Colombie : Commémoration du génocide des Amérindiens de l’Amazonie

25 Oct
Colombie : Commémoration du génocide des Amérindiens de l'Amazonie
 
Les amérindiens d’Amazonie ont gardé le silence pendant 100 ans sur l’humiliation, la douleur et la mort occasionnée au début du vingtième siècle par l’exploitation du caoutchouc.
Mais le 12 octobre 2012, les Uitotos, les Okainas et les Muinanes ont commémoré publiquement la tragédie, convaincus, qu’un futur meilleur ne peut faire abstraction des enseignements du passé.
[18 Octobre 2012]
“ L’objectif est de revenir sur ce qui s’est passé, il y a cent ans, et de changer toute cette mauvaise histoire en bonnes choses au bénéfice de la nouvelle génération ”, a déclaré à BBC Monde Jesús Teteye (médecin traditionnel), amérindien Taita du peuple Bora, l’une des communautés qui a failli être décimé par les entrepreneurs du caoutchouc.
Nous avons une histoire si grande, si forte, si douloureuse… Mais les plus âgés sont déjà entrain de clore une partie de cette histoire, pour, comme nous disons par ici, “ouvrir une nouvelle corbeille ”, a expliqué pour sa part Raúl Teteye, recteur du collège autochtone qui actuellement travaille dans l’infâmante “Casa Arana ”, à La Chorrera dans le département colombien de l’Amazone.
“La Casa Arana ” est le centre de commémoration qui a réunit le 12 octobre dernier des amérindiens du Pérou et du Brésil, ainsi que les représentants de la communauté internationale et du gouvernement colombien.
Cette habitation était, il y a cent ans, le principal centre d’approvisionnement en caoutchouc de la région. Et sa propriétaire, la Peruvian Amazon Company (PAC était péruvienne et britannique), a fait sa fortune en exploitant brutalement les peuples Amérindiens amazoniens, au moyen de la menace, de la torture, de l’esclavage et du meurtre.
Le génocide
Les abus de la caoutchouterie ont été documentés à son temps par le consul britannique de Manaus, Roger Casement, le protagoniste du roman de Mario Vargas Llosa “Le Rêve du Celte ” (“ El sueño del celta ”).
Selon le “livre bleu du Putumayo ”, publié en 1912, à cette même date, ce sont plus de 40.000 amérindiens qui ont été tués pendant la première fièvre du caoutchouc. Et comme résultat des plaintes de Casement, la multinationale (PAC) s’est dissoute une année après.
“La Casa Arana ”, cependant, continuera son exploitation jusqu’en 1932. Et l’on estime qu’au total ce sont 100 000 vies qui ont été perdues en raison des abus des entrepreneurs du caoutchouc .
“ Ce fut un génocide. C’est quelque chose qui n’est pas connu en dehors de la Colombie, mais qui a une très grande importance et beaucoup de signification ici ” a déclaré à BBC Monde, l’ambassadeur du Royaume Uni en Colombie, John Dew, un des invités de cette commémoration.
“ Et il est important de montrer avec ma présence, que les temps ont changé et que nous avons le même engagement avec les droits humains aujourd’hui, que nous l’avions à l’époque de Casement ” a ajouté le diplomate britannique.

Pour Raúl Teteye, cette rencontre est aussi une opportunité pour que les gouvernements de la Colombie, du Pérou, du Brésil “ et surtout la Grande-Bretagne, qui a financé cette exploitation, pour qu’ils puissent en tirer dans l’avenir un enseignement pour ses jeunes, de comment une personne humaine peut être dégradée, de comment un être humain peut être si horrible pour l’être humain, comme il fut à cette époque de la Casa Arana ”.
“ Nous travaillons pour avoir cette espérance vers l’avenir , mais sans ignorer notre histoire si douloureuse. En sachant qu’à tout moment, dans d’autres parties du monde ou ici, tout peut recommencer ” a-t-il ajouté.
Les excuses
La commémoration fut aussi marquée par les excuses que le président de la Colombie, Juan Manuel Santos, a adressées aux communautés amérindiennes au nom de l’état colombien. “ Aux communautés des peuples Uitoto, Bora, Okaina, Muinane, Andoque, Nonuya, Miraña, Yukuna et Matapí, à tous, je demande un pardon pour ses morts, pour ses orphelins, pour ses victimes ”, a déclaré le mandataire dans un message envoyé depuis Bogotá.
“ Ces communautés nous ont convoqués pour les nommer aujourd’hui, pour les reconnaître, pour les honorer, pour reconstruire avec eux la mémoire de ces faits.
Ses enfants et ses petits – fils aujourd’hui nous convoquent pour demander, au nom de l’État colombien, un pardon par sa tragédie ”, a déclaré le président, qui avait à l’origine prévu d’assister à la commémoration, mais s’est vu obligé de rester dans la capitale colombienne pour des raisons médicales. (…)
BBC Mundo, traduction de Libres Amériques
Sources fromicrainternational.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :