont fait leur réapparition à partir des années 1980. Paris a fini par suivre les pionnières, Nantes, Strasbourg ou Grenoble, mais avec retard. Le premier tronçon du T3 n’a été inauguré qu’en décembre 2006, alors que les premiers (re)tramways d’Ile-de-France, le T1 et le T2, roulaient déjà en Seine-Saint-Denis depuis 1992 et dans les Hauts-de-Seine depuis 1997.
  Paysages. Et pourtant, le nouveau T3b mérite davantage qu’un détour, il vaut le voyage. Ne serait-ce que pour son parcours surprenant. Lorsqu’on l’emprunte porte de Vincennes en direction du nord, le tramway offre un tracé classique jusqu’à la porte des Lilas (voir la carte ici) : les rails sont implantés au milieu des boulevards des Maréchaux, nommés d’après les sbires de Napoléon. Mais ensuite, l’environnement change. Le tram serre à droite, passe juste devant Notre-Dame de Fatima et quitte les Maréchaux à la porte de Pantin. Nous voilà sous le périphérique, dans une rue étroite le long du centre de maintenance de la RATP et enfin sur un pont construit pour l’occasion pour traverser le canal de l’Ourcq.
  Le T3b ne cesse de louvoyer. Il joue avec les Maréchaux, passe et repasse le périphérique, longe le parc de la Villette, tente une incursion dans Paris. Le voici, sur l’herbe, aux abords du canal Saint-Denis (la photo d’ouverture) ou dans un paysage chaotique fait de tours, d’usines et d’esplanades. A proximité de l’ancien chemin de fer de la petite ceinture, dans ce qui ressemble encore à un no man’s land fait d’entrepôts transformés en bureaux, le tram croise le RER E à l’arrêt Rosa Parks, qui sera bientôt une nouvelle gare parisienne. Sagement, après un bref tunnel, le convoi regagne les boulevards avant la porte de la Chapelle.
  La fourmi et le lampadaire. Reprenez-le dans l’autre sens. La Ville de Paris, qui a financé la construction de la ligne avec le Syndicat des transports d’Ile-de-France présente fièrement son « parcours artistique » composé de 15 œuvres d’art. Les voyageurs remarqueront le lampadaire déstructuré rouge    de la porte de Bagnolet ainsi que les cubes en verre marqués d’un M géant de la porte de Vincennes. Ils seront plus ou moins sensibles aux grilles du stade Jules Ladoumègue adoptant le motif de la ferraille entourant les arbres parisiens ou au défilé lumineux de fourmis courant, tels des cafards, sous le périphérique entre Pantin et Paris. Personne, enfin, ne pourra échapper au jingle ni aux voix annonçant les stations, parmi lesquelles se sont glissées celles de Jane Birkin ou Philippe Manœuvre.
  Les noms des 18 stations du T3b ont été choisis avec soin. Certaines correspondent à des portes de Paris ou à des lieux connus (Hôpital Robert Debré, Canal Saint-Denis). Sept, neuf au total en comptant le T3a, ont été dotées du nom de personnalités, toutes des femmes. Rosa Parks, Noire américaine ayant refusé de céder sa place à un Blanc dans un bus ou Delphine Seyrig, actrice et militante féministe, font figure de symboles. Il n’est donc plus nécessaire de s’appeler Franklin Roosevelt, Philippe Auguste, Georges Brassens ou cardinal Lemoine pour voir son nom honoré dans les transports publics parisiens.
Et avec ça, le tramway présente une autre particularité : il transporte des voyageurs. Qui l’eût cru ? Ce n’est    pas seulement un prétexte à œuvres d’art, l’étendard d’une société plus égalitaire ou un instrument de revitalisation urbaine. Le T3b est aussi un moyen de déplacement. Pour 800 millions d’euros, ce n’est pas un luxe.
PS : l’exposition « Les artistes et le tramway de Paris », du 14  décembre au 2 février. Salons de l’Hôtel de Ville, 5, rue Lobau, 75004 Paris. Entrée libre. (…)
Sources from Olivier Razemon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :